Catégories
Solidarité et entraide

5 faits sur les droits des femmes en Argentine | Le projet Borgen

Droits des femmes en Argentine L’Argentine est un pays d’Amérique du Sud avec une culture dynamique et des vues panoramiques. Ces dernières années, le mouvement féministe a pris racine en Argentine, défiant les éléments du gouvernement et de la culture qui ont longtemps échoué aux argentines. L’Argentine a fait de grands progrès vers un changement positif et l’égalité, mais le pays connaît toujours des taux élevés de fémicide – des crimes de haine sexistes qui entraînent le meurtre intentionnel de femmes. Malgré les obstacles auxquels le pays a été confronté en ce qui concerne les droits des femmes en Argentine, le pays s’efforce de créer une Argentine plus inclusive.

5 faits sur les droits des femmes en Argentine

  1. L’Argentine a accordé aux femmes le droit de vote en 1947. Bien que l’Argentine n’ait pas été le premier pays d’Amérique du Sud ou d’Amérique centrale à accorder aux femmes le droit de vote, elle a été l’un des premiers pays de la région à accorder aux femmes le droit de se présenter aux élections. Le pays a légalisé la représentation féminine au gouvernement la même année, il a légalisé le droit de vote des femmes le 29 septembre 1947.
  2. L’Argentine a des taux élevés de leadership féminin. L’Argentine se classe deuxième en Amérique du Sud pour le pourcentage de femmes au parlement. Il se classe également 17e au monde pour la même métrique. L’Argentine a en fait un pourcentage plus élevé de femmes au parlement que de nombreux pays souvent considérés comme leaders dans l’autonomisation des femmes, comme la Belgique et les Pays-Bas. Les droits des femmes en Argentine doivent encore être améliorés, cependant, la participation politique des femmes est définitivement un point fort.
  3. L’Argentine prend des mesures contre le fémicide et la violence à l’égard des femmes. Le Plan d’action national pour prévenir et mettre fin à la violence à l’égard des femmes (2017-2019) a été lancé à la suite de la Réunion mondiale des dirigeants de 2015 au cours de laquelle l’Argentine s’est engagée à œuvrer pour une meilleure égalité des sexes. Le plan crée un cadre permettant de modifier les politiques afin d’améliorer la protection et la prévention de la violence à l’égard des femmes. Il crée également un système de suivi du succès des actions potentielles. Pour mettre fin à la traite et à l’exploitation et renforcer la protection des victimes, l’Argentine a créé un registre des fémicides et un conseil.
  4. Le fémicide reste un problème à l’âge du COVID-19. Selon le Bureau des femmes de la Cour suprême de justice, une femme argentine est tuée toutes les 32 heures. Bien que l’Argentine ne connaisse pas le taux de fémicide le plus élevé d’Amérique du Sud, elle se classe parmi les taux les plus élevés au monde avec 298 fémicides en 2020. La création d’une hotline en 2018 visait à aider les victimes de violence sexiste. La hotline a reçu plus de 169 014 appels, exprimant la nécessité de ces types de services. En réponse à ces problèmes, l’Argentine s’est engagée à lutter contre la violence à l’égard des femmes pour réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies. L’Argentine s’est engagée à agir en se joignant à l’initiative UN Spotlight, une campagne mondiale axée sur la lutte contre la violence sexiste dans le monde. Cet engagement vise à améliorer les droits des femmes en Argentine.
  5. #NiUnaMenos. À partir de 2015, #NiUnaMenos (Not One Less) est né en tant que mouvement contre le fémicide lorsque des femmes argentines se sont rassemblées à Buenos Aires pour protester contre les meurtres sexistes. Le mouvement s’est développé pour englober non seulement un appel à mettre fin au fémicide, mais aussi une campagne de sensibilisation à d’autres formes de discrimination féminine en Argentine. #NiUnaMenos a attiré l’attention sur la violence et les abus envers les femmes, le plus souvent dans des environnements domestiques qu’un partenaire a perpétués, ainsi que sur les inégalités économiques qui affectent de manière disproportionnée les femmes. Le mouvement a appelé les décideurs politiques à s’attaquer à l’élargissement de l’écart salarial ainsi qu’au taux de chômage élevé des femmes. Le travail de #NiUnaMenos a été largement couronné de succès car le président Alberto Fernández et son administration ont reconnu les griefs que le groupe a mis en évidence et se sont engagés à créer un changement de politique pour améliorer les droits des femmes en Argentine.

Alors que la violence envers les femmes et le fémicide sont des problèmes en Argentine, les progrès du pays pour lutter contre ces défis sont un début prometteur pour les éliminer. Grâce au travail continu du gouvernement argentin, les droits des femmes en Argentine devraient s’améliorer continuellement.

Jazmin Johnson
Photo: Flickr

*