5 Exemples de brutalité policière à l'échelle internationale

Cinq exemples de brutalité policière à l'échelle internationaleLes manifestations aux États-Unis mettent en lumière un problème troublant qui a coûté la vie à des générations: la brutalité policière. Cependant, la brutalité policière affecte presque tous les pays du monde. Partout où il y a une force de police, il y a un potentiel de brutalité policière. Voici cinq exemples qui démontrent la brutalité policière à l'échelle internationale.

5 Exemples de brutalité policière à l'échelle internationale

  1. Kenya: Les policiers au Kenya acceptent souvent des pots-de-vin. Non seulement cela, mais la police accuse, emprisonne ou même tue souvent ceux qui ne peuvent offrir de pot-de-vin. Les policiers exigeant des pots-de-vin affectent de manière disproportionnée les pauvres Kenyans. Les Kenyans en situation de pauvreté sont souvent incapables de payer la police et peuvent être détenus sans cause probable pendant une période indéterminée. De plus, les policiers s'en sortent souvent en agressant ou en assassinant des citoyens sans subir eux-mêmes de répercussions juridiques. Le 8 juin 2020, des citoyens sont descendus dans les rues de Nairobi, au Kenya, pour protester contre la brutalité policière que la police a employée lors de l'application des couvre-feux pendant le verrouillage lié au COVID-19.
  2. Hong Kong: Lors des manifestations pour la démocratie en 2019, des violations généralisées des droits de l'homme ont été commises par la police de Hong Kong, en grande partie sans répercussions. La brutalité comprenait l'utilisation inappropriée de balles en caoutchouc, conçues pour que la police puisse les tirer sur le sol avant qu'elles ne rebondissent et ne frappent les gens. En outre, il y a eu une mauvaise utilisation des balles de sacs de haricots, le passage à tabac de manifestants non violents, une mauvaise utilisation de gaz lacrymogène et de gaz poivré et l'utilisation de canons à eau. Dans certains cas, les manifestants détenus ont été soumis à de sévères passages à tabac qui équivalaient à de la torture. En conséquence, il y a eu un appel pour une enquête sur le recours à la violence par la police à partir d’une source impartiale et indépendante plutôt qu’une enquête interne.
  3. Philippines: Depuis 2016, la guerre contre la drogue que le directeur général philippin Oscar Albayalde a menée a fait des milliers de morts. Les assassins, y compris des policiers et des gangs indépendants d'hommes à motocyclettes qui auraient été affiliés à la police, n'ont pas fait l'objet de poursuites judiciaires. Les forces de l'ordre ont tué plus de 12 000 personnes pendant la guerre contre la drogue, et Human Rights Watch a exhorté Albayabe à prendre en compte les droits de la population. Souvent, les exécutions policières de citoyens résultent de drogues que la police plante sur les citoyens, ce qui aggrave l'injustice. Certains ont qualifié la guerre contre la drogue aux Philippines de «guerre contre les pauvres» car elle discrimine les pauvres des villes. Les vols qualifiés font souvent suite aux meurtres commis par la police contre les pauvres des villes. En ciblant les populations vulnérables, la police malhonnête peut commettre des crimes extrajudiciaires.
  4. Pakistan: La brutalité policière affecte également le peuple pakistanais. Un exemple particulièrement injuste en est la mort de Salahuddin Ayabi, une personne handicapée mentale, qui a été placée en garde à vue pour un vol à main armée. La police l'a gravement torturé et a mis fin à sa vie. Au Pakistan, la police a tué des centaines de personnes détenues sous la torture. Les policiers produisent souvent de faux témoignages et déposent des preuves sur les gens avant de les détenir et parfois de les assassiner. Le gouvernement punjabi a proposé une réforme législative. Cependant, certains soutiennent que le problème n'est pas la législation elle-même mais le manque de mise en œuvre adéquate pour tenir la police responsable. Les Pakistanais pauvres sont un groupe démographique ciblé, soumis aux exécutions extrajudiciaires, aux détentions et à la torture policière.
  5. Le Salvador: Entre 2014 et 2018 au Salvador, la police a tué au moins 116 personnes. Pour mettre cela en perspective, la population d’El Salvador est de 6,421 millions d’habitants, soit environ les trois quarts de la population de New York. Raquel Caballero a décrit ces meurtres comme des «assassinats brutaux» dans une interview à Reuters. Les actions brutales de la police semblent corrélées à la violence des gangs qui sévit au Salvador, car de nombreuses victimes sont des membres de gangs. Sur les 48 cas de meurtres extrajudiciaires commis par la police, seuls 19 policiers ont été poursuivis et deux seulement ont été condamnés. Le taux de meurtres d’El Salvador est l’un des plus élevés au monde, mais certains soutiennent que cela ne devrait pas excuser les policiers d’agir de manière aussi brutale. En outre, les femmes des zones de grande pauvreté souffrent de brutalités policières en raison de la faiblesse des droits reproductifs. Par exemple, les femmes qui cherchent à se faire avorter, même pour des urgences obstétricales, font souvent l'objet de poursuites.

L'examen de la brutalité policière au niveau international par des groupes comme l'ONU, Human Rights Watch ou Amnesty International est crucial pour maintenir la conscience de l'omniprésence de ce problème. Peut-être que les organisations qui poursuivent les policiers coupables du monde entier sortiront victorieuses de leurs efforts. La police doit respecter les mêmes normes que les populations qu'elle sert.

Elise Ghitman
Photo: Flickr

*

★★★★★