Catégories
Solidarité et entraide

10 faits sur les soins de santé au Sri Lanka

Santé au Sri Lanka
Le Sri Lanka est une nation insulaire tropicale proche de l'océan Indien avec une population d'environ 21 millions d'habitants. Une guerre civile de 30 ans qui s'est terminée en 2009 a déchiré le pays. Pendant ce temps, il subit de fréquentes catastrophes naturelles telles que des inondations massives, des moussons et des glissements de terrain. Malgré ces obstacles, le Sri Lanka a fait des progrès massifs dans l'amélioration des soins de santé pour ses citoyens. Au cours des 50 dernières années, le pays a affiché des tendances positives impressionnantes par rapport à ses pairs d'Asie du Sud. Voici 10 faits sur les soins de santé au Sri Lanka.

10 faits sur les soins de santé au Sri Lanka

  1. Le système de santé «pro-pauvres» du Sri Lanka couvre tous les Sri-Lankais. Le gouvernement a promulgué la politique de santé gratuite en 1951. Le système de santé public est financé par l'État et ses installations sont accessibles à tous les citoyens. Le système couvre environ 50% des services ambulatoires et 90% des services hospitaliers. Les services préventifs sont gratuits.
  2. Le Sri Lanka a le taux de mortalité maternelle le plus bas d'Asie du Sud. Le pays a fait d'énormes progrès dans l'amélioration de la santé maternelle et infantile grâce à l'utilisation massive de sages-femmes professionnelles. En 2014, un professionnel de la santé qualifié assistait à 99,95% des naissances. Les taux de mortalité maternelle ont chuté de manière drastique, passant de 56 décès sur 100 000 naissances vivantes en 2000 à 36 décès sur 100 000 naissances vivantes en 2017.
  3. Le ministère de la Santé du Sri Lanka a mis en place un système de surveillance solide pour surveiller les maladies réfractaires. Le pays est diligent dans l'éducation des prestataires de soins de santé et du grand public. L'accessibilité généralisée aux cliniques et hôpitaux qui fournissent des tests de diagnostic et des traitements facilement disponibles a permis au pays d'éliminer avec succès des maladies telles que la polio, la rougeole et le paludisme. Le pays a également éradiqué la transmission verticale de la syphilis et du VIH en 2019.
  4. L'Organisation mondiale de la santé recommande que les pays aient un ratio de 2,5 professionnels de la santé pour 1 000 patients. Bien que le Sri Lanka ait satisfait à cette recommandation avec un médecin et deux infirmières pour 1 000 patients, le pays souffre d'une pénurie extrême de spécialistes qualifiés tels que des dentistes, des cardiologues et des oncologues. La répartition de la main-d'œuvre est inégale avec une concentration de professionnels dans les zones urbaines laissant les hôpitaux ruraux en sous-effectif.
  5. Le gouvernement sécurise les médicaments, mais pas suffisamment pour répondre aux besoins des patients. La State Pharmaceutical Corporation achète des médicaments en vrac. Comme la plupart des médicaments sont gratuits pour les patients, l'approvisionnement subit souvent des tensions. Le gouvernement donne la priorité aux médicaments jugés essentiels tandis que les autres médicaments qui traitent les maladies chroniques non contagieuses sont constamment en quantité limitée.
  6. Les maladies chroniques non transmissibles telles que le diabète, le cancer et les maladies cardiovasculaires sont en augmentation. Ces maladies chroniques deviennent de plus en plus fréquentes avec l’augmentation de la population du Sri Lanka. L'offre limitée de médicaments et de médecins spécialistes pour traiter ces maladies réduit les chances que les patients reçoivent les soins dont ils ont besoin.
  7. Le Sri Lanka souffre fréquemment d'épidémies de dengue en raison de son climat tropical. Le risque de dengue culmine d'octobre à décembre et de mai à juillet. En février 2020, l'Unité d'épidémiologie du pays a notifié 11 352 cas, soit le double du nombre de cas en 2019.
  8. Le pays fait face à un «double fardeau» de dénutrition et d'obésité. Le retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans stagne depuis 2000, oscillant entre 15% et 19%. Les inégalités de revenus entraînent un accès inégal à la nourriture et de nombreuses familles des zones rurales souffrent d'insécurité alimentaire et de malnutrition. Environ 45% des femmes adultes, principalement plus riches et vivant dans les zones urbaines, sont en surpoids ou obèses, soit deux fois plus qu'en 2006.

Solution

S'il est important de célébrer les succès du pays, certains aspects nécessitent encore un soutien. L'accès généralisé aux soins de santé a augmenté l'espérance de vie du grand public, mais a accru la pression sur un système fragile. L'État doit faire plus pour combler les lacunes et améliorer les soins de santé au Sri Lanka.

En 2018, la Banque mondiale s'est associée au gouvernement sri-lankais pour élaborer un plan visant à combler les lacunes du système. La Banque mondiale a soutenu le projet avec un financement de 200 millions de dollars de l'Association internationale de développement. Il faut renforcer les multiples facettes du système: financement, achats de produits pharmaceutiques et ressources humaines.

Des améliorations massives ont été apportées aux soins de santé au Sri Lanka. Les soins de santé maternelle et infantile se sont améliorés, les soins d'urgence sont plus robustes et le traitement des maladies non transmissibles est plus accessible. Il reste encore beaucoup à faire, mais les progrès massifs de Sri Lanka doivent être célébrés.

Jasmine Daniel
Photo: Flickr

*