5 organisations juridiques s’attaquant à la pauvreté dans le monde

la règle de droitDans de nombreux pays du monde, la procédure judiciaire a un prix élevé. En conséquence, les communautés appauvries n’ont souvent pas accès aux services juridiques et à l’assistance nécessaires pour obtenir justice. Pour garantir que ces communautés puissent accéder au processus judiciaire, les organisations juridiques étendent leurs effectifs à l’échelle internationale pour fournir des outils et des programmes juridiques aux personnes dans le besoin. Vous trouverez ci-dessous cinq organisations juridiques qui luttent contre la pauvreté dans le monde en promouvant l’état de droit.

  1. Avocats sans frontières (LWOB) – Cette organisation offre des services juridiques pro bono aux communautés dans le besoin à travers le monde. Ces services comprennent souvent des conseils juridiques et une assistance pour promouvoir l’état de droit. De plus, l’organisation aide à former les futurs membres du système d’essai grâce à son « Soutien par la formation au plaidoyer en matière d’essai » (STTAT). Cela inclut les juges, les procureurs, les magistrats et plus encore. LWOB guide les participants étape par étape tout au long du processus du procès afin de mieux comprendre les procédures judiciaires. Pour s’assurer que le plus de communautés possible bénéficient de la formation STTAT, LWOB a traduit les supports de cours dans une pléthore de langues, notamment le « swahili, l’amharique, le créole, le népalais, le français et l’espagnol ».
  2. Avocats contre la pauvreté – Cette organisation travaille à promouvoir la justice sociale dans différents pays. Composé d’avocats bénévoles du monde entier, Lawyers Against Poverty fournit une assistance juridique et des dons aux communautés dans le besoin. Par exemple, en 2020, l’organisation a fait un don de 30 000 livres pour aider les femmes vivant en Jordanie à engager des poursuites judiciaires pour violence domestique pendant la pandémie. De plus, l’organisation a fait un don de 10 000 livres sterling pour fournir aux réfugiés en Grèce une assistance juridique pour déposer des demandes d’asile. À ce jour, l’organisation a fait don de temps et d’argent au Pakistan, au Nigéria, au Kenya et à la Grèce pour élargir l’accès aux systèmes judiciaires.
  3. TrustLaw (La Fondation Thomson Reuters) – Créé en 2011, ce programme a vu le jour dans le cadre de l’objectif de la Fondation Thomson Reuter de fournir des services juridiques pro bono aux communautés du monde entier. En mettant en relation des organisations non gouvernementales avec des cabinets d’avocats, TrustLaw fournit à une pléthore de communautés une assistance juridique et des cours de formation. En fait, TrustLaw a fourni une assistance juridique d’une valeur d’environ 172 millions de dollars depuis sa création. De plus, le programme travaille sur trois « domaines d’impact » pour promouvoir l’état de droit. Premièrement, TrustLaw encourage ses membres à concevoir des solutions au changement climatique. Ensuite, TrustLaw s’efforce de mettre fin à l’esclavage moderne en menant des recherches juridiques sur la question. Enfin, TrustLaw veille à ce que les droits des femmes soient défendus et respectés sur la scène internationale.
  4. Organisation internationale de droit du développement (IDLO) – En 1988, l’Organisation internationale de droit du développement a été créée uniquement pour servir d’organisation intergouvernementale mondiale promouvant l’état de droit. Il a touché plus de 90 pays différents dans le monde. De plus, l’OIDD travaille dans des régions comme l’Amérique latine, l’Asie, l’Europe de l’Est et l’Afrique. En plus de promouvoir l’état de droit, l’organisation se concentre également sur les droits des femmes, la durabilité économique, la paix et la démocratie, la santé publique, le changement climatique et l’accès à la justice. L’organisation se concentre sur les objectifs de l’ONU ainsi que dans ses efforts vers la durabilité.
  5. Réseau mondial d’action juridique (GLAN) – À but non lucratif, le Global Legal Action Network se consacre à l’injustice et à la responsabilisation des pays qui violent les droits humains. Pour acquérir une influence internationale, l’association à but non lucratif s’associe à des organisations locales et à des dirigeants de la société civile dans les pays du monde entier. En plus de s’occuper des auteurs de violations des droits de l’homme, l’organisation s’occupe également de questions juridiques. Il s’agit notamment de questions liées à la guerre, à l’immigration et à la justice économique. Plus récemment, le GLAN s’est associé au Congrès mondial ouïghour (WUC) et au Uyghur Human Rights Project (UHRP) pour révéler comment le gouvernement chinois maltraite les Ouïghours dans les camps de concentration.

Les cinq organisations juridiques mentionnées ci-dessus s’attaquent à la pauvreté dans le monde en offrant des dons, des services juridiques et une assistance aux communautés dans le besoin. De cette façon, les communautés pauvres ne sont pas désavantagées en termes d’accès aux différents systèmes judiciaires à travers le monde. Dans l’ensemble, ces organisations juridiques veillent à ce que la justice soit accessible à tous, indépendamment du statut socio-économique, du sexe, de l’ethnicité ou de la nationalité.

Chloé Jeune
Photo : Unsplash

*

★★★★★