8 faits sur les groupes autochtones au Chili

groupes indigènes au Chili
Les groupes autochtones de toute l'Amérique latine se battent depuis longtemps pour préserver leurs terres, leur culture et leur vie. Voici 8 faits sur les groupes autochtones au Chili et certaines des luttes auxquelles ils sont confrontés.

8 faits sur les groupes autochtones au Chili

  1. Différents groupes: Le Chili abrite neuf groupes autochtones. Ces groupes comprennent les Mapuche, le groupe indigène le plus important et le plus politiquement actif du Chili, ainsi que les Aymara, les Diaguita, les Lickanantay et les Quechua. Ensemble, ces neuf groupes autochtones représentent plus de 1 565 000 personnes, soit environ 9% de la population totale du Chili.
  2. L'histoire: Les Mapuche se sont continuellement battus pour leur indépendance depuis les années 1500, d'abord contre les Espagnols et après que le Chili ait obtenu son indépendance en 1818. Ils ont réussi à maintenir leur souveraineté jusqu'aux années 1860, lorsque les Mapuche ont perdu près de 23 millions d'acres de terres au profit des Chiliens gouvernement. De 1860 à 1885, 100 000 Mapuche ont été tués dans un effort militaire conjoint des gouvernements chilien et argentin.
  3. La pauvreté: Environ un tiers des peuples autochtones du Chili vivent dans la pauvreté. Pour les non-autochtones, le taux est plus proche d'un cinquième.
  4. Reconnaissance et droits: Le Chili reste le seul pays d'Amérique latine à ne pas reconnaître ses peuples autochtones dans sa Constitution. Cependant, le gouvernement chilien a adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones en 2007, et un an plus tard, il a ratifié la Convention 169 de l'Organisation internationale du travail. La Convention 169 reconnaît les violations des droits de l'homme auxquelles de nombreux peuples autochtones ont été confrontés de leur propre chef gouvernement. Il appelle également à des politiques visant à protéger la langue, la culture et les libertés des peuples et tribus autochtones.
  5. Propriété foncière: Le différend sur la propriété foncière est l'un des principaux problèmes des peuples autochtones du Chili. La lutte indigène avec des entreprises, comme la firme forestière Forestal Arauco S.A .. Après avoir pris le contrôle d'une grande partie de la région de Curanilahue, l'entreprise l'a dépouillé de ses arbres. Cela a ruiné la terre habitée par de nombreux peuples autochtones.
  6. La résistance: Certains peuples et tribus autochtones se sont rebellés contre la prise de leurs terres en incendiant des arbres, des véhicules forestiers et des récoltes. En réponse, le gouvernement a créé une loi antiterroriste qui qualifie un incendie criminel d'acte terroriste. La résistance a cependant continué. Rien qu'en 2017, 43 actes de résistance, dont beaucoup sous forme d'incendie criminel contre des entreprises forestières, ont été commis par les Mapuche à Temuco, la capitale de la région de l'Araucanía.
  7. Changements positifs: Il y a eu une communication continue entre le gouvernement chilien et divers groupes autochtones au sujet de la création d'une nouvelle constitution. En outre, l'administration Piñera a annoncé son intention d'investir en 2018 un total de 24 milliards de dollars dans des projets de développement dans la région de La Araucanía, une zone fortement peuplée de peuples autochtones. Ces projets de développement comprendront des subventions au logement, des améliorations des infrastructures et une douzaine de nouveaux hôpitaux. Les plans de Piñera prévoient également la création d’un ministère et d’un conseil des peuples autochtones pour leur donner une plus grande représentation fédérale. Cependant, ses plans n'ont pas encore inclus de redistribution des terres.
  8. Victoires juridiques: Human Rights Watch a rapporté que le meurtre du militant mapuche Camilo Catrillanca en 2018 avait conduit à la persécution de quatre policiers directement impliqués. Ce fut une petite mais importante victoire pour les Mapuche. Pendant des décennies, la police a abusé de son autorité pour torturer et tuer les peuples autochtones et fabriquer des preuves pour les emprisonner illégalement. En 2017, les charges retenues contre plusieurs Mapuche ont finalement été abandonnées lorsqu'il a été révélé que des policiers avaient créé de faux messages WhatsApp pour constituer une affaire d'incendie criminel à leur encontre.

Ces 8 faits sur les groupes autochtones au Chili illustrent certaines des difficultés auxquelles ils sont confrontés. À l'avenir, il reste encore du travail à faire pour s'assurer que les voix des autochtones sont entendues et que leurs droits sont reconnus.

– Scott Boyce
Photo: Flickr

*

★★★★★