3 groupes de lutte contre la maladie au Nicaragua

Lutte contre la maladie au NicaraguaAu Nicaragua, 30% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, ce qui en fait le pays le plus pauvre d'Amérique centrale. Il n'est pas surprenant que le risque de maladies infectieuses majeures dans le pays ait été qualifié de élevé en 2020. Par conséquent, une étape majeure dans la lutte contre la pauvreté consiste à lutter contre la maladie au Nicaragua.

La Fondation pour le secours médical international des enfants (FIMRC), Project Hope et AMOS Health and Hope combattent tous la maladie au Nicaragua avec des approches différentes. Toutes ces organisations ont des missions similaires liées à la santé et ont un impact considérable sur la vie des personnes dans le besoin. Le FIMRC et l'AMOS concentrent leurs efforts sur les jeunes touchés par les maladies plutôt que sur l'ensemble des communautés. Project Hope peut aider un plus grand nombre d'âges car il concentre ses efforts sur une région plus petite que les autres organisations.

La Fondation pour le secours médical international des enfants

La Fondation pour le secours médical international des enfants est une organisation à but non lucratif qui s'efforce de créer des services de santé durables pour les personnes dans le besoin. Depuis près de deux décennies, l'organisation aide les communautés de santé vulnérables dans trois domaines: services cliniques pédiatriques, éducation sanitaire et initiatives spéciales.

Le programme de l’organisation au Nicaragua, Project Limón, illustre son succès. Limón est populaire pour les touristes; cependant, les zones environnantes sont considérées comme vulnérables car de nombreux habitants se retrouvent sans services de santé. Par exemple, 17% des enfants de 5 ans et moins au Nicaragua sont touchés par la malnutrition chronique. Le FIMRC s'efforce de réduire ce pourcentage et la maladie au Nicaragua en général en répondant à son programme en fonction des besoins de la communauté. Après avoir évalué leurs besoins, l'organisation a commencé à construire des cliniques et à fournir des soins médicaux.

Projet Hope

Project Hope concentre ses services de santé sur les personnes souffrant de diabète. Il se démarque également en se concentrant sur l'accompagnement des professionnels de la santé. Par exemple, l'organisation forme et aide les travailleurs de la santé à maximiser le nombre de personnes qu'ils peuvent aider. Il met l'accent sur l'éducation plutôt que sur l'aide.

Project Hope a commencé à lutter contre la maladie au Nicaragua grâce à son partenariat avec l'Université de León. Grâce à ce partenariat, l'organisation a commencé à s'implanter dans le pays et à soutenir l'infrastructure sanitaire. Par exemple, avec l'aide de l'un de ses partenaires, il a administré plus d'un million de vaccins contre le Pneumovax à la population. En outre, l’un de ses programmes couronnés de succès a bénéficié à près de 9 000 femmes et enfants grâce à «l’éducation sanitaire et la formation au microcrédit».

AMOS Santé et espoir

AMOS Health and Hope a un plan d'action plus large que les deux autres groupes. L’énoncé de mission du groupe est de s’assurer que les enfants ne meurent pas de maladies évitables. Semblable au FIMRC, il travaille directement avec la communauté qu'il vise à aider à développer des solutions de santé à long terme. Ses solutions pour lutter contre la maladie au Nicaragua reposent sur trois piliers principaux: traiter, prévenir et renforcer.

Bien que son énoncé de mission soit large, AMOS ne travaille qu'au Nicaragua, s'adressant aux membres des communautés vulnérables. Au sein du pays, ses efforts aident 24 communautés différentes dans le besoin. À ce jour, il a formé 670 agents de santé dans ces communautés et a aidé 74 600 personnes.

Dans l'ensemble, bien que les groupes aient des approches différentes de la lutte contre la maladie au Nicaragua, leurs efforts visent tous à aider ceux qui ont besoin de services de santé. Soutenir les agents de santé et ceux qui en ont besoin garantit que les deux côtés du problème sont rencontrés.

Erica Burns
Photo: Flickr

*

★★★★★