5 faits sur l’enseignement supérieur en Corée du Sud

L'enseignement supérieur en Corée du SudEn raison de ses processus d’entrée rigoureux et de l’accent mis par la société sur le prestige universitaire, la Corée du Sud consacre une grande partie de son PIB annuel à l’enseignement supérieur et aux coûts associés à la préparation des admissions à l’université. L’acceptation dans l’une des institutions «SKY» de haut rang du pays peut aider à différencier les candidats sur un marché du travail déjà compétitif, car 70% des Sud-Coréens ont une formation universitaire. Voici cinq faits sur le système d’enseignement supérieur en Corée du Sud :

5 faits sur l’enseignement supérieur en Corée du Sud

  1. Éducation et industrialisation: La croissance rapide des taux d’alphabétisation et d’éducation a coïncidé avec l’émergence de la Corée du Sud en tant que nation nouvellement industrialisée. Juste après la Seconde Guerre mondiale, le taux d’alphabétisation de la Corée du Sud n’était que de 22 %, et peu de Coréens fréquentaient l’université. Aujourd’hui, son taux d’alphabétisation se situe à 97,9 % et plus de 70 % des diplômés du secondaire en Corée du Sud poursuivent leurs études à l’université. Autrefois bénéficiaire de l’aide américaine, la Corée du Sud éclipse désormais les États-Unis en termes de dépenses par habitant en recherche et développement, dont une grande partie se fait au niveau universitaire.
  2. Universités SKY: L’Université nationale de Séoul, l’Université de Corée et l’Université Yonsei sont largement considérées comme les institutions les plus prestigieuses de Corée et trois des universités les mieux classées de toute l’Asie. En fait, l’emploi dans des entreprises d’élite et l’entrée dans les cercles sociaux dépendent souvent de la possession d’un diplôme d’une université SKY.
  3. Test d’aptitude scolaire universitaire: Le College Scholastic Ability Test (CSAT) de huit heures est une évaluation qui détermine les universités que les étudiants coréens peuvent fréquenter. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les scores CSAT représentent 70% des critères d’admission dans les universités coréennes. Comparativement, les notes du secondaire ont beaucoup moins de poids, ne représentant que 10 % du profil d’un élève. Dans l’ensemble, des scores CSAT plus élevés sont fortement corrélés à de meilleures perspectives d’emploi et à un potentiel de revenu plus élevé.
  4. Dépenses en cours de préparation à l’université: Étant donné que les scores CSAT sont considérés comme le facteur le plus important dans les décisions d’admission dans les universités sud-coréennes, les familles coréennes investissent souvent de grosses sommes d’argent dans des cours particuliers. Par exemple, l’OCDE estime que les parents à revenu moyen d’élèves du secondaire en Corée du Sud dépensent jusqu’à 30 % de leurs revenus pour le tutorat, les familles dépensant en moyenne 3,6 millions de KRW (2 600 $) pour le tutorat par an.
  5. Une augmentation du nombre d’étudiants internationaux: Depuis le début des années 2000, le nombre d’étudiants internationaux étudiant en Corée du Sud n’a cessé d’augmenter. Selon le Center for Strategy & International Studies, la population étudiante mondiale en Corée du Sud est passée de 17 000 en 2004 à 160 000 en 2019. Le gouvernement sud-coréen a également adopté des réformes qui ont étendu l’aide gouvernementale aux frais de scolarité des étudiants internationaux et créé des cours bilingues enseignés en Anglais.

L’admission dans les universités coréennes est un processus rigoureux qui implique souvent beaucoup de temps et d’argent. Les dépenses liées à la préparation du CSAT – le facteur le plus important dans les décisions de candidature – désavantagent souvent les familles à faible revenu dans le processus d’admission. Cependant, l’aide internationale et les réformes de l’éducation ont permis à plusieurs universités coréennes de grimper dans le classement mondial des universités. De plus, un afflux de candidats internationaux est un indicateur fort de l’augmentation de la qualité et du prestige des universités.

–Salvatore Brancato
Photo: WikkiCommons

*

★★★★★