7 faits sur la rareté de l’eau en Jordanie

Pénurie d'eau en Jordanie
Malgré les troubles régionaux, la Jordanie jouit d’une relative stabilité par rapport à ses voisins du Moyen-Orient. Cependant, le problème de longue date de la pénurie d’eau dans le Royaume, qui occupe le deuxième rang mondial, pourrait menacer cette stabilité continue. La rareté de l’eau exacerbe les problèmes systémiques existants tels que la pauvreté et les crises de santé publique, auxquels la Jordanie est actuellement confrontée. Le Royaume souffre d’un taux d’emploi des jeunes sans précédent de 48,1 % en novembre 2021 et peine à répondre aux exigences de santé publique induites par la pandémie. Alors que les effets des changements environnementaux continuent de se développer, les Jordaniens pourraient de plus en plus ressentir les effets de la pénurie d’eau en Jordanie au cours de la prochaine décennie.

7 faits sur la rareté de l’eau en Jordanie

  1. Insécurité critique de l’eau d’ici 2030 : Selon une étude de recherche de mars 2021 dirigée par Jim Yoon, plus de « 90 % de la population jordanienne à faible revenu » souffrira d’une grave insécurité hydrique d’ici 2030. Cette pénurie d’eau en Jordanie équivaudra à des ménages pauvres recevant moins de 40 litres d’eau par habitant par jour.
  2. La demande est le problème, pas l’offre : Selon l’UNICEF, environ 93 % des Jordaniens ont accès à une source d’eau gérée en toute sécurité, ce qui reflète une infrastructure adéquate. Cependant, en 2017, l’approvisionnement annuel en eau de la Jordanie équivalait à « moins de 100 m 3 par personne, nettement en dessous du seuil des Nations Unies de 500m3 par personne, ce qui définit une grave pénurie d’eau », reflétant l’incapacité de répondre à la demande de la population. Ce problème s’est aggravé ces dernières années avec l’afflux massif de réfugiés syriens.
  3. Précipitations : La Jordanie reçoit 110 mm de précipitations par an et se classe au neuvième rang des 10 pays ayant les précipitations les plus faibles en 2017.
  4. Eaux souterraines : Les eaux souterraines représentent 54 % de l’approvisionnement en eau de la Jordanie. Il existe 12 bassins d’eau souterraine en Jordanie. Selon un article de recherche de 2021 rédigé par des membres du corps professoral de l’Université Jordan-Jerash, ces bassins connaissent une surexploitation au-delà de leur capacité annuelle de reconstitution. Environ 77,5% de l’eau conservée du pays est destinée à l’industrie agricole, qui n’a contribué qu’à 5,6% du PIB du pays en 2018.
  5. Eaux usées traitées comme alternative : Depuis la construction d’usines de traitement des eaux usées dans les années 1980, plus de 64% de la population a eu accès aux systèmes d’égouts, améliorant le niveau général d’assainissement du pays. La Jordanie dispose d’un minimum de 26 usines de traitement des eaux usées pour traiter et réutiliser les eaux usées brutes. Les projections indiquent que l’expansion des usines de traitement des eaux usées compensera potentiellement la demande industrielle en eau douce causée par la pénurie d’eau en Jordanie dans les gouvernorats d’Amman, de Zarqa et d’Aqaba.
  6. Mauvaise gestion des ressources en eau de surface : Environ 37% de l’approvisionnement total en eau de la Jordanie provient des ressources en eau de surface. Il existe trois principales sources d’eau de surface en Jordanie : les fleuves Jourdain, Zarqa et Yarmouk. Le « détournement en amont et le pompage excessif » par Israël et la Syrie des fleuves Jourdain et Yarmouk assèchent l’accès de la Jordanie à leur cours d’eau en raison du manque de coopération environnementale régionale. Pendant ce temps, la rivière Zarqa est gravement contaminée en raison du débordement des usines de traitement des eaux usées et des fuites d’eaux usées.
  7. Pollution: La pollution exacerbe les pénuries d’eau. Le débordement des stations de pompage des eaux usées, les fuites des systèmes d’égouts et l’exposition aux déchets industriels et commerciaux polluent les sources fluviales de surface de la Jordanie. Cela a entraîné une contamination des réserves d’eau par les nitrates et le phosphore. Les chercheurs désignent les rejets industriels inappropriés et le manque de réglementation comme la principale cause de pollution de l’eau en Jordanie.

Regarder vers l’avant

Pour continuer à être une oasis de paix et de stabilité au Moyen-Orient, la Jordanie doit faire face à sa longue crise de pénurie d’eau. L’investissement dans des stratégies telles que l’utilisation efficace des eaux usées recyclées contribuera à améliorer la capacité du pays à répondre à la demande croissante de sa population.

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) aide à améliorer la pénurie d’eau en Jordanie avec ses opérations en Jordanie commençant dès 1949 – trois ans après l’indépendance de la nation. En 2020, l’USAID « a installé 8 500 kilomètres de conduites d’eau et 120 0000 compteurs intelligents de haute précision » tout en sécurisant « l’équipement et les véhicules de détection des fuites » pour le pays et en améliorant les « systèmes de surveillance et de contrôle de l’eau » à travers le pays. Grâce à ces mesures, l’USAID a pu économiser suffisamment « d’eau en 2020 pour approvisionner plus de 215 000 personnes » en Jordanie chaque année.

En plus des solutions technologiques, la Jordanie poursuit des efforts diplomatiques régionaux, tels que l’accord eau contre énergie. Signé en novembre 2021 par la Jordanie et Israël, l’accord verra la Jordanie exporter 600 mégawatts d’énergie solaire vers Israël en échange de 200 millions de mètres cubes d’eau dessalée d’Israël.

Cet accord, et d’autres efforts, pourraient ouvrir la voie à des améliorations régionales durables en matière de conservation de l’eau et accélérer le développement d’infrastructures d’énergie renouvelable.

Majeed Malhas
Photo : Flickr

*

★★★★★