8 faits sur les soins de santé au Suriname

Santé au Suriname
La République du Suriname est un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure situé sur la côte nord-est de l'Amérique du Sud. Environ 90% de la population du pays vit dans des zones côtières urbaines ou rurales. Les soins de santé au Suriname sont accessibles aux secteurs public et privé. Voici huit faits sur les soins de santé au Suriname.

8 faits sur les soins de santé au Suriname

  1. Mortalité infantile et maternelle: Le taux de mortalité infantile du Suriname en 2013 était d’environ 16 décès pour 1 000 naissances vivantes. Les causes de mortalité les plus courantes signalées chez les enfants de moins d'un an étaient les problèmes respiratoires, le retard de croissance fœtale, les maladies congénitales, la septicémie néonatale et les causes externes. Le taux de mortalité maternelle était en moyenne de 125 décès pour 100 000 naissances vivantes entre 2000 et 2013. Pour les mères, les causes les plus importantes étaient l'hypertension gestationnelle et l'hémorragie. En 2010, la couverture des examens prénatals était d'environ 95% et plus de 65% des femmes enceintes avaient subi quatre examens prénataux. En outre, près de 93% des naissances ont eu lieu dans un centre de santé et des agents de santé formés ont effectué environ 95% des naissances.
  2. Espérance de vie: En 2016, l'espérance de vie moyenne d'un homme était de 69 ans, tandis que l'espérance de vie moyenne d'une femme était de 75. Ces estimations sont légèrement inférieures à l'espérance de vie moyenne des hommes et des femmes dans le reste de l'Amérique du Sud.
  3. Maladies transmises par les moustiques: Fin 2015, le problème préliminaire du virus Zika a été découvert au Suriname. La maladie s'est propagée rapidement dans les 10 districts du pays, mais il n’ya pas de flambée actuelle. À l'inverse, le Suriname a éradiqué le paludisme dans tous les districts du Suriname, sauf un. Cependant, le taux de nouveaux cas importés (principalement chez les orpailleurs de Guyane) a augmenté de plus de 70% en 2015.
  4. VIH et tuberculose: En 2014, le taux de virus de l’immunodéficience humaine (VIH) du Suriname parmi la tranche d’âge des 15 à 49 ans était de 0,9%. Le VIH / sida a causé 22,4 décès pour 100 000 personnes en 2010, diminuant à 16,4 décès pour 100 000 personnes en 2013. De 2012 à 2014, le taux estimé de diagnostic de tuberculose est passé de 58% à 71%. Pour lutter contre la maladie, le pays a commencé la mise en œuvre directe du traitement observé, ce qui s'est traduit par un succès de traitement plus élevé de 61% en 2010 à 75% en 2013.
  5. Contribution et couverture du gouvernement: Le Suriname a connu une croissance économique considérable de 2010 à 2014. Au cours de cette période, les soins de santé au Suriname ont bénéficié d'un financement accru pour divers services et installations. Il a élargi et décentralisé les services de diagnostic de laboratoire privé, les soins primaires privés, les soins dentaires et les pratiques paramédicales. En 2015, la couverture vaccinale était de près de 90% pour le DPT3 et de plus de 90% pour le vaccin trivalent (MMR1). En 2014, le total des dépenses de santé estimées en pourcentage du PIB était de 6%. Pour l’assurance maladie, le taux de cotisation des salariés est de 50% et les employeurs paient l’autre moitié. Pour les citoyens à faible revenu ou sans revenu, le gouvernement subventionne la couverture sanitaire.
  6. Hôpitaux: Sur les cinq hôpitaux du Suriname, deux sont privés et trois sont publics. L'hôpital universitaire de Paramaribo a récemment rénové et agrandi ses installations et investi dans des équipements et du personnel pour des soins spécialisés comme la gastro-entérologie, l'oncologie, les soins intensifs, la dialyse rénale et plus encore. En 2013, des fonds gouvernementaux et externes ont également aidé d'autres hôpitaux à investir dans de nouvelles installations et des programmes de formation des agents de santé.
  7. Assainissement: L’absence de politique intégrée de gestion des déchets au Suriname a créé des décharges illégales et entraîné l’accumulation de déchets sur le bord des routes et dans les eaux libres. Ce problème d'infrastructure entraîne des risques pour la santé et des dangers pour l'environnement. Selon l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), le Suriname ne dispose pas d'installations pour stocker ou éliminer les déchets dangereux, et ne réglemente pas non plus l'utilisation ou le stockage sûrs des pesticides.
  8. Accessibilité: En 2014, le Suriname a adopté sa loi nationale sur l'assurance maladie de base. Il donne accès à un ensemble de base de services de soins primaires, secondaires et tertiaires pour tous les citoyens surinamais. En 2013, toutes les personnes de moins de 16 ans, ainsi que les personnes âgées de 60 ans et plus, avaient droit à des soins de santé gratuits que le gouvernement a payés. L'accès universel aux soins de santé pour les femmes enceintes et les nouveau-nés reste un défi pour les soins de santé au Suriname.

Les lacunes persistantes dans l'accès aux soins de santé au Suriname sont liées aux inconvénients du financement. Le système de santé a connu une expansion au cours de la dernière décennie, mais il reste encore de nombreux défis sanitaires à affronter et à améliorer.

Anuja Kumari
Photo: Flickr

*

★★★★★