5 améliorations pour les femmes au Togo

Le Togo est un pays d'Afrique de l'Ouest qui borde le Ghana, le Burkina Faso et le Bénin. La nation a obtenu son indépendance de la France en 1960 et compte une population de 7,89 millions d'habitants. Malgré le succès du pays dans la production de phosphate, plus de 50% de la population togolaise vit en dessous du seuil de pauvreté. Le Togo est considéré comme un «pays le moins avancé» par les Nations Unies.

L'extrême pauvreté qui existe au Togo affecte de manière disproportionnée les femmes, car elles ne bénéficient pas de l'égalité des chances en matière de travail et d'éducation. Le Togo se classe au 115e rang des 129 pays du monde selon l’indice de genre des objectifs de développement durable, qui mesure l’égalité entre les sexes de chaque pays au regard des objectifs de développement durable. Ces objectifs comprennent l'accès à l'éducation et à la santé, entre autres, ainsi que la lutte contre la prévalence de la violence sexiste. Malgré les nombreuses difficultés qui existent encore dans presque tous les secteurs de la vie quotidienne, il y a eu des améliorations significatives pour les femmes au Togo au cours des dernières décennies.

5 améliorations pour les femmes au Togo

1. Le taux de mortalité maternelle a diminué. Le taux est passé de 489 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2000 à 396 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2017. La baisse du taux de mortalité maternelle au Togo est en grande partie due aux efforts des organisations à but non lucratif qui s'efforcent d'améliorer l'accès et la qualité des soins de santé. En partenariat avec World Centric, l'organisation à but non lucratif Integrate Health fournit une formation et une éducation aux infirmières et sages-femmes et emploie des agents de santé communautaires pour fournir des services de santé en première ligne au Togo. L'organisation améliore également la gestion et l'infrastructure des cliniques existantes et supprime les frais d'utilisation qui empêchent de nombreux Togolais de se faire soigner. Dans 13 cliniques, Integrate Health entend «effectuer 20 497 consultations prénatales et postnatales et 2 862 accouchements en établissement». De plus, étant donné que les agents de santé communautaires sont majoritairement des femmes, Integrate Heath offre également des opportunités économiques et une formation médicale aux femmes togolaises.

2. Le taux de fécondité des adolescentes a diminué. Le taux est passé de 130,17 naissances pour 1 000 femmes âgées de 15 à 19 ans en 1985 à 88,69 naissances pour 1 000 en 2018. Le Togo fait des progrès importants dans l'éducation de ses jeunes aux contraceptifs, puisque 410 000 jeunes participent désormais à un programme d'éducation sexuelle. Ce sont des améliorations significatives pour les femmes au Togo. L'Association Togolaise Pour Le Bien-Etre Familial (ATBEF) est une organisation à but non lucratif qui œuvre au Togo depuis 1975 dans le secteur de la santé sexuelle et reproductive. L'ATBEF vise à réduire la mortalité infantile et maternelle en organisant des cliniques de santé mobiles et en faisant du porte-à-porte pour discuter des avantages de l'utilisation de la contraception. En outre, l'ATBEF a atteint plus de 870 villages au Togo qui ont choisi de signer des chartes de protection qui protègent les filles de la violence sexiste, les encouragent à terminer leurs études et enseignent aux chefs de village l'importance d'éduquer les jeunes à la contraception. Depuis que l'ATBEF a commencé à travailler dans le district de santé de Haho en 2011, l'utilisation des contraceptifs a doublé.

3. L'éducation des femmes a augmenté tandis que le taux de fécondité global a diminué. La baisse régulière de la fécondité des femmes, de 7,21 naissances par femme en 1980 à 4,32 naissances par femme en 2018, pourrait être le résultat d’efforts accrus en matière d’éducation. À mesure que les femmes deviennent plus instruites et que les pays deviennent plus développés, les taux de fécondité diminuent. Bien qu'il existe toujours une disparité entre les taux d'alphabétisation des hommes et des femmes, les taux d'alphabétisation des femmes sont passés de 38,5% des femmes alphabétisées de plus de 15 ans en 2000 à 51,24% en 2015. De plus, les taux d'alphabétisation des jeunes femmes sont passés de 63,5% à 78,37% en 2018, ce qui indique que les femmes plus jeunes reçoivent plus d'éducation et sont moins susceptibles d'avoir beaucoup d'enfants ou de tomber enceintes à l'adolescence.

4. Les possibilités d'emploi se sont accrues. En 2019, 88,79% des femmes togolaises étaient déclarées comme indépendantes. En outre, la loi du travail du Togo, adoptée en 2006, interdit la discrimination sur le lieu de travail fondée sur le sexe et autorise jusqu'à 20 semaines de congé de maternité payé avec sécurité de l'emploi. Cependant, les maris peuvent encore limiter le choix des femmes de travailler et contrôler leurs finances conformément au droit coutumier. Des organisations à but non lucratif telles que CARE travaillent au Togo et dans toute l'Afrique de l'Ouest pour autonomiser les femmes en tant que participantes à l'économie. Le programme Women on the Move de CARE encourage les femmes à rejoindre des groupes d’épargne, dans lesquels les femmes mettent en commun leurs économies et se prêtent de l’argent pour créer une entreprise ou pour payer les soins de santé et l’éducation. Women on the Move autonomise les femmes en les éduquant sur leurs droits économiques et mobilise les femmes à travers l'Afrique de l'Ouest dans le but d'améliorer leur statut socio-économique. Le programme vise à atteindre 8 millions de filles en Afrique de l'Ouest d'ici fin 2020. Sous l'influence de Women on the Move, le gouvernement togolais a prévu d'inclure les groupes d'épargne dans la stratégie nationale d'inclusion financière.

5. Le mariage des enfants a diminué. Le Togo est l'un des nombreux pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre à connaître une baisse du mariage des enfants, avec un taux de réduction annuel moyen de 2%. En outre, le Togo a le troisième plus faible nombre de filles mariées entre 15 et 18 ans en Afrique de l'Ouest et centrale. Bien que le gouvernement se soit engagé à mettre fin au mariage des enfants d'ici 2030, 600 000 filles togolaises sont encore aujourd'hui mariées dans leur enfance. Pour éliminer le mariage des enfants, le gouvernement devra s'employer à faire en sorte que les filles restent à l'école et soient informées de leurs droits, car de nombreuses filles apprennent encore que la violence exercée contre elles par leur mari est justifiée. Girls Not Brides, un partenariat mondial dont la mission est d'éradiquer le mariage des enfants, travaille au Togo pour développer des stratégies spécifiques aux pays qui encouragent les gouvernements et les communautés à agir.

Ces 5 améliorations pour les femmes au Togo illustrent la progression régulière du pays vers l’égalité des sexes. Les améliorations du Togo en matière de soins de santé, d'éducation et d'opportunités économiques pour les femmes ont contribué à une espérance de vie plus élevée des femmes, qui est passée de 54,29 en 2000 à 61,61 en 2018. Cependant, le Togo doit continuer à s'attaquer au problème du mariage des enfants, car il est toujours légal pour les familles marier leurs filles pour recevoir une dot. Bien que l'âge légal du mariage soit de 18 ans au Togo, les mariages peuvent être arrangés avant l'âge de 18 ans avec l'accord des parents. Il y a encore du travail à faire au Togo, pour réformer les lois afin de donner aux femmes plus de pouvoir sur leurs choix matrimoniaux et d'éduquer les parents sur les méfaits que le mariage des enfants peut avoir sur les jeunes filles et leur avenir.

– Melina Stavropoulos

Photo: Flickr

*

★★★★★