Catégories
Solidarité et entraide

3 Organisations améliorant la sécurité alimentaire du Tchad

La sécurité alimentaire du Tchad
La sécurité alimentaire du Tchad est un problème et un défi persistants. Plus de 2 millions de personnes souffrent de malnutrition et 43% des enfants de moins de 5 ans ont développé un retard de croissance dû à la malnutrition. Au total, 3,7 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire au Tchad. Heureusement, de nombreuses grandes organisations s’efforcent de réduire l’insécurité alimentaire. Ces organisations comprennent le Programme alimentaire mondial (PAM), la Banque mondiale et l’Organisation des États-Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le Programme alimentaire mondial (PAM)

Le Programme alimentaire mondial a fourni une aide alimentaire à 1,4 million de personnes au Tchad. En outre, cette organisation a fourni une aide alimentaire et des repas scolaires à 370 000 réfugiés et 135 000 enfants.

Le PAM a travaillé avec d’autres organisations à but non lucratif sur un projet à Farchana, un camp de réfugiés au Tchad en 2018. Ce projet a permis à environ 30 000 personnes de s’unir et de contribuer à bâtir une communauté plus autonome et plus sécurisée alimentaire. Le projet consistait à retravailler le paysage et à fournir aux travailleurs de l’argent pour acheter de la nourriture ou d’autres produits de première nécessité. Selon le PAM, «le travail accompli à la fois par les communautés d’accueil et les réfugiés accroît la disponibilité et la diversité des aliments produits et consommés localement, et garantit que la production alimentaire locale et les activités génératrices de revenus peuvent se poursuivre pendant les chocs et les crises.»

En outre, le PAM a élaboré un plan stratégique pour 2019-2023 qui comprend la manière dont l’organisation prévoit d’aider à améliorer la sécurité alimentaire du Tchad. L’organisation à but non lucratif contribuera à garantir que les habitants des zones ciblées aient accès à la nourriture toute l’année, satisfassent leurs besoins alimentaires de base et disposent de moyens plus autonomes pour se procurer de la nourriture. Le PAM espère également augmenter les niveaux nutritionnels de la population et faire en sorte que le gouvernement puisse aider à nourrir la population.

La Banque mondiale

La Banque mondiale a soutenu plus de 50 projets au Tchad et travaille actuellement sur 19 projets. Cette organisation a lancé le projet AF de réponse d’urgence à la crise alimentaire et de l’élevage en 2017. Le projet visait à «améliorer la disponibilité et l’accès à la capacité de production alimentaire et animale pour les bénéficiaires ciblés». En outre, le projet a reçu une subvention de 11,6 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) qui se concentre sur la protection sociale, l’agriculture, la pêche et la foresterie, l’élevage et les cultures.

La Banque mondiale a approuvé une subvention de 75 millions de dollars de l’IDA pour poursuivre le Projet d’appui aux réfugiés et aux communautés d’accueil pour le Tchad (PARCA) en septembre 2020. Le PARCA a contribué à améliorer la vie des personnes pauvres et vulnérables du pays. Le projet devrait s’achever en 2025 et a reçu une note de «moyennement satisfaisant» en octobre 2020.

L’Organisation des États-Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

La FAO travaille d’arrache-pied pour améliorer la sécurité alimentaire du Tchad depuis plusieurs années. En outre, la Banque mondiale a publié une analyse d’un projet auquel la FAO et d’autres organisations ont contribué en 2019. Ce projet consistait à fournir des connaissances et des outils agricoles aux habitants de Goré, une ville du sud du Tchad. De plus, le projet a aidé près de 500 000 personnes et mis en place un processus permettant à la communauté de se nourrir toute l’année à un prix abordable.

La FAO a fourni une «aide agricole d’urgence aux populations vulnérables» en 2019. En outre, l’organisation a aidé un peu moins de 300 000 personnes à améliorer leur production agricole et les a empêchées de souffrir d’incohérences ou de catastrophes climatiques futures.

La FAO a achevé le projet de revitalisation durable des systèmes agricoles qui a aidé environ 4 000 personnes en 2020. En outre, elle a fourni des systèmes d’irrigation et des clôtures pour protéger les cultures. Le projet a réussi à augmenter les rendements agricoles.

Le Tchad note 187/189 sur l’indice de développement humain et 66,2% de la population vit dans une pauvreté extrême. Malgré ces luttes, les organisations contribuent à améliorer la vie des gens. Le gouvernement du Tchad s’emploie également à améliorer la vie de sa population. Le Tchad a créé un plan pour améliorer la qualité de vie des Tchadiens en développant le capital humain et social, la protection sociale et l’autonomisation économique d’ici la fin de 2021.

– Sophie Shippe
Photo: Flickr

*