5 organisations s’occupant de la santé mentale au Bhoutan

Santé mentale au Bhoutan
Beaucoup appellent souvent le Bhoutan « Le royaume heureux ». La réalité, cependant, est que malgré sa philosophie de développement holistique renommée, elle est aux prises avec une grave crise de santé mentale. Le suicide est la sixième cause de décès avec un taux d’un presque toutes les 90 heures. Cependant, heureusement, cinq organisations s’occupent de la santé mentale au Bhoutan pour aider à les soulager.

À propos de la santé mentale au Bhoutan

Parmi sa population de près de 780 000 habitants, en 2020, 6 858 cas de troubles mentaux et comportementaux étaient enregistrés. Pendant ce temps, les infrastructures et les professionnels agréés sont rares. Seuls 100 lits existent dans les 63 unités psychiatriques communautaires du pays et seuls quatre psychiatres y ont travaillé à ce jour. Cela se traduit par environ un psychiatre pour 200 000 personnes, ce qui est similaire à l’Indonésie et à l’Inde (0,6 psychiatre pour 200 000 personnes) par rapport aux États-Unis (33 pour 200 000).

Comme une grande partie du monde, les services de santé mentale ne reçoivent généralement pas suffisamment de financement. Seulement 1 % des dépenses totales de santé du Bhoutan sont consacrées à la santé mentale. Les croyances superstitieuses et traditionnelles selon lesquelles la maladie mentale est due à la magie noire et aux malédictions poussent encore les gens à se tourner vers des pratiques alternatives et la guérison religieuse.

Répondant au besoin aigu de plus de professionnels, de services et d’infrastructures en santé mentale, ces cinq organisations sont à l’avant-garde. Voici les cinq organisations qui s’occupent de la santé mentale au Bhoutan.

5 organisations s’occupant de la santé mentale au Bhoutan

  1. La Fondation Bhoutan Canada : En 2019, la Fondation Bhoutan Canada a réuni l’Université des sciences médicales Khesar Gyalpo du Bhoutan (KGUMSB) et la Global Health Initiative (GHI) de l’Université de la Colombie-Britannique pour lutter contre la santé mentale. Ce partenariat d’organisations universitaires s’efforce de générer un dialogue éducatif et le renforcement des compétences en santé mentale et a organisé un symposium de trois jours en 2020 axé sur la réduction de la stigmatisation liée à la santé mentale, la prévention du suicide et le renforcement de la résilience.
  2. Volontaires de santé à l’étranger : Health Volunteers Overseas travaille au Bhoutan depuis le début des années 1990 et, en 2009, a élargi son initiative en mettant en œuvre un projet de santé mentale. Le projet de santé mentale du HVO Bhoutan se concentre sur l’amélioration de l’accès et de la qualité des soins par la formation et l’éducation des professionnels. Des psychiatres, psychologues, psychothérapeutes et travailleurs sociaux cliniques bénévoles de l’hôpital national de référence Jigme Dorji Wangchuck et de l’Institut royal des sciences de la santé forment les étudiants et le personnel impliqués dans les soins de santé mentale.
  3. RENOUVELER: RENEW (Respect, Educate, Nurture and Empower Women) est une organisation à but non lucratif que Sa Majesté, la reine mère Sangay Choden Wangchuck, a fondée en 2004. Elle se concentre sur l’autonomisation des femmes et des enfants et travaille avec les victimes de violence domestique et l’inégalité entre les sexes. L’organisation offre également des services de conseil aux survivants d’abus aux prises avec des problèmes de santé mentale. En septembre 2021, RENEW s’est associé au Conseil des conseillers certifiés du Bhoutan et à l’UNFPA pour organiser une formation de facilitateur en santé mentale de six jours et une autre en octobre 2021. Ces événements ont chacun formé plus de 20 personnes.
  4. L’UNFPA-PCE : En 2009, le Fonds des Nations Unies pour la population s’est associé au Paro College of Education pour générer une prise de conscience, un plaidoyer et un dialogue sur la santé mentale ainsi que sur la violence sexiste et les problèmes de développement. Il a publié des livres et organisé des ateliers pour les étudiants et la sensibilisation de la communauté psychologique. En mars 2020, de multiples initiatives ont vu le jour pour promouvoir la résilience psychologique et émotionnelle des jeunes en réponse à la COVID-19. L’année suivante, un partenariat UNFPA-PCE Centre pour la connaissance, le plaidoyer et le dialogue a vu le jour pour créer une base communautaire plus large dans le pays.
  5. Le Centre Pema : Le Pema Center est une nouvelle initiative financée par le gouvernement pour lutter contre la santé mentale. Il s’agit d’un hôpital de 60 lits actuellement en construction qui se consacrera à la santé mentale et au bien-être. Il se compose de trois divisions principales – prévention de l’automutilation, prévention et réponse à la violence, et prévention et soins de la toxicomanie. Cette organisation a commencé en réponse aux problèmes de santé mentale dus à la pandémie de COVID-19 lorsque des rapports ont montré que les cas de dépression avaient doublé. Il vise à fournir à la fois des services de prévention, d’intervention et de suivi ainsi que des services d’assistance téléphonique, de suivi, de réadaptation et de sensibilisation. Le centre a effectué des dépistages de santé mentale dans les écoles, les collèges et les lieux de travail pour contrer les effets néfastes de l’identification tardive. L’identification tardive des maladies mentales est en grande partie due à la stigmatisation et au manque de services de dépistage et entraîne des cas plus graves et non diagnostiqués.

Le programme national de santé mentale

En juillet 1997, le gouvernement a lancé son programme national de santé mentale, afin d’intégrer la santé mentale dans les soins de santé généraux. Le personnel de santé mentale reçoit désormais une formation dans les établissements de santé publics, permettant aux patients de recevoir des soins mentaux et physiques au cours de la même visite, réduisant la stigmatisation liée à la santé mentale et renforçant la sensibilisation de la communauté.

Plus récemment, Sa Majesté, la reine mère Sangay Choden Wangchuck, a exprimé la nécessité de faire de la santé mentale une priorité nationale, poussant à plus d’initiatives gouvernementales pour améliorer les services de santé mentale du Bhoutan. Avec le ministère de la Santé du pays, ces organisations ouvrent la voie vers une population de plus en plus en bonne santé.

– Serena Sahiba Singh
Photo : Unsplash

*

★★★★★