5 choses à savoir sur les banques alimentaires en Afrique

banques alimentaires en AfriqueSelon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, environ 702 à 828 millions de personnes dans le monde souffraient de la faim en 2021, et plus de 30% d’entre eux se trouvaient sur le continent africain. Bien qu’il existe de nombreux efforts de lutte contre la faim sur le continent, les banques alimentaires sont les moins importantes ou les moins connues. Il y a de nombreuses raisons à cela, notamment la bureaucratie des gouvernements locaux, le manque de financement, la mauvaise situation géographique et la médiocrité des infrastructures. Néanmoins, les banques alimentaires en Afrique se multiplient malgré les défis et ont un impact significatif sur la réduction de l’insécurité alimentaire. Certaines choses à savoir sur les banques alimentaires en Afrique incluent :

Les banques alimentaires sont relativement nouvelles en Afrique.

Bien qu’il puisse y avoir de nombreuses initiatives de lutte contre la faim en Afrique avec une longue histoire, les banques alimentaires, en particulier celles formées par des initiatives locales, ne se sont pas formées avant le début du 21St siècle. Les premières banques alimentaires africaines comprennent la Banque alimentaire égyptienne, fondée en 2006, et FoodForward Afrique du Sud, fondée en 2009.

Les aliments proviennent directement des agriculteurs et des entreprises de transformation.

La plupart des déchets alimentaires en Afrique proviennent de la post-récolte et de la transformation des aliments niveaux de distribution alimentaire. Ceci est différent des systèmes de banques alimentaires établis aux États-Unis et en Europe, qui s’approvisionnent principalement en déchets alimentaires dans les restaurants, les supermarchés, les épiceries et d’autres endroits similaires. D’autres différences entre ces systèmes établis et ceux émergents en Afrique et dans d’autres parties du monde remettent en question ce que l’on comprend des banques alimentaires. En conséquence, les banques alimentaires sont réévaluées en fonction de leur impact sur l’insécurité alimentaire.

Les banques alimentaires se sont développées pendant la pandémie de COVID-19.

En 2020, le nombre de personnes souffrant de la faim en Afrique a augmenté de 46 millions ; d’ici 2021, 278 millions de personnes sur le continent seraient confrontées à la faim. De nouvelles banques alimentaires en Afrique se sont intensifiées pour faire face à l’augmentation et servi 906 026 personnesaugmentant leur portée de 169 % par rapport à leur impact en 2019. Dans le cadre de la conférence Africa Food Bank Incubator qui se tient chaque année depuis 2019, les banques alimentaires africaines se sont réunies virtuellement pendant la pandémie de COVID-19 pour partager des conseils et des stratégies contribuant à leur croissance exponentielle.

En 2019, les banques alimentaires africaines ont rejoint pour la première fois le Global Food Banking Network.

Le Global Food Banking Network est une organisation à but non lucratif soutenant les banques alimentaires du monde entier. À l’exception de son partenariat avec FoodForward South Africa, l’organisation n’était pas présente sur le continent africain. En 2019, l’organisation s’est associée à 40 banques alimentaires au Kenya, au Nigéria, en Éthiopie, au Ghana, à Madagascar et au Botswana pour former le Programme d’incubation en Afrique.

Les banques alimentaires contribuent à l’insécurité alimentaire.

Les systèmes de banque alimentaire en tant que moyen de lutter contre l’insécurité alimentaire et le gaspillage alimentaire en Afrique continueront de mûrir à mesure que le continent continuera de se développer parallèlement au raffinement de l’interdépendance internationale. Les défis actuels de la banque alimentaire en Afrique peuvent donc être considérés comme une opportunité pour tester des solutions innovantes dans la lutte contre la pauvreté alimentaire.

–Kena Irungu
Photo : Wikimédia Commons

*

★★★★★