6 Faits sur les droits des femmes au Bangladesh

Droits des femmes au Bangladesh
Depuis son accession à l'indépendance en 1971, le Bangladesh a sorti 15 millions de citoyens de la pauvreté et fait de grands progrès dans la lutte contre l'insécurité alimentaire. Cependant, alors que son gouvernement travaille sans relâche pour se développer économiquement, il mène également une autre bataille pour les droits des femmes au Bangladesh.

Malgré un cadre social patriarcal, les femmes bengali ont le droit de vote depuis 1947 et le pays a élu sa première femme Premier ministre en 1991. Les femmes se sont battues pour leur pays dans la guerre de libération du Bangladesh, et la constitution que le pays a adoptée par la suite promettait l'égalité des chances pour les femmes dans tous les domaines. Les six faits suivants concernant les droits des femmes au Bangladesh expliquent comment le pays a tenté de tenir cette promesse et quels défis subsistent.

6 faits sur les droits des femmes au Bangladesh

  1. Le gouvernement a adopté de nombreuses politiques au cours de la dernière décennie axées sur les droits des femmes au Bangladesh. Le Ministère des affaires féminines et infantiles a augmenté les allocations aux veuves, allégé le fardeau des mères allaitantes dans les zones urbaines et dispensé une formation professionnelle dans des domaines tels que l'agriculture et l'électronique. La politique nationale de développement des femmes de 2011 visait à instaurer l'égalité des droits entre les hommes et les femmes, mais comprenait également des objectifs spécifiques tels que l'aide aux femmes entrepreneurs. Pour superviser la mise en œuvre de la politique de développement, le gouvernement a formé un Conseil national pour le développement des femmes et des enfants de 50 membres présidé par le Premier ministre Sheikh Hasina. Hasina a également vivement soutenu l’autonomisation des femmes dans des forums mondiaux tels que l’ONU.
  2. Les hommes dominent toujours le système politique du pays. Avec Hasina à la tête du pays depuis 2009 et le principal parti d’opposition étant également dirigé par une femme, le Bangladesh pourrait apparaître comme un modèle d’autonomisation des femmes en politique. Cependant, sur 350 sièges au parlement bangladais, seuls 22 appartiennent actuellement à des femmes parlementaires élues au suffrage direct, tandis que 50 sont réservés aux femmes qui ne sont pas élues directement. Les femmes politiques et militantes ont décrit une culture d'exclusion au sein des deux principaux partis politiques, renforcée par des hommes politiques qui considèrent leurs collègues féminines comme inférieures. Pourtant, la proportion de femmes au parlement a continué d'augmenter au cours de la dernière décennie et les femmes occupent des sièges dans 12 000 bureaux politiques locaux.
  3. La mortalité maternelle a chuté de 60% depuis 2000. Cette baisse est le résultat d'investissements efficaces dans les soins prénatals. Le Gouvernement et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), l’agence de santé sexuelle et reproductive des Nations Unies, ont fourni un appui essentiel en coordonnant les programmes de formation des sages-femmes. Les sages-femmes formées atténuent un facteur de risque majeur de mortalité maternelle, à savoir le manque d'accès aux soins pour les femmes enceintes. Plus de la moitié des femmes bengalies choisissent d'accoucher à domicile, mais la proportion d'accouchements où le personnel de santé qualifié est présent a augmenté et représente désormais plus de la moitié.
  4. La violence contre les femmes et le mariage des enfants restent des problèmes majeurs. Deux femmes mariées sur trois au Bangladesh ont été victimes de violence domestique à un moment de leur vie. La loi religieuse dicte des coutumes telles que le mariage et cimente la discrimination à l'égard des femmes. Près de 60% des filles sont mariées avant leur 18e anniversaire, et les familles de leur mari peuvent les abandonner si elles ne peuvent pas avoir d’enfants. Les ONG locales et internationales ont tenté de changer ce statu quo; par exemple, Girls Not Brides Bangladesh est un partenariat de 25 organisations qui fait du lobbying auprès du gouvernement et promeut le plaidoyer. Le gouvernement a répondu en adoptant la loi sur la prévention et la protection de la violence domestique en 2010 et la loi de 2017 sur la restriction du mariage des enfants, mais les résultats de ces efforts ne se sont pas encore concrétisés.
  5. Les organisations de la société civile ont joué un rôle clé dans l’amélioration des droits des femmes au Bangladesh. La South Murapa Underprivileged Women's Cooperative Society est un exemple d'organisme à but non lucratif qui soutient les femmes bengalies. Cette organisation fournit des soins médicaux aux femmes du district de Cox’s Bazar. Le président du groupe, Kulsuma Begum, a échappé à un mari violent à l’âge de 16 ans et s’est immédiatement mis à aider les femmes enceintes dans les zones sinistrées. Outre les organisations nationales comme Begum’s, les organisations caritatives internationales telles que Save the Children ont fait des progrès considérables dans le domaine de la santé infantile et de l’éducation de la petite enfance.
  6. La pandémie COVID-19 a exacerbé les inégalités existantes. Une évaluation interinstitutions menée par ONU Femmes a identifié plusieurs facteurs susceptibles de porter atteinte aux droits des femmes au Bangladesh en raison de la pandémie, notamment le manque d’accès aux soins de santé, l’inégalité de la charge de travail des soins et le manque de pouvoir de décision dans la riposte à la pandémie. Les experts ont également documenté une augmentation de la violence sexiste lors de la fermeture initiale, alimentant un pic d'appels aux lignes d'assistance nationales pour les traumatismes. Heureusement, les organisations locales sur le terrain ont organisé des activités de travail contre rémunération pour les femmes, telles que la fabrication de masques.

La route à venir

Dans les mois à venir, la pandémie du COVID-19 continuera de présenter des défis pour le Bangladesh, en particulier pour les femmes du pays. Cependant, les femmes bengalis ont longtemps supporté le poids des luttes de leur pays tout en poussant sans relâche le changement. Espérons que leur résilience finira par briller.

Jack Silvers
Photo: Flickr

*

★★★★★