5 films d'Afrique qui changeront votre regard sur la pauvreté

Films d'AfriqueÀ l'ère de la numérisation, le cinéma devient rapidement l'une des formes d'art les plus populaires et les plus accessibles. Alors que les caméras et le matériel de cinéma deviennent de plus en plus universels et abordables, les cinéastes du monde entier peuvent utiliser le film comme une expression de la culture et de l'art. En particulier, l'expansion du cinéma transforme la façon dont le monde voit l'Afrique, car le cinéma sert un agent pour exprimer la réalité des problèmes auxquels l'Afrique est confrontée. Vous trouverez ci-dessous cinq films africains qui remettront en question votre vision de la pauvreté, non seulement au sein de la région, mais en tant que pauvreté dans son ensemble.

5 films d'Afrique qui changeront votre regard sur la pauvreté

La première niveleuse – Ce film est un drame biographique de 2010 basé sur l’histoire vraie d’un agriculteur kényan nommé Kimani Ng’ang’a Maruge. En tant que membre analphabète de la tribu Kikuyu, M. Maruge s'inscrit à l'école publique à l'âge de 84 ans suite à la décision du gouvernement kényan pour une éducation universelle gratuite en 2003. Daniel Battsek, un prexy de National Geographic Entertainment, a déclaré que ce film « sur les événements politiques historiques, mais il raconte une histoire personnelle avec beaucoup de chaleur et d'humour. La première niveleuse équilibre racontant une histoire de pauvreté à travers une image de lutte tribale et d'analphabétisme, tout en peignant une vision complexe du Kenya et de son peuple.

Neria – Le film le plus rentable de l’histoire du Zimbabwe se concentre sur un veuf récent nommé Neria. Vivant dans un petit village encore sous l'emprise des anciennes traditions, Neria est dépouillée de sa ferme et de ses biens et mise de côté par sa famille après la mort de son mari. Le réalisateur Godwin Mawuru remet en question la vision étroite que le monde a de l'Afrique en insufflant les thèmes du féminisme, de la dynamique familiale et du défi de la culture.

Grands hommes – Ce film raconte une histoire de sociétés pétrolières travaillant au large des côtes du Ghana en 2007. Le documentaire juxtapose magnifiquement de grands hommes en costume profitant de ces ressources avec des citoyens africains vivant dans la pauvreté et subissant les effets de l'exploitation et de la cupidité. Cette pièce de cinéma a été applaudie par le New York Times comme un «instantané cool et incisif du capitalisme mondial au travail». "Big Men" ne manquera pas de remettre en question non seulement les perceptions des téléspectateurs sur la pauvreté, mais aussi leurs croyances sur les causes qui la sous-tendent.

Tsotsi – Cette production sud-africaine est un drame policier qui se déroule dans les bidonvilles de Johannesburg. Le protagoniste est un criminel de rue qui kidnappe involontairement un bébé en volant une voiture. Le film est saturé d'empathie et de chaleur alors que le jeune criminel est transformé et adouci par l'impuissance d'un bébé. Récompensé d'un Oscar du meilleur film étranger, «Tsotsi» va au-delà d'une histoire de pauvreté et de désespoir et dans une histoire d'espoir. Il humanise le délinquant et insuffle la vie aux désespérés.

Voler l'Afrique – Ce documentaire met en lumière la corruption dans l'industrie minière du cuivre en Zambie. Pour l’essentiel, toutes les mines de cuivre de la Zambie sont détenues et exploitées par de grandes entreprises et, au cours des dix dernières années, elles ont extrait 29 milliards de dollars de cuivre. Pourtant, la Zambie reste l'un des 20 pays les plus pauvres du monde. La Zambie abrite la troisième plus grande réserve de cuivre au monde, tandis que 80% de sa population est au chômage et 60% vit avec moins d'un dollar par jour. «Stealing Africa» est l'un des nombreux films d'Afrique qui utilise la cupidité et l'exploitation des entreprises pour expliquer pourquoi la pauvreté reste répandue dans le pays malgré l'abondance des ressources.

Ces films d'Afrique fournissent une couche élaborée et complexe à la pauvreté qui ne manquera pas de remettre en question de nombreux stéréotypes que la société occidentale entretient sur ce à quoi ressemble la vie dans la région. Apprécier le cinéma international comme moyen d'affirmer et d'exprimer la culture, la tradition et les conditions socio-économiques, c'est avoir l'esprit ouvert à une compréhension précise de la diversité et de la pauvreté.

Pierre de Karli
Photo: Flickr

*

★★★★★