Catégories
Solidarité et entraide

5 faits sur la pauvreté périodique au Myanmar

Période de pauvreté au Myanmar
La pauvreté périodique est lorsque les femmes n’ont pas un accès adéquat aux serviettes hygiéniques et à d’autres ressources pour les aider pendant la menstruation. Cela conduit de nombreuses femmes à utiliser la même serviette pendant une période prolongée, ce qui augmente le risque d’infections des voies urinaires. La pauvreté d’époque au Myanmar est particulièrement répandue.

La recherche sur la pauvreté des périodes est un sujet relativement nouveau. Il n’y a pas de registres officiels indiquant combien de femmes n’ont pas accès aux serviettes. En outre, l’enquête sur la pauvreté d’époque est plus récente dans les pays d’Asie du Sud-Est. Sur la base des informations que certains ont acquises, voici cinq faits sur la pauvreté d’époque au Myanmar.

5 faits sur la pauvreté périodique au Myanmar

  1. Les femmes restent souvent à la maison: La pauvreté périodique a des effets à long terme sur les femmes. Par exemple, lorsque les femmes ont leurs règles, elles ont tendance à rester à la maison, où elles sont plus proches des serviettes hygiéniques et autres fournitures. Les femmes passent environ 10 à 20% de l’année à la maison en raison de leurs règles et du manque d’articles sanitaires. En outre, les femmes handicapées et les femmes incarcérées ont peu ou pas d’accès aux serviettes hygiéniques.
  2. Organisations fournissant des produits sanitaires: Des organisations telles que Bloody Good Period et The Pad Project ont travaillé dur pour collecter des fonds afin de faire don de serviettes hygiéniques aux femmes dans les pays confrontés à la pauvreté périodique. Zuraidah Daut est une militante sociale en Malaisie qui place des boîtes vides à l’extérieur des devantures de magasins pour collecter des dons. De nombreuses personnes font don de serviettes hygiéniques et de serviettes hygiéniques à ceux qui n’en ont pas les moyens.
  3. Installations sanitaires adéquates: Une autre raison pour laquelle les femmes et les filles peuvent rester à la maison pendant leurs règles est le manque d’installations sanitaires adéquates à l’école ou au travail. Par exemple, dans de nombreuses écoles, les filles et les garçons partagent des toilettes, ce qui augmente la probabilité que les filles restent à la maison pendant leurs règles. Les établissements publics ne disposent pas toujours de savon, d’eau ou d’un endroit pour se débarrasser des produits sanitaires.
  4. Stéréotypes culturels: De nombreuses personnes ont des stéréotypes culturels stigmatisants sur les périodes au Myanmar. Par exemple, certaines personnes au Myanmar pensent que les règles sont sales. En conséquence, environ 50% des femmes pensent que les règles sont une maladie. De plus, environ 80% des femmes ont déclaré se sentir gênées par leurs premières règles. Les Birmans croient généralement que les femmes ne devraient pas se laver les cheveux, aller aux temples ou manger de la salade de feuilles de thé pour se nettoyer pendant leurs règles.
  5. Changer les mentalités: La bonne nouvelle est que les femmes du Myanmar améliorent leur état d’esprit au sujet des règles. L’artiste birmane Shwe Wutt Hmon a présenté une exposition d’art explorant la honte entourant les règles et les menstruations à Yangon, au Myanmar. La pièce consistait à interroger 30 femmes différentes sur leurs expériences et leurs opinions sur leurs règles. Hmon a encouragé les femmes à accepter les menstruations et à respecter leur corps. Ses expositions représentent des femmes en train de manger de la salade de feuilles de thé et agenouillées, les jambes enchaînées et assises l’une à côté de l’autre, qui sont toutes des superstitions que les Birmans associent à la perception que les périodes sont sales. Cet effort et d’autres du même genre sont essentiels pour changer les croyances de longue date sur les femmes et les menstruations.

La pauvreté d’époque au Myanmar empêche de nombreuses femmes d’avoir accès à des produits sanitaires ou à des installations sanitaires adéquates. Les stéréotypes culturels autour de la menstruation rendent également la gestion des règles difficile pour les femmes. Heureusement, de nombreuses organisations et individus interviennent et éduquent les autres sur des pratiques meilleures et plus sûres. Avec le temps, nous espérons que les produits sanitaires deviendront plus accessibles à mesure que la stigmatisation entourant la menstruation diminuera.

– Alyssa Ranola
Photo: Flickr

*