3 étapes pour mettre fin à la pauvreté culinaire

Cuisiner la pauvretéLorsque les Nations Unies ont adopté leurs objectifs de développement durable en 2015, l’objectif était de lutter simultanément contre la pauvreté, les inégalités mondiales et le changement climatique à travers 17 objectifs différents. L’un de ces objectifs est d’assurer l’accès de tous à une énergie propre. Cependant, un aspect souvent négligé de la pauvreté énergétique est la pauvreté culinaire – le manque d’accès aux méthodes et technologies de cuisson modernes. Selon le rapport sur les progrès énergétiques 2020 de la Banque mondiale, 2,8 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à une cuisine propre et dépendent plutôt de combustibles solides comme le bois, le kérosène, le charbon ou les excréments d’animaux. Les objectifs de développement durable des Nations Unies soulignent clairement l’importance d’une cuisine propre. Cependant, il reste un manque de sensibilisation à la question et peu de progrès ont été réalisés depuis 2015. Le rapport sur les progrès énergétiques de 2020 prévoit que, d’ici 2030, 2,3 milliards de personnes n’auront toujours pas accès aux technologies de cuisson propres.

Les impacts sanitaires et sociaux de la pauvreté culinaire

La pauvreté culinaire a également un impact sur d’autres cibles des objectifs de développement durable, telles que la bonne santé et l’égalité des sexes. Les personnes souffrant de pauvreté culinaire dépendent de combustibles polluants comme le bois et le charbon, ce qui entraîne une pollution de l’air intérieur. On estime que 4 millions de personnes meurent prématurément chaque année en raison de la pollution de l’air intérieur, qui provoque des maladies respiratoires et cardiovasculaires. La Banque mondiale constate également que la cuisson non propre est liée à des affections physiques plus aiguës, telles que les brûlures qui surviennent lors de la cuisson avec des ressources traditionnelles.

L’impact financier de la pauvreté culinaire sur la santé publique est important, coûtant 1,4 billion de dollars chaque année, mais l’impact social est encore plus important. La pauvreté culinaire affecte de manière disproportionnée les femmes et les filles qui sont les principales cuisinières dans la plupart des ménages. Étant donné que la charge de la collecte du combustible et de la cuisine incombe souvent aux femmes, la pollution intérieure les affecte le plus. De plus, comme les méthodes de cuisson obsolètes prennent beaucoup de temps, cela signifie souvent que les femmes et les filles ne peuvent pas consacrer de temps pour aller au travail ou à l’école, ce qui aggrave leur pauvreté.

Heureusement, les nouvelles technologies et initiatives menées par les gouvernements nationaux, les entreprises privées et les organisations à but non lucratif font de la cuisine propre une réalité dans les pays à faible revenu. Les initiatives ciblent la pauvreté culinaire de trois manières principales.

3 façons de lutter contre la pauvreté culinaire

  1. Changement de comportement et prise de conscience. L’étape la plus simple vers une cuisine propre consiste à sensibiliser à la pollution de l’air intérieur et à promouvoir le changement. L’Initiative Carbone pour le développement de la Banque mondiale s’est associée à l’unité Mind, Behavior and Development Unit au Ghana, au Rwanda et à Madagascar pour identifier certains changements de comportement qui faciliteraient la cuisson propre. Par exemple, l’initiative a révélé que les Rwandais pouvaient économiser du temps et du carburant en faisant tremper les haricots, un aliment de base, pendant la nuit plutôt que de les cuire lentement tout au long de la journée. D’autres pratiques plus simples consistent à laisser la porte ouverte pendant la cuisson, à cuisiner à l’extérieur et à éloigner les enfants et les autres membres de la famille de la cuisine pendant la cuisson. Bien qu’il s’agisse de pratiques importantes à adopter pour réduire l’exposition aux polluants atmosphériques, la plupart des initiatives vont plus loin en introduisant de nouvelles technologies pour une cuisson propre.
  2. Foyers améliorés. Les ICS, ou foyers améliorés, sont des foyers à biomasse plus efficaces, ce qui signifie qu’ils utilisent du bois, du charbon ou d’autres biomatériaux comme les foyers traditionnels. Cependant, les foyers améliorés brûlent le combustible plus efficacement, ce qui peut réduire le temps d’exposition aux polluants. Le programme de foyers améliorés du Bangladesh, soutenu par la Banque mondiale, a aidé à fournir 1,7 million de foyers améliorés à travers le Bangladesh d’ici 2019. Cela a entraîné une réduction de 3 millions de tonnes métriques de gaz à effet de serre CO2 et réduit l’utilisation du bois de chauffage, la principale source de combustible au Bangladesh, de plus. plus de la moitié. Le programme ICS au Bangladesh a également eu des impacts économiques, permettant à chaque ménage d’économiser 375,84 taka bangladais chaque mois, selon l’état de l’accès aux services de cuisson énergétiques modernes. Actuellement, les foyers améliorés ne répondent pas à la définition de l’Organisation mondiale de la santé des méthodes de cuisson «propres» car les foyers ne réduisent pas suffisamment les émissions pour constater des avantages significatifs pour la santé. Cependant, les foyers améliorés sont peu coûteux et permettent de gagner du temps qui peut être consacré à des activités génératrices de revenus ou à l’éducation.
  3. Technologies de cuisson propres. L’étape la plus avancée pour mettre fin à la pauvreté culinaire est l’adoption de technologies de cuisson propres qui réduisent les émissions de manière significative tout en économisant du temps et de l’argent. La cuisine propre comprend l’utilisation de cuisinières alimentées à l’électricité, au gaz de pétrole liquéfié (GPL), à la chaleur solaire et à l’alcool, entre autres sources. L’électricité représente désormais 10 % des combustibles de cuisine dans le monde et le GPL 37 %. Dans le même temps, la part du kérosène et du charbon diminue. Le gaz dépasse également la biomasse non transformée en tant que combustible de cuisson le plus populaire dans les pays à revenu faible et intermédiaire, grâce à l’urbanisation et à l’ouverture des jeunes générations aux solutions de cuisson propres, selon le rapport sur les progrès énergétiques 2020. Malgré cela, l’introduction de technologies de cuisson propres n’a pas rattrapé la croissance démographique et se heurte à des obstacles financiers et culturels. Le travail des ONG, comme celui de World Central Kitchen, permet aux communautés locales de passer à une cuisine propre en convertissant les cuisines scolaires et communautaires obsolètes en cuisines au GPL. En ciblant les grandes cuisines, World Central Kitchen a un impact positif sur plus de personnes. Des modèles commerciaux innovants s’avèrent également efficaces pour rendre la technologie de cuisson propre plus fiable et abordable. Enfin, les subventions accordées par le Fonds pour la cuisson propre de la Banque mondiale visent à inciter le secteur privé à fournir des services de cuisson énergétique modernes.

Mettre fin à la pauvreté culinaire dépend de nombreux facteurs et nécessite une variété de solutions de la part de nombreux acteurs, parmi lesquels les gouvernements nationaux, les organisations à but non lucratif et les partenariats public-privé. Dans l’ensemble, les efforts en cours pour fournir un accès à une cuisine propre contribuent à la réduction de la pauvreté dans le monde.

-Emma Tkacz
Photo : Flickr

*

★★★★★