6 faits sur le sans-abrisme au Botswana

le sans-abrisme au BotswanaSitué en Afrique australe, le Botswana est classé parmi les pays à revenu intermédiaire, ce qui en fait l'un des pays les plus stables économiquement du continent. Le Botswana présente une philosophie égalitaire avec le respect judiciaire des droits de l’homme, conformément à sa Constitution adoptée en 1966. Le logement égal et abordable a été un pilier de la rhétorique du pays. Cependant, ces dernières années, avec une densité de population croissante et des perspectives d'emploi incertaines, un logement rentable n'est plus garanti. Voici ce que vous devez savoir sur le sans-abrisme au Botswana.

6 faits sur le sans-abrisme au Botswana

  1. Au Botswana, les terres sont divisées par des élus locaux qui siègent aux conseils fonciers. Les membres du conseil attribuent gratuitement des parcelles de terrain aux citoyens. Comme 79% du pays est constitué de terres viables pour l'agriculture et les loisirs, la vente de propriété à titre personnel est illégale.
  2. Près d’un tiers de la population du Botswana vit dans des zones périurbaines en dehors de la capitale. Ces dernières années, l'extraordinaire croissance démographique du pays a conduit à une importante population de squatters à l'extérieur de Gaborone, la capitale du pays et la plus grande ville. Depuis les années 1990, le nombre de personnes vivant à Gaborone et sa périphérie a augmenté de 90%. La raison de cette migration importante et soudaine est un intérêt décroissant pour l'agriculture. Les gens se rapprochent de la ville à la recherche de travail. Mais les villes ne sont pas équipées pour une telle concentration de personnes, et le gouvernement tarde à traiter les demandes de terres. À ce titre, les citoyens doivent se débrouiller seuls. En raison de cette rareté des terres, les propriétaires fonciers divisent leur propriété et facturent un loyer.
  3. Le gouvernement s'oppose à ce marché non officiel pour plusieurs raisons. Le premier est que les gens considèrent la terre comme sacrée. Pour le gouvernement, les citoyens ne possèdent pas de terres mais en jouissent plutôt comme un droit coutumier. La deuxième raison est que les biens et services tels que l'électricité, l'eau et les eaux usées sont plus difficiles à distribuer si le terrain est encombré de logements non enregistrés. Dans certains cas, lorsque des squatteurs s'installent sur des terres agricoles inutilisées, le gouvernement estime que les terres sont gaspillées. Une parcelle de terre agricole peuplée de 5 000 squatteurs aurait pu contenir de 20 000 à 25 000 ménages si elle était correctement répartie.
  4. Le gouvernement a subi des réactions négatives en 2001 lorsque plus de 2 000 maisons de squatters ont été démolies. Les citoyens étaient d’abord en désaccord avec le choix du gouvernement de ne pas remédier aux défauts des attributions de terres qui avaient contraint les gens à vivre dans des logements non enregistrés. Ils ont également exprimé leur dégoût pour la manière apathique avec laquelle les maisons ont été détruites. Depuis lors, des échanges ont eu lieu entre les citoyens du Botswana et le gouvernement concernant la tradition de la terre sacrée et les opportunités présentes dans un marché ouvert.
  5. En raison du manque de terres disponibles et des conséquences de vivre sur des propriétés non enregistrées, les conditions de vie de certains citoyens sont loin d’être suffisantes. De nombreuses zones sont surpeuplées. En outre, les citoyens sont souvent confrontés à un manque d'eau, d'assainissement et d'électricité. En conséquence, leurs colonies deviennent des bidonvilles. Les données les plus récentes sur la densité de la population dans les bidonvilles du Botswana datent de 2001. Il a été rapporté que 61% des citoyens vivaient dans des bidonvilles, ce qui signifie que le Botswana a une forte prévalence de bidonvilles. En général, la prévalence des bidonvilles est plus élevée dans les pays qui dépendent de la répartition des terres par le gouvernement comme le Botswana.
  6. L'attribution administrative des terres peut être lente et non organisée, mais elle peut aussi être discriminatoire. Au Botswana, les citoyens qui gagnent moins de 630 dollars par an se voient refuser un logement. Cela est dû à leur incapacité présumée à payer leurs frais de logement. En conséquence, cela contribue au problème du sans-abrisme au Botswana. De plus, les citoyens qui gagnent moins de 3 439 $ ne sont pas admissibles aux prêts à la construction, ce qui les empêche de construire une maison.

Vers le changement

En 2016, le ministère des Terres et du Logement du Botswana a organisé un atelier national pour discuter du programme participatif d'amélioration des bidonvilles. Le programme participatif d'amélioration des bidonvilles est un plan qui intègre les objectifs de développement durable pour évaluer et répondre aux besoins des habitants des bidonvilles. De plus, le ministère a annoncé son budget de 150 000 $ pour l'amélioration des conditions de vie. Ce plan se concentre principalement sur les domaines des services de base tels que l'accès à l'eau potable, à un espace adéquat, à l'assainissement et à l'électricité. Avec la Fédération des sans-abri et des pauvres du Botswana, le ministère envisage de légaliser un marché du logement ouvert et de privatiser l’attribution des terres.

La Force de défense du Botswana (BDF), qui se concentre sur le bien-être de l'enfance et construit des maisons de transition, est une autre organisation qui se dresse pour relever le défi du logement. Ces maisons servent d'espace de vie intermédiaire pour les enfants sans abri qui ont été abandonnés par des membres de leur famille ou laissés orphelins. Ils restent dans des maisons de transition, qui accueillent également des adultes et des soignants, avant de bénéficier d'un placement approprié. Chaque maison comprend un salon, une cuisine, une aire de repos, une salle de bains, un bureau et un espace de rangement. En outre, le BDF aide à construire des maisons, à collecter les ordures et à créer des jardins communautaires.

Les choses ont changé depuis la politique des droits fonciers et agricoles du Botswana. Les citoyens et les grandes organisations s’efforcent de trouver un équilibre entre l’accent mis par le gouvernement sur la loi dans l’ordre et les avantages d’un marché ouvert. Le retour à un logement abordable pourrait être le point de basculement que les citoyens recherchent pour changer l'état actuel des inégalités économiques et éliminer le sans-abrisme au Botswana.

Alexa Tironi

Photo: Flickr

*

★★★★★