Catégories
Solidarité et entraide

11 femmes guerrières avec une foi inébranlable

En cette Journée internationale de la femme, nous honorons la force des femmes du monde entier. Ce sont des mères, des grands-mères, des sœurs, des tantes et des filles. Et avec leur foi inébranlable en Dieu, elles sont toutes des guerrières.

Le choc de la pandémie mondiale se répercute toujours dans le monde entier. Alors que tout le monde est touché, les femmes ont subi un coup dévastateur, rapporte ONU Femmes. Selon l’Organisation internationale du travail, les deux tiers des emplois perdus de façon permanente à cause du COVID-19 sont occupés par des femmes.

Alors que les mesures de quarantaine ferment les écoles et les garderies, les femmes assument souvent le fardeau de l’équilibre entre le travail, la garde des enfants et l’enseignement à domicile. La distanciation sociale les prive du soutien sur lequel ils pourraient normalement s’appuyer.

Mais les femmes sont loin d’être vaincues.

En cette journée internationale de la femme, nous avons voulu honorer cette force. Nous avons invité 11 femmes âgées de 18 à 91 ans à s’asseoir pour un portrait et une conversation. Au milieu des défis, leur force est indéniable. Leur résilience est inspirante et leur foi inébranlable.

Qui sont ces femmes? Regarde.

Ils sont tout autour de nous.

Angelita, 91 ans, Équateur

Angelita est assise au milieu de ses deux petites-filles.  Ils portent tous des vêtements traditionnels et tiennent des roses.  Derrière eux se trouve un mur de roses.

Tout s’est passé très vite. Mes enfants m’ont dit que je ne pouvais pas quitter la maison. Un jour, je n’en pouvais plus. J’ai gravi la montagne. Des rues vides. C’était comme si tout le monde avait disparu. J’ai peur de ne pas savoir ce qu’il adviendra de mes enfants et petits-enfants. Je n’ai plus beaucoup d’années à vivre, mais la vie de mes petits-enfants ne fait que commencer.

Je veux un monde de paix, sans discrimination, sans mal. Un monde où les hommes et les femmes sont traités de la même manière et où il n’y a plus de violence à l’égard des femmes. Femmes, nous sommes comme des roses: belles, uniques et spéciales. Nos épines sont des leçons de vie et les défis que nous surmontons chaque jour. Notre destin est de nous battre et de grandir avec la lumière du soleil, quelle que soit l’intensité du vent ou de la pluie.

Anne, 44 ans, Kenya

Anne porte une chemise noire et se tient à l'intérieur de sa maison.  L'arrière-plan de la photo est flou.

Je suis enseignant mais parce que les écoles ont fermé, nous avons dû rester à la maison sans travail. Parce que j’étais le soutien de famille, le stress de la situation m’a donné des ulcères d’estomac. Cela m’a vraiment brisé le cœur de savoir que je n’allais pas pouvoir subvenir aux besoins de ma famille.

L’équipe de l’Église et de la Compassion nous a fait sentir comme si nous faisions partie d’une grande famille. Une chose que fait une famille est de prier ensemble. Ils ont prié pour nous, pour nos familles et pour nos enfants. J’aimerais que mes enfants soient des enfants qui craignent Dieu parce qu’avec Dieu, tout est possible. Et quand ils ont sa Parole dans leur cœur, ils peuvent tout faire.

Shokhina, 70 ans, Bangladesh

Femme vêtue d'une robe rouge et beige.  Elle est assise à l'intérieur de sa maison devant un mur végétal et elle regarde vers le haut.

J’ai toujours vécu une vie avec moins, étant né dans une famille pauvre. Cependant, la pandémie nous a appris que si nous pensons avoir fait face à notre pire, nous nous trompons; le pire peut devenir encore plus laid. Mais une pensée reste inchangée: notre espoir et notre confiance dans le Tout-Puissant.

L’inscription de mes petits-enfants au programme de Compassion est une bénédiction de Dieu. Cela me donne la chair de poule de penser même à la façon dont notre temps se serait passé au cours des trois premiers mois de la pandémie sans l’enregistrement de mes petits-enfants.

Becky, 29 ans, Canada

Becky est assise sur un tabouret dans sa cour arrière.  Derrière elle se trouve une clôture de protection en bois surmontée d'un tapis marron.

Tout au long de ma grossesse et des mois de naissance de notre fille, je me suis souvent retrouvé en deuil et en réadaptant les attentes que j’avais pour cette saison de la vie. J’ai dû assister à chaque rendez-vous de sage-femme, d’échographie et de médecin seul en raison des restrictions relatives au COVID-19.

Cette année a été rendue plus difficile lorsque le père de mon mari est décédé et nous n’avons pas pu lui dire au revoir en raison des règles de verrouillage – une tragédie que je sais que de nombreuses autres familles ont également vécue cette année.

L’incertitude m’a forcé à devenir plus reconnaissant pour les choses dont je peux être sûr, comme l’amour de Dieu et l’amour que j’ai pour ma famille et mes amis.

Danielly, 38 ans, Brésil

Danielly porte une chemise bleue et un pantalon marron.  Elle est assise sur un tabouret devant sa maison devant un fond vert.  Sa fille, Rayane, se tient à côté d'elle.

L’histoire des Noirs au Brésil a toujours été une histoire de lutte, mais nous avons toujours ajouté de la musique et de la joie à notre voyage. Même avec tous les défis que la pandémie nous a apportés ou augmentés, je peux encore rêver de jours meilleurs. Capoeira [Afro-Brazilian martial art] m’apprend ça.

Je sais que les choses prendront un certain temps pour revenir à la normale, mais j’ai confiance en Dieu et je sais qu’il nous garde tous. Je ne veux pas d’un monde facile pour mes filles. Après tout, les défis nous aident aussi à grandir. Je veux qu’ils soient forts et fiers de qui ils sont.

Maharti, 40 ans, Indonésie

Marhati est assise chez elle devant un fond rouge.  Elle porte des vêtements tissés traditionnellement.

Je recevais généralement des commandes pour fabriquer environ trois morceaux de tissu «ulos» chaque mois. Au cours des premiers mois de COVID-19, les commandes de tissus ont touché le fond. Dans mon quartier, la plupart des femmes sont des femmes au foyer. Lorsque la pandémie est arrivée et que leurs maris perdent leur emploi, la famille est durement touchée.

En ces temps difficiles, savoir que je peux aider mon mari à générer des revenus pour notre famille est spécial pour moi. Aujourd’hui, la jeune génération s’intéresse un peu à ce que je fais, donc cette technique de tissage ulos est menacée d’extinction. J’espère pouvoir transmettre ce que je sais à ma fille.

Diana, 18 ans, Nicaragua

Diana porte une robe noire.  Elle est assise sur une chaise devant un fond rouge dans sa maison et tient un livre.

À cause de mon lupus, je n’ai plus le droit de passer trop de temps avec mes amis ou ma famille élargie. Je dois rester à la maison. J’ai commencé à apprécier le temps que je passe avec mes frères et sœurs et ma mère, ainsi que les appels téléphoniques de parents.

Bien que l’on parle d’un vaccin, nous ne savons pas quand ce vaccin arrivera au Nicaragua en raison de la situation du pays. Les effets des troubles sociopolitiques de 2018 se font encore sentir aujourd’hui.

Je veux être capable de voler de mes propres ailes. Bien que je ne sois pas capable de courir, je sais que mon imagination peut m’emmener plus loin que je ne pourrais jamais l’imaginer, et j’ai confiance que le Seigneur sera avec moi tout au long de tout cela.

Ashlea, 34 ans, États-Unis

Ashlea porte une chemise verte et se tient à l'intérieur de sa maison.

Si je devais choisir un mot pour décrire les femmes, je choisirais «têtue». «Têtu» a une mauvaise réputation, mais [I mean] la résilience obstinée où vous allez simplement faire avancer les choses. Les femmes font juste des choses.

Je crois que nous pouvons mettre notre société au défi de changer d’une manière qui profite positivement aux femmes dans nos sphères d’influence particulières. Je suis maman et professeur. C’est ma sphère d’influence. Je pourrai influencer ma fille pour qu’elle devienne une femme forte. J’influencerai mon fils et lui apprendrai à respecter les femmes et à ne pas avoir de préjugé négatif envers les femmes.

Yhovana, 33 ans, Bolivie

Yhovana porte une chemise bleue avec un pantalon noir et blanc.  Elle est assise sur un tabouret dans son jardin et tient des fleurs.  Derrière elle se trouve une toile de fond verte.

Lorsque la pandémie a frappé, je n’avais pratiquement rien: pas de provisions ni de lait pour mes enfants. Ils n’avaient pas payé mon mari au travail, puis ils l’ont licencié. Dans les premiers jours de la pandémie, nous n’avions pas de nourriture. Notre petit déjeuner était de l’eau avec de la cannelle.

J’ai décidé d’aider une ferme porcine. Nous avons reçu des boyaux de poulet pour nourrir les porcs. Alors, j’ai ramassé les plus beaux intestins pour les ramener à la maison à mes enfants, pour cuisiner et manger. Grâce au Seigneur, l’Église m’a soutenu au bon moment. Quand nous n’avions rien à manger, ils sont venus avec un gros poulet, et nous avons mangé de la viande pour la première fois depuis longtemps.

J’ai vu que Dieu nous fournit et nous aide toujours. Nous avançons avec l’aide de Dieu.

Béatrice, 33 ans, Burkina Faso

Béatrice porte une chemise blanche avec un col rouge et noir.  Elle se tient à la porte de sa maison.

Les femmes sont confrontées à de nombreux problèmes dans ma communauté. Il n’y a pas d’emplois formels pour les femmes – elles doivent rester à la maison ou diriger de petites entreprises pour subvenir aux besoins de leur famille. J’ai beaucoup de chance d’avoir l’opportunité [through Compassion] savoir tisser et fabriquer du tissu local. Je loue Dieu que ma vie a un but puisque je suis plus productif.

Avant le COVID-19, mon mari rentrait tard du travail le soir et les enfants allaient se coucher sans voir leur père. Mais pendant la quarantaine, nous avons passé plus de temps ensemble en famille. C’est quelque chose de positif qui est venu de la crise.

Lara, 41 ans, Australie

Portrait de Lara chez elle.

Il était facile de devenir effrayé quand nous avons entendu parler du COVID-19. J’ai dû passer du temps avec Dieu et faire confiance à ses promesses et à sa Parole. La joie est plus qu’une émotion. La joie est un choix. Je pense que la joie est le résultat du choix de faire confiance à la bonté du caractère de Dieu. La joie ne dépend pas des circonstances ou de la situation. Je pense que la joie est un cadeau, et nous pouvons également choisir de le donner.


Reportage international et photos de Nico Benalcazar, Junieth Dinarte, Kyle Jaster, Ryan Johnson, Hutama Limarta, Sara Navarro, Isaac Ogila, Galia Oropeza, Jehojakim Sangare, J. Sangma et Jeremy Tan.

11 femmes guerrières avec une foi inébranlable

*