6 faits sur l'industrie du vêtement au Népal

Industrie du vêtement au Népal
Le Népal est l'un des nombreux pays en développement d'Asie du Sud qui joue un rôle important dans l'industrie mondiale du prêt-à-porter. Ces textiles produits en masse sont devenus une exportation de base du Népal, mais ils ont également normalisé les pratiques contraires à l'éthique des chaînes de mode rapide dans le pays. Au cours des deux dernières décennies, le Népal a eu du mal à réglementer les questions économiques et éthiques au sein de l'industrie du vêtement, mais ces dernières années ont produit un changement vers un avenir meilleur pour les travailleurs du vêtement. Voici six faits sur l’histoire de l’industrie du vêtement au Népal et les efforts déployés pour résoudre à la fois les problèmes des chaînes de mode rapide et la dépendance économique du pays à leur égard.

6 faits sur l'industrie du vêtement au Népal

  1. Dans les années 80, l'industrie du vêtement au Népal a explosé en raison de l'intérêt et du financement des exportateurs indiens. En raison des limites des quotas de produits en Inde, les exportateurs se sont tournés vers le Népal pour augmenter leur production. Cette augmentation de la production a servi à stimuler non seulement l’économie du Népal, mais aussi sa portée à l’échelle mondiale de la production. Ainsi, le Népal est devenu une option viable pour les pays pour produire et exporter divers textiles.
  2. En 2004, une concurrence intense sur le marché mondial du vêtement a éclaté après l'expiration de l'Accord de l'Organisation mondiale du commerce sur les textiles et les vêtements. Le Népal a eu du mal à surpasser ses concurrents et a par la suite vu une baisse des revenus des exportations de vêtements. L’Accord multifibres, un accord commercial international qui permettait un accès en franchise de droits aux États-Unis pour le Népal, a également échoué en 2005 et a encore aggravé la baisse des revenus internationaux du pays.
  3. Les conséquences économiques internationales du 11 septembre ont également eu un impact négatif sur la dépendance des États-Unis à l’égard de l’industrie du vêtement au Népal. Les États-Unis ont reçu 87 pour cent des vêtements prêts-à-porter du Népal jusqu'en 2002. Au cours des années suivantes, l'Europe, le Canada, l'Australie et l'Inde sont devenus les plus grands marchés pour les vêtements népalais, représentant 90 pour cent des exportations du pays.
  4. Au cours de l'exercice 2018, l'industrie du vêtement au Népal a atteint un nouveau sommet. L'industrie a réalisé environ 6,34 milliards de RS (environ 84 900,00 USD), en hausse de 6,52% par rapport à l'année précédente. Malgré cette augmentation de ses revenus, le Népal avait exporté moins de vêtements que l'année précédente.
  5. Chandi Prasal Aryal, président de l'Association du vêtement du Népal, a affirmé que la croissance financière était due à un passage de la quantité à la qualité. En se concentrant sur la production de meilleurs vêtements plutôt que sur plus de vêtements, d'autres pays étaient prêts à payer un supplément pour de meilleurs produits. En raison de la bonne qualité des exportations, ces mêmes pays sont désormais disposés à acheter encore plus de vêtements plus chers.
  6. L'accent mis sur la qualité plutôt que sur la quantité modifie l'orientation de l'industrie du vêtement au Népal. Au lieu de s'appuyer sur des pratiques de mode rapide qui donnent la priorité à la création d'autant d'articles que possible dans un laps de temps défini, l'industrie peut désormais passer à des formes de travail plus éthiques. Ainsi, la qualité des vêtements continuera à s'améliorer et à augmenter la valeur de chaque article, ce qui ramènera plus d'argent dans l'économie népalaise.

Il existe encore un travail substantiel pour transformer l'industrie du vêtement au Népal à la fois en une industrie florissante et une industrie tout aussi éthique; le pays fait les premiers pas vers la réalisation des deux. Ce changement offrira aux employés de l'industrie du vêtement une meilleure qualité de vie et leur garantira, ainsi qu'à leur famille, un traitement équitable.

Nicolette Schneiderman
Photo: UN Multimedia

*

★★★★★