4 faits importants à savoir

Pauvreté au Turkménistan
Le Turkménistan est un pays de la région d'Asie centrale avec une population de plus de 5,5 millions d'habitants et un littoral le long de la mer Caspienne entre le Kazakhstan au nord et l'Iran au sud. Avant son indépendance en 1991, le Turkménistan était une république soviétique.

Le pays est bien doté de réserves énergétiques, notamment de gaz naturel et de pétrole, et son économie est fortement dépendante de la production et des exportations d'énergie. En outre, le Turkménistan est riche en coton, un autre produit de base très exporté. Si 48,2% de la population active du pays travaille dans l’agriculture, ce secteur ne représente qu’environ 8% de son PIB. En outre, le Turkménistan continue de se heurter à des obstacles importants au progrès économique et politique, soumettant nombre de ses citoyens à la pauvreté et à d’autres sources de difficultés. Voici ce que vous devez savoir sur la pauvreté au Turkménistan.

4 Faits sur la pauvreté au Turkménistan

  1. Le Turkménistan a fait des progrès significatifs en matière de réduction de la pauvreté. En 1999, on estime que 58% de la population du Turkménistan vivait dans la pauvreté, contre 0,2% en 2012. Le PIB par habitant a connu une amélioration similaire au cours de la même période. En 1999, le PIB par habitant au Turkménistan n'était que de 1 800 dollars. Ce chiffre est passé à 8900 dollars en 2012, et en 2017, il a atteint 18200 dollars, ce qui a valu au pays le 97e rang du PIB par habitant le plus élevé au monde.
  2. Le Turkménistan posséderait la quatrième plus grande réserve de gaz naturel au monde. Cependant, sa forte dépendance à l'égard des exportations d'énergie expose son économie à des vulnérabilités importantes, notamment aux fluctuations des prix de l'énergie. Les prix élevés de l'énergie au cours de la dernière décennie ont permis des progrès sensibles sous la forme de subventions aux services publics de la part du gouvernement turcman depuis 2014. Cependant, le taux de croissance du PIB du pays est tombé à 10,3%, en raison de la faiblesse des prix de l'énergie, en 2014. 14,7% en 2011. En 2015, son taux de croissance du PIB a encore baissé à 6,5%. Ces revers ont entraîné des réductions des subventions gouvernementales et des dépenses d'infrastructure.
  3. Le premier dirigeant politique du pays, Niyazov, est décédé en 2006 et a été remplacé par Berdimuhamedow, qui continue d’être président aujourd’hui. Sous le règne de Niyazov, la dissidence politique a été largement réprimée et la liberté de mouvement et de voyage étroitement limitée. En 2004 et 2005, en outre, le développement du Turkménistan a été considérablement entravé lorsque le gouvernement a supprimé un an de scolarité dans le secondaire, remplacé 15 000 professionnels de la santé par des conscrits militaires et fermé tous les hôpitaux régionaux. La répression politique et les libertés civiles limitées se sont poursuivies sous Berdimuhamedow. Avec un indice de transparence de 154 sur 176 pays, la corruption à tous les niveaux de gouvernement a également été un obstacle majeur au développement du Turkménistan, limitant son potentiel d'opportunités d'investissement étranger.
  4. L’économie du Turkménistan est fortement réglementée par l’État. Ce point est illustré par le fait qu'environ 90% de la production agricole est contrôlée par l'État. Les gens signalent également de longues files d'attente dans les épiceries que l'État possède ou contrôle. Étant donné que les produits alimentaires comme le pain et les œufs sont subventionnés et que les agriculteurs turkmènes n’ont pas le droit de cultiver des produits non autorisés, l’économie du pays est loin d’être efficace ou autosuffisante. Ce fait est encore exacerbé par le contrôle du gouvernement sur le taux de change, limitant ainsi la capacité du secteur privé d’importer les denrées alimentaires nécessaires à la subsistance de la population.

Alors que les estimations officielles de la pauvreté au Turkménistan sont faibles, à 0,2%, le pays est confronté à plusieurs inconvénients en ce qui concerne à la fois son économie et sa position sociale et politique. Celles-ci vont de la nécessité de diversifier son modèle économique, de sa forte dépendance aux recettes d'exportation d'énergie à la promotion d'un climat des affaires et des investissements plus libre. Dans l’intervalle, la coopération et la coordination internationales doivent s’efforcer de faire en sorte que les récentes pénuries alimentaires au Turkménistan ne dégénèrent pas en une véritable crise de la faim.

Oumaima Jaayfer
Photo: Flickr

*

★★★★★