5 questions difficiles sur la pauvreté, réponses

Nous avons posé cinq questions difficiles aux parents courageux des enfants du programme de Compassion. En partageant de manière vulnérable leurs expériences, ils espèrent briser la stigmatisation et révéler la vérité sur la vie dans la pauvreté.

Une famille souriante, une mère, un père et des enfants se tiennent dehors et posent pour une photo, les bras l'un autour de l'autre.  Ils portent des chemises violettes, bleues, blanches, vertes et jaunes et une fille porte une robe blanche.  Ils sont devant une maison faite de planches de bois et d'un toit de chaume.

Pourquoi les parents continuent-ils à avoir des enfants s’ils n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins ? Pourquoi n’obtiennent-ils pas un autre travail, ou ne travaillent-ils pas plus dur, s’ils ont besoin de plus d’argent ? Et s’ils ont besoin d’aide, pourquoi ont-ils encore des « luxes » comme une télévision ou un téléphone portable ?

Ces questions sont difficiles, inconfortables et très courantes. Ils sont écrits sur les réseaux sociaux de Compassion, débattus à la radio et demandés par des esprits curieux qui veulent simplement comprendre.

Nous avons posé les questions à cinq parents courageux dans les pays à faible revenu dont les enfants sont dans le programme de Compassion. En partageant de manière vulnérable leurs expériences, ils espèrent briser la stigmatisation et révéler la vérité sur la vie dans la pauvreté. Comme le dit la mère Consuelo du Salvador, la pauvreté « est une situation que vous ne pouvez comprendre sans jugement que si vous l’avez vécue dans votre propre chair ».

Au cours des cinq prochaines semaines de cette série de réponses à des questions difficiles sur la pauvreté, rencontrez ces parents et lisez leurs réponses révélatrices.

Question difficile 1 : « Pourquoi les parents ont-ils autant d’enfants alors qu’ils n’ont pas les moyens de les subvenir aux besoins ? »

La contraception n’est pas de notoriété publique

Promise porte une robe à pois bleu et blanc avec une veste blanche.  Elle est assise dehors à côté de sa mère, Olive, vêtue d'une chemise jaune et d'une jupe bleue.  Promesse tient la main de sa mère.  Il y a des arbres derrière eux.

Dans l’ouest de l’Ouganda, Olive travaillait dans le jardin de son employeur lorsqu’elle a entendu parler pour la première fois, à la radio, de la planification familiale. La nouvelle a été une révélation pour la mère de six enfants, qui s’est immédiatement rendue dans un dispensaire. « Si je n’avais pas fait cela, je pense que nous aurions probablement plus de 10 enfants aujourd’hui », dit-elle.

De nombreuses familles vivant en dessous du seuil de pauvreté n’ont pas eu accès à une éducation ou à une technologie de qualité comme la radio, la télévision ou Internet, ce qui pourrait influencer leur décision concernant la taille de leur famille.

« Parfois, ils ne savent pas quoi faire. Personnellement, j’ai entendu parler de la planification familiale pour la première fois en écoutant une radio dans le jardin de quelqu’un. Nous n’avons pas de radio à la maison », dit Olive.

En milieu urbain au Salvador, Consuelo est d’accord. «Nous n’avons jamais reçu d’éducation sexuelle pour prévenir les grossesses», dit-elle. « Nous avons dû comprendre et apprendre par nous-mêmes, et les grossesses surprises sont apparues. »

Les enfants aident les familles

Selon la Banque mondiale, 4 personnes pauvres sur 5 vivent dans des zones rurales, où les familles dépendent souvent de l’agriculture pour survivre. Ces familles n’ont souvent pas les moyens de payer des ouvriers supplémentaires. Ils dépendent d’eux-mêmes et de leurs enfants.

Jaela, 18 ans, et sa famille vivent au plus profond de la jungle amazonienne équatorienne. Elle et ses six frères et sœurs font partie du peuple Quechua, qui mène une vie traditionnelle de chasse et de cueillette. Ici, les familles nombreuses sont valorisées : plus il y a d’enfants, plus il y a de mains pour aider à la récolte et attraper le poisson dont ils ont besoin pour survivre.

« Les familles dans la jungle sont nombreuses parce que le travail est dur », explique Anderson, un superviseur du centre Compassion. « Ils n’ont ni eau potable, ni technologie, ni électricité. Plus ils ont d’enfants, plus ils ont de soutien et d’aide à la maison.

Les enfants sont des bénédictions

Pradeepkumar et Devaki se tiennent à l'intérieur de leur maison avec leurs quatre enfants : Shalintha, Pivishan, Rekonshan et Rebeaka.  Devaki porte son plus jeune fils Rekonshan.

Dans l’est du Sri Lanka, Devaki et son mari ont peu de biens. Ils disent que leurs enfants sont leurs richesses.

« Notre famille vit dans la pauvreté mais parce que nous avons quatre enfants, nous sommes très heureux. Ils apportent tellement de joie dans nos vies », dit-elle. « Ils sont notre fierté et notre richesse. Nous ne regardons jamais nos enfants et sommes tristes d’avoir eu quatre enfants.

Les circonstances changent

Dans le nord de Sulawesi, en Indonésie, Frangky dit avoir entendu dire que « de nombreux enfants signifient de nombreuses bénédictions ». Il a une explication simple pour expliquer pourquoi les parents en difficulté peuvent avoir des familles nombreuses : la vie est imprévisible.

« J’ai trois enfants et quand j’avais encore mon travail, j’étais sûr que je pouvais me permettre de les soutenir », dit-il. « Mais je ne pouvais pas prédire ce qui allait se passer dans le futur. Quand j’ai perdu mon emploi, tout a changé.

Bien sûr, les circonstances peuvent changer instantanément pour n’importe quelle famille. Mais le changement est plus fréquent pour les familles à faible revenu, qui ont tendance à avoir des emplois précaires. Et les effets des circonstances changeantes peuvent être désastreux pour ces familles, les laissant incapables de répondre à leurs besoins fondamentaux, quel que soit le nombre d’enfants qu’elles ont.


Dans le prochain article de blog sur les questions difficiles sur la pauvreté, les parents partageront leurs réponses à cette question : « Les personnes qui vivent dans la pauvreté sont-elles paresseuses ? »

Êtes-vous inscrit pour recevoir de nouveaux articles de blog dans votre boîte de réception et inspirer votre lutte contre la pauvreté ? Sinon, abonnez-vous dès aujourd’hui sur la page d’accueil du blog !


Photographie de terrain et reportage par Odessa B, Ryan Johnson et Caroline A Mwinemwesigwa.

*

★★★★★