5 signes encourageants pour les femmes au Zimbabwe

Les femmes au ZimbabweL'ampleur de l'inégalité entre les sexes dans divers pays africains demeure une préoccupation constante. La République du Zimbabwe est un exemple prometteur de progrès. La détermination des Zimbabwéens à mettre fin à l'inégalité persistante dans leur pays en encourage beaucoup et donne de l'espoir aux femmes du Zimbabwe.

5 signes encourageants pour les femmes au Zimbabwe

  1. Modifications de la Constitution zimbabwéenne pour mettre en œuvre plusieurs lois sur l'égalité des sexes. Après avoir obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1980, la République du Zimbabwe nouvellement formée a rédigé sa première constitution. Lorsque la constitution a commencé à voir des désavantages envers les femmes, elle a provoqué non seulement une désapprobation locale mais aussi mondiale. Ces changements, ainsi que l'activisme public ces dernières années, montrent des signes encourageants que le Zimbabwe se rapproche de la sécurité des sexes. Au Zimbabwe, les femmes sont devenues juridiquement protégées en ayant le même statut et les mêmes droits que les hommes 33 ans après la constitution initiale. La Déclaration des droits du Zimbabwe déclare que «toutes les lois, coutumes, traditions et pratiques qui portent atteinte aux droits des femmes conférés par cette constitution sont nulles dans la mesure de la violation». En 2015, le gouvernement a lancé un cadre institutionnel pour continuer à travailler sur les droits des femmes et l'égalité des sexes. Le Ministère des affaires féminines et du développement communautaire joue ce rôle. Les mesures prises par la nation, cependant, ne sont pas encore pleinement efficaces.
  2. Malgré le démarrage tardif, une augmentation de l'emploi pour les femmes zimbabwéennes montre un grand succès dans l'obtention du statut égal aux hommes. Le Zimbabwe se classe au septième rang des 195 pays du monde pour le nombre de femmes de plus de 15 ans occupant un emploi. Dans ce classement, le Zimbabwe dépasse même les premiers pays du monde, dont les États-Unis, la France et le Canada. Les données recueillies le 1er mars 2020 par l'Organisation internationale du Travail montrent que les femmes représentent 78% de la population active du Zimbabwe. Bien que ce ratio élevé laisse craindre d'éventuelles ramifications, les avantages provenant de la main-d'œuvre majoritairement féminine montrent des signes prometteurs d'autosuffisance.
  3. Les États-Unis et le Canada se sont associés à des groupes zimbabwéens locaux pour faire partie de leurs mouvements positifs. L’ambassade du Canada au Zimbabwe fait la promotion des projets du Zimbabwe contre l’inégalité entre les sexes. La principale mission du Canada est d’encourager les alliés masculins à se joindre au mouvement des droits des femmes. L'ambassadeur du Canada au Zimbabwe, René Cremonese, partage le rôle important que jouent les hommes dans la remise en question des normes sociales en étant solidaire des femmes. L'ambassade des États-Unis au Zimbabwe participe à des forums d'affaires publiques avec des citoyens pour fournir des orientations sur la façon dont les États-Unis pourraient soutenir les femmes défenseures. Par exemple, dans un forum, les employés et les fonctionnaires de l'ambassade ont entendu des femmes du Zimbabwe qui travaillent dans les secteurs de l'éducation, de la santé, du gouvernement, de la société civile et du secteur privé sur les obstacles quotidiens qu'elles rencontrent du sexisme. Ces femmes mettent la barre à la participation des femmes à la société zimbabwéenne. Le mouvement est considéré comme important pour faire avancer la politique étrangère américaine.
  4. Il existe des percées continues pour les militantes grâce à la Coalition des femmes du Zimbabwe (WCoZ), un réseau d’organisations et de militantes. Les femmes, indépendantes et membres, représentant différentes organisations de défense des droits, travaillent dans des domaines spécifiques, notamment l'éducation, la consolidation de la paix, les droits constitutionnels et les médias pour améliorer tous les secteurs de la vie des femmes et des filles au Zimbabwe. Le WCoZ, formé par des femmes zimbabwéennes elles-mêmes, a exercé une influence depuis la réforme du Congrès en 1999. Dans le nouveau texte de 2013, le travail du WCoZ a permis d'atteindre 75% des modifications des dispositions relatives au genre. Cette victoire garantit que les droits des femmes seront protégés par le plus haut niveau de droit du pays. Le WCoZ s'engage continuellement à faire pression sur les gouvernements locaux lorsque les lois sur le genre sont ignorées. La coalition soutient également des campagnes menées par des femmes qui manquent de financement pour les élections par rapport à leurs opposants masculins. Les plates-formes gérées par le WCoZ qui répondent à diverses questions de genre continuent d'être un refuge sûr pour les femmes locales à la recherche de soutien.
  5. Les femmes en politique prennent de l'ampleur. La minorité de femmes qui ont pu occuper des postes gouvernementaux lors du premier remaniement constitutionnel en 1999-2000 n'ont pas réussi à adopter les dispositions nécessaires en matière de genre. Les femmes actives dans le plaidoyer et le lobbying pour les droits des femmes ont jugé préférable de former des coalitions avec des mouvements axés sur des mouvements plus larges de la société civile. Cela n’a pas été soutenu par les électeurs en raison de la participation du mouvement des femmes à des comités dirigés par le gouvernement, auxquels on ne faisait pas confiance à l’époque. Les militantes ont dû attendre près de 10 ans avant de regagner l'opportunité d'une protection juridique de genre. Cette fois, lors de la refonte de 2009-2013, ils ont singulièrement promu les droits et les préoccupations des femmes afin qu'aucune alliance ne puisse créer de divisions politiques entre les électeurs. Les femmes qui occupent des sièges au Parlement du Zimbabwe continuent aujourd'hui ce travail. La révision constitutionnelle de 2013 qui réserve des sièges parlementaires aux femmes doit expirer en 2023. Les défenseurs zimbabwéens continuent de travailler sur des solutions pour créer de nouvelles dispositions sur la manière d'inclure les jeunes femmes au Parlement, car beaucoup manquent de ressources pour se faire élire.

Le Zimbabwe n'est qu'un exemple d'un pays africain qui a fait des progrès au cours des dernières décennies et continue de le faire avec succès. Les progrès encourageants de l'égalité des filles et des femmes au Zimbabwe ont encore des problèmes à résoudre. Même les succès du changement constitutionnel, de l’emploi, de l’aide internationale, des groupes de femmes et des adaptations politiques sont semés d’écueils. Pourtant, ils signifient un changement précieux. L'attention mondiale sur les luttes en Afrique est essentielle pour promouvoir le changement. L'attention mondiale met également en lumière les changements importants qui ont déjà été apportés.

– Grace Elise Van Valkenburg
Photo: Flickr

*

★★★★★