Catégories
Solidarité et entraide

5 faits sur la pauvreté des enfants au Liban

Pauvreté des enfants au Liban
Les conflits ont touché le Liban au cours des dernières décennies, notamment la guerre civile, la révolution et l'occupation. En conséquence, de nombreux enfants au Liban grandissent et vivent dans des conditions difficiles. Voici cinq choses à savoir sur la pauvreté des enfants au Liban.

5 faits sur la pauvreté des enfants au Liban

  1. La pauvreté en chiffres: Il existe de graves inégalités au Liban car 5 à 10% de la population reçoit plus de la moitié du revenu national total. Environ 25 à 30% des Libanais vivent dans la pauvreté. Les réfugiés et les autres populations font face à un taux de pauvreté encore plus élevé. Pour tous ces groupes, les familles avec enfants sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté. Selon les estimations actuelles, 1,4 million d'enfants au Liban vivent dans la pauvreté. Cela affecte leur capacité à recevoir une éducation, une alimentation et de l'eau adéquates et leur niveau de vie et d'emploi futurs.
  2. Éducation: On estime que 10% des enfants au Liban ne vont pas à l'école. Les écoles qui existent sont de qualité médiocre à la fois en termes d'éducation et d'état physique des bâtiments. La mauvaise éducation au Liban pousse moins de jeunes à acquérir des emplois dans des domaines techniques ou compétitifs. Les conflits armés et violents au Liban ont également endommagé des bâtiments scolaires. En outre, l’accès des enfants à l’éducation est entravé par la loi de 1925 sur la nationalité, dans laquelle seuls les enfants de père libanais reçoivent la citoyenneté. Si l’unique parent d’un enfant est sa mère ou si le père n’est pas libanais, les écoles publiques ne l’admettent pas tant que tous les autres enfants libanais ne sont pas inscrits.
  3. Le travail des enfants: Le Liban a des taux de travail des enfants inférieurs à ceux de nombreux pays voisins, mais 7% des enfants travaillent encore. Beaucoup de ces enfants travaillent pour subvenir aux besoins de leur famille, même si leurs salaires sont souvent bas. Les garçons travaillent souvent dans des usines ou dans l'agriculture qui ont des conditions de travail inhumaines et très dures. Le Liban a signé la Convention de l’OIT sur le travail des enfants, mais cela n’a pas réduit le travail des enfants.
  4. Enfants réfugiés: Le Liban compte un très grand nombre de réfugiés vivant à l'intérieur de ses frontières en raison de sa situation géographique. Ces réfugiés viennent d'Irak, de Syrie, de Palestine et plus encore. La majorité des réfugiés vivent dans une extrême pauvreté. Les enfants réfugiés travaillent souvent dans de mauvaises conditions pour gagner de l'argent. Beaucoup souffrent également de problèmes de santé mentale en raison de leur traumatisme. Dans les camps de réfugiés, les enfants sont confrontés à de nombreux dangers, notamment la violence domestique, la consommation de drogues et un minimum de soins de santé et d'hygiène de base. Le Liban n'a pas ratifié la Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés et fait peu pour protéger ces personnes vivant à l'intérieur du pays. Le pays n’a pas non plus les ressources nécessaires pour s’attaquer aux problèmes de santé mentale des enfants, mais les ONG s’emploient à fournir une aide médicale accrue dans les camps de réfugiés.
  5. Réduire la pauvreté des enfants: Le gouvernement libanais a lancé le programme national de ciblage de la pauvreté en 2011. La Banque mondiale a fourni une assistance technique et financière à ce programme pour fournir un filet de sécurité aux familles vivant dans l'extrême pauvreté. Les familles sont choisies en fonction du niveau de sécurité alimentaire, de la situation sur le marché du travail et d'autres variables. Ce programme aide actuellement 43 000 ménages, bien que plus de 150 000 familles soient dans l'extrême pauvreté et plus de 350 000 éligibles soient dans la pauvreté. Les familles bénéficiaires du programme reçoivent une «Hayat Card», qui leur donne accès à des soins de santé et des services éducatifs gratuits, et les plus pauvres reçoivent une carte de débit pour la nourriture.

Les enfants au Liban sont encore fortement touchés par la pauvreté, que ce soit à travers les soins de santé, l'éducation ou le travail. Les enfants et les filles réfugiés sont particulièrement vulnérables car ils n'ont pas les droits fondamentaux prévus par la loi. Bien que des progrès aient été accomplis ces dernières années pour éradiquer la pauvreté, le gouvernement et d'autres organisations doivent donner la priorité à la lutte contre la pauvreté des enfants au Liban.

Claire Brady
Photo: Flickr

*