Catégories
Solidarité et entraide

3 Exemples d’art mettant en lumière la pauvreté

L'art mettant en lumière la pauvreté
L’art est l’un des vecteurs d’expression les plus populaires. Ceux qui ont un message qu’ils souhaitent partager avec le monde se tournent souvent vers l’art pour le faire. Que ce soit dans une peinture ou un poème, l’art a la capacité de sensibiliser à de nombreuses questions importantes. La pauvreté a été le sujet de prédilection de nombreuses formes d’art à travers le temps. Un exemple notable est le tableau «Les glaneurs» de Jean François Millet qui représente deux paysannes s’occupant d’un champ de blé. La pauvreté a également contribué à la production d’œuvres d’art de premier plan. Un exemple d’un tel cas est le poète Edgar Allen Poe, qui aurait produit son célèbre poème «The Raven» alors qu’il vivait dans la pauvreté. L’art met en lumière les sujets qui influencent fondamentalement la société. Voici trois exemples d’art mettant en lumière la pauvreté.

Vincent Van Gogh, «Les mangeurs de pommes de terre», 1885

Vincent Van Gogh est l’un des peintres les plus connus et les plus influents au monde. Deux millions de personnes ont visité le musée Van Gogh, qui abrite une grande partie du travail de l’artiste, depuis sa création en 1973. Les peintures de Van Gogh continuent de recevoir une acclamation massive ainsi que l’admiration des experts et amateurs d’art. Cependant, un fait moins connu est que ce célèbre artiste a vécu dans des conditions de pauvreté pendant de nombreuses périodes de sa vie. C’est à travers ces circonstances défavorables que Van Gogh a inspiré nombre de ses peintures bien connues.

L’une des œuvres les plus célèbres de Van Gogh centrant la pauvreté est le tableau «Les mangeurs de pommes de terre». Cette pièce se concentre sur les De Groots, une famille d’agriculteurs résidant aux Pays-Bas, qui partageaient un repas avec des pommes de terre comme plat principal. L’objectif visé par Van Gogh était centré sur une famille paysanne qui a acquis ses moyens par le travail manuel.

«The Potato Eaters» reçoit des éloges constants de la communauté artistique et beaucoup le considèrent comme le premier chef-d’œuvre de Vincent Van Gogh. Cette magnifique peinture est un exemple exemplaire d’art mettant en valeur la pauvreté.

Gordon Parks, «Flavio Da Silva», 1961

Le photographe Gordon Parks est célèbre pour ses photographies révolutionnaires et beaucoup le considèrent comme l’un des photographes pionniers du milieu du XXe siècle. De nombreuses publications populaires ont fait la chronique de ses œuvres, ses photographies ornant les couvertures du Time and Life Magazine. Au cours de sa carrière, le célèbre photographe a choisi de se concentrer sur les questions de race, d’injustices sociales, de droits civils et de pauvreté.

En 1961, Parks était en mission pour Life Magazine pour documenter la pauvreté au Brésil. Son projet a suivi le père et le chef de la famille Da Silva. Captivé par le fils de Da Silva, Flavio, Parks a décidé d’utiliser le jeune de 12 ans comme sujet principal pour la série de photos. La famille Da Silva, qui habitait la Favela de Rio de Janeiro, est ainsi devenue le portrait de la pauvreté en Amérique latine.

La série de photos a attiré l’attention et le cœur des lecteurs à travers les États-Unis, ce qui s’est traduit par 26 000 $ (estimée à plus de 200 000 $ aujourd’hui) pour soutenir Flavio et sa famille. Avec l’argent donné, Life a acheté une maison pour la famille Da Silva dans une banlieue de Rio. Flavio, qui à l’époque a connu divers problèmes de santé, a reçu un traitement médical gratuit de l’Institut et de l’hôpital de recherche sur l’asthme pour enfants de Denver pendant deux ans. La série «Flavio De Silva» allait devenir l’un des essais photographiques les plus populaires de Gordon Park au cours de sa longue carrière. Il s’agit certainement d’un autre exemple d’art mettant en valeur la pauvreté.

Bob Marley, «No Woman, No Cry», 1975

Tout au long de sa carrière musicale, le légendaire artiste reggae Bob Marley a constamment souligné la pauvreté et d’autres problèmes sociaux dans son art. «Get up, Stand up» et «Redemption Song» sont des chansons de la vaste discographie de Marley centrée sur des questions sociales et politiques. Le morceau «No Woman, No Cry» est devenu l’une des chansons les plus populaires de Marley, centrée sur la pauvreté. «No Woman, No Cry» n’est pas seulement un favori des fans, mais a également été salué en se classant dans le top 40 de la liste des «500 plus grandes chansons de tous les temps» de Rolling Stone en 2003.

Le co-auteur Vincent Ford résidait à Trench Town, un quartier pauvre situé à Kingston, en Jamaïque. Dans son jeune âge adulte, Marley a déménagé à Trench Town et a passé beaucoup de temps avec Ford à sa résidence. En conséquence, Marley a appris à jouer de la guitare sous la direction de Ford. Ford et Marley se sont tous deux inspirés de leur environnement démuni pour la chanson qui atteindrait bien au-delà de la communauté.

L’art est la scène pour porter des problèmes de société importants à l’attention du monde entier. À travers les trois formes d’art variées énumérées ci-dessus, la communauté internationale peut voir comment des formes d’art exemplaires mettent en évidence la pauvreté, en montrant comment elle se croise avec les mouvements sociaux et les moments de persévérance.

– Imani Smikle
Photo: Flickr

*