Catégories
Solidarité et entraide

5 faits sur la traite des êtres humains au Cameroun

Traite des êtres humains au Cameroun
Le Département d’État américain a placé la République du Cameroun sur la liste de surveillance de niveau 2 parce qu’il s’efforce d’éliminer la traite et de protéger les individus, mais n’a pas pleinement satisfait aux normes fixées par le Département d’État américain. Jusqu’à présent, le Cameroun a fait des progrès en condamnant davantage de trafiquants, en identifiant et en orientant les victimes de la traite vers des services et en fournissant une assistance au rapatriement des victimes de la traite étrangères. Des obstacles, notamment des organisations terroristes telles que Boko Haram, ont accru la difficulté pour des pays comme le Cameroun de lutter contre la traite des êtres humains car ils contribuent au problème. Voici cinq faits à savoir sur la traite des êtres humains au Cameroun.

5 faits sur la traite des êtres humains au Cameroun

  1. La traite des enfants reste un problème: La traite des êtres humains au Cameroun concerne les enfants. Grâce au ministère des Affaires sociales (MINAS), le Cameroun a pu identifier 1147 enfants des rues vulnérables à la traite en 2019, contre 877 enfants en 2018. Les enfants victimes de la traite travaillent souvent dans des plantations agricoles où ils ne reçoivent pas d’indemnisation. Selon une étude réalisée en 2012 que le gouvernement camerounais a partiellement préparée, entre 600 000 et 3 millions d’enfants ont été victimes de la traite des êtres humains. Ces enfants doivent souvent parcourir de vastes distances et vivre à jamais séparés de leur famille. Souvent, lorsque les enfants deviennent assez vieux pour résister à la contrainte, les trafiquants les expulsent du Cameroun.
  2. Le gouvernement a intensifié ses efforts pour protéger les victimes: En 2019, les représentants du gouvernement camerounais ont identifié 77 victimes potentielles de la traite des êtres humains, ce qui représente une augmentation par rapport à 2018 lorsqu’ils ont identifié 62 victimes potentielles de la traite des êtres humains. Le gouvernement, ainsi que d’autres centres privés qui reçoivent des financements d’organisations non gouvernementales (ONG), continuent de fournir des services aux mineurs et aux enfants vulnérables qui risquent de devenir des victimes de la traite. Toutes les personnes, y compris les enfants que les responsables du gouvernement camerounais ont identifiés comme victimes de la traite des êtres humains, ont été prises en charge. Ces services offrent de la nourriture, un abri, une formation professionnelle, une éducation, des soins médicaux et psychologiques et la recherche de familles.
  3. Le Cameroun s’est engagé à lutter contre Boko Haram: Depuis 2014, Boko Haram participe à la traite transnationale des êtres humains à travers l’Afrique de l’Ouest, y compris au Cameroun. Au cours des dernières années, Boko Haram a continué à cibler et à trafiquer les femmes et les enfants au Cameroun. Alors que Boko Haram menace le Cameroun et d’autres États voisins, le Cameroun s’est engagé à mener un combat inlassable contre Boko Haram sans impunité pour les responsables des attaques. Plus précisément, le Cameroun a déployé deux opérations militaires en 2014, dont l’opération EMERGENCE 4 et l’opération ALPHA pour combattre Boko Haram. Les deux opérations continuent d’œuvrer à la lutte contre Boko Haram et à l’élimination de la traite des êtres humains transnationale.
  4. Le financement reste un problème: Le manque de financement au Cameroun continue d’entraver la mise en œuvre par le gouvernement de son plan d’action national de lutte contre la traite. Personne ne connaît le montant exact qui va actuellement au plan d’action national de lutte contre la traite du Cameroun et le montant d’argent nécessaire pour le mettre en œuvre correctement, car le gouvernement ne l’a pas divulgué au public. Malheureusement, parce que le financement a des limites au Cameroun, le pays a supprimé de nombreux programmes de formation qui visent à éduquer les forces de l’ordre pour détecter les situations de traite. Le manque de financement limite la quantité de recherche que le pays peut faire sur la traite des êtres humains tout en limitant le montant de l’aide et des ressources qu’il peut fournir aux victimes de la traite des êtres humains.
  5. Le Cameroun poursuit ses efforts pour prévenir la traite des êtres humains: Le MINAS continue d’informer les Camerounais des indicateurs de la traite à travers des campagnes de sensibilisation du public. En 2019, le gouvernement a organisé 2864 sessions d’information sur les indicateurs de la traite des êtres humains et sur les moyens de contribuer à prévenir la traite des êtres humains aux Camerounais. Ces sessions d’information de 2019 ont atteint 397 447 personnes contre seulement 69 000 en 2018. Les efforts de filtrage des forces de l’ordre et des agents de l’immigration dans les aéroports internationaux du Cameroun ont empêché plusieurs victimes potentielles de la traite des êtres humains d’être exploitées au cours des dernières années.

Regarder vers l’avant

Pour lutter contre la traite des êtres humains au Cameroun, la nation a fait des efforts pour se concentrer sur les familles, reconnaissant que les familles peuvent souvent jouer un rôle dans la facilitation de la traite. De nombreuses familles pauvres doivent souvent vendre des enfants, en particulier des filles, à la traite et sont incapables de protéger les enfants et les femmes de devenir des victimes de la traite. Avec l’aide des Nations Unies, le Cameroun a continué d’œuvrer à l’élimination de la traite en alignant ses lois et règlements sur le droit international afin de garantir que la traite des personnes soit criminalisée. Travaillant en étroite collaboration avec des ONG ainsi qu’avec des organisations intergouvernementales (OIG) telles que le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le Cameroun espère éliminer la traite des êtres humains et continue de lui donner la priorité en tant que problème principal.

Ariana Menton
Photo: Flickr

*