7 faits sur la pauvreté menstruelle au Zimbabwe

Période Pauvreté
La pauvreté s’étend au-delà du manque de nourriture et d’eau, car la pauvreté menstruelle est l’un des plus grands défis auxquels les femmes zimbabwéennes sont confrontées. Avec plus de 3 millions de filles menstruées au Zimbabwe, il existe une forte demande de produits féminins. Les personnes les plus susceptibles de connaître la pauvreté menstruelle au Zimbabwe sont les filles défavorisées dont les parents ou tuteurs n’ont pas les moyens d’acheter des tampons, des serviettes ou des coupes menstruelles. Un manque d’accès aux produits féminins entraîne l’utilisation non hygiénique de chiffons et de bouse de vache. Cela affecte non seulement la santé des filles, mais les prive également de confiance et de dignité.

De nombreuses filles au Zimbabwe risquent de développer des infections et de souffrir de l’embarras des fuites et de l’inconfort. Les produits d’hygiène sont hors de prix, de sorte que les familles sont obligées de choisir entre acheter des produits féminins ou acheter de la nourriture, la plupart optant pour ce dernier. En conséquence, la pauvreté menstruelle au Zimbabwe a atteint des sommets inimaginables et a incité le gouvernement et de nombreuses organisations à but non lucratif à travailler sans relâche pour atténuer ce problème.

7 faits sur la pauvreté menstruelle au Zimbabwe

  1. Les sous-vêtements propres pour les filles et les femmes au Zimbabwe sont très demandés. De nombreuses filles sans-abri et rurales ne possèdent pas de sous-vêtements, et les sous-vêtements sont très chers à acheter. Le prix des sous-vêtements est très élevé, et posséder une paire propre est considéré comme un luxe. Des projets individuels et des organisations à but non lucratif, comme Hope for a Child in Christ, tentent de répondre à certains de ces besoins, mais la demande reste élevée.
  2. Certaines filles et femmes souffrent de crampes menstruelles et ont également besoin d’analgésiques. Cependant, de nombreuses pharmacies vendent leurs médicaments dans des devises étrangères inaccessibles à la majorité des familles à faible revenu. Certaines filles ont recours à des solutions malsaines, comme l’inhalation de colle, pour s’enivrer et soulager la douleur des crampes menstruelles. Cela fait que beaucoup deviennent accros à ces substances inhalées, ce qui entraîne des effets à long terme comme l’annulation de la fonction cérébrale et l’insuffisance cardiaque.
  3. La crise économique prolongée du Zimbabwe a gravement endommagé le potentiel économique du pays. Les besoins de base comme la nourriture et l’eau sont rares, ce qui abaisse considérablement le niveau de vie. Les filles et les femmes doivent manger sainement et se laver, surtout pendant leur cycle menstruel. Cependant, certains ont peu ou pas accès à l’eau potable, le plus souvent dans les zones rurales, ils risquent donc de contracter des infections à levures et d’autres problèmes de santé.
  4. Il y a aussi un manque de toilettes adaptées aux femmes. L’intimité est un problème, car certaines cabines de toilettes n’ont pas de portes ni de poubelles sanitaires, ce qui fait que les filles jettent leurs vêtements hygiéniques par terre ou les jettent dans les toilettes. Cela augmente le risque de développer des maladies dans diverses communautés et nuit à l’environnement. Les ministres locaux ont demandé un financement au gouvernement et travaillent avec des organisations à but non lucratif, comme Dutch, pour construire des toilettes publiques plus adaptées aux femmes dans les écoles et les centres commerciaux.
  5. Une étude de SNV Zimbabwe indique que 72% des écolières menstruées n’utilisent pas de serviettes hygiéniques parce qu’elles n’ont pas les moyens de les acheter. La production de vêtements hygiéniques est faible au Zimbabwe, de sorte que les femmes dépendent de l’importation des produits. De nombreuses femmes militantes ont fait part de leurs préoccupations dans l’espoir de sensibiliser et de faire changer d’avis le gouvernement pour qu’il fournisse des vêtements hygiéniques aux jeunes femmes et aux filles à un prix plus abordable ou mieux encore, gratuitement. En décembre 2018, le gouvernement a supprimé la taxe sur la valeur ajoutée, ce qui a fait baisser le prix des vêtements hygiéniques.
  6. La pauvreté menstruelle s’accompagne d’une pléthore d’autres problèmes, notamment la honte et l’intimidation menstruelles. Lorsque les jeunes filles et les femmes recourent à l’utilisation de chiffons et d’autres solutions non durables peu absorbantes, des fuites se produisent et tachent les vêtements ou l’uniforme scolaire des jeunes filles. Les filles sont alors embarrassées et craignent d’être entourées de certains membres de la famille et de leurs pairs. Cela nuit à leur éducation et à leur bien-être mental. En conséquence, de nombreuses jeunes filles talentueuses abandonnent leurs rêves et se contentent de mariages précoces.
  7. L’éducation à l’hygiène menstruelle et à l’utilisation des différents produits sanitaires est une exigence pour les filles. Des enseignants bénévoles et des organisations à but non lucratif, comme Talia Women’s Network, s’efforcent de combler l’écart de pauvreté menstruelle en proposant des ateliers et des démonstrations sur la façon dont une fille doit prendre soin d’elle-même pendant son cycle.

Un environnement propice est une exigence pour les jeunes filles et les femmes. Un environnement où la stigmatisation des règles est faible, voire inexistante, donne aux filles une meilleure chance d’être confiante et motivée. À l’avenir, il est essentiel que davantage d’organisations fassent de la réduction de la pauvreté menstruelle au Zimbabwe une priorité.

Pamela Patsanza
Photo : Google Photos

*

★★★★★