10 faits sur le trafic sexuel d’enfants en Indonésie

10 faits sur le trafic sexuel d'enfants en Indonésie
Ces dernières années, l’Indonésie s’est efforcée de s’attaquer au grave problème du trafic sexuel d’enfants. Bien que des lois soient en place pour assurer la protection des enfants, il reste encore beaucoup à faire pour mettre en œuvre ces politiques. Les points chauds touristiques tels que Bali et les centres urbains sont les endroits où le trafic et l’exploitation des enfants se développent. Voici 10 faits sur le trafic sexuel d’enfants en Indonésie.

10 faits sur le trafic sexuel d’enfants en Indonésie

  1. Il y a entre 70 000 et 80 000 victimes du trafic sexuel d’enfants en Indonésie. Malgré ce nombre alarmant, les autorités indonésiennes n’ont arrêté que 132 trafiquants en 2019. La police a du mal à identifier les victimes et dépend fortement de l’aide des ONG.
  2. Jusqu’à 30% des professionnel (le) s du sexe en Indonésie sont des femmes victimes du trafic sexuel d’enfants. Les filles mineures représentent la majorité des enfants victimes de la traite sexuelle, mais les garçons courent également un risque élevé.
  3. Les touristes étrangers sont souvent complices. Les Australiens et les Singapouriens, en particulier, ont été les principaux coupables d’avoir commis des actes de violence sexuelle contre des enfants en Indonésie, avec un plus petit nombre d’autres nationalités.
  4. Parfois, des amis et des membres de la famille forcent les enfants à se prostituer. En ce qui concerne le trafic sexuel d’enfants, les courtiers sont très variés et peuvent être des membres de la famille des victimes.
  5. L’Indonésie est un pays d’origine et de destination pour le trafic sexuel d’enfants. En plus des centres urbains d’Indonésie, des enfants travailleurs du sexe ont été trafiqués vers la Malaisie, Taiwan, le Moyen-Orient et d’autres régions.
  6. La pauvreté due aux catastrophes naturelles joue un rôle. Les catastrophes naturelles ont été l’une des principales raisons des déplacements massifs et de la pauvreté chronique dans nombre des milliers d’îles d’Indonésie. Les victimes de la traite sexuelle des enfants proviennent souvent de situations de déplacement.
  7. Il y a 4 millions d’enfants pauvres à risque. Il s’agit d’une estimation par le gouvernement indonésien des enfants qui vivent dans une pauvreté abjecte et risquent d’être exploités. La lutte contre la pauvreté est donc un élément essentiel pour mettre fin à la traite sexuelle des enfants.
  8. Les taux élevés d’itinérance chez les jeunes urbains entraînent également une augmentation de la traite. On estime à 16 000 le nombre d’enfants sans abri vivant dans les centres urbains de toute l’Indonésie. Vivre dans la rue augmente considérablement la vulnérabilité de ces enfants.
  9. La police n’applique les lois que lorsqu’elle est sous pression. Les ONG signalent que la police indonésienne n’est pas susceptible d’intervenir dans les situations de trafic sexuel d’enfants à moins qu’elle ne subisse la pression du gouvernement ou de la communauté internationale pour le faire. Cela est dû en partie à un manque de financement.
  10. Le trafic sexuel d’enfants n’est plus un problème inconnu. Grâce au travail inlassable des ONG et des organisations humanitaires, il y a maintenant plus de sensibilisation et de plaidoyer pour la protection de l’enfance en Indonésie.

Solutions

L’ONG Dark Bali fonctionne selon trois étapes de prévention, d’intervention et de réhabilitation pour aider les victimes. La première étape consiste à lutter contre la pauvreté, à offrir une protection et à éduquer les familles vulnérables. Il identifie l’intervention comme le maillon le plus faible de la protection des enfants, ainsi Dark Bali sensibilise-t-il au problème et fait pression sur les forces de l’ordre pour qu’elles interviennent dans les cas de trafic sexuel d’enfants. Enfin, l’ONG propose une réadaptation à long terme des victimes, ainsi que des programmes éducatifs et des formations professionnelles.

Project Karma est une organisation caritative basée en Australie et dirigée par un ancien détective qui aide la police indonésienne à appréhender les trafiquants sexuels d’enfants dans toute l’Asie du Sud-Est. Leurs opérations ont sauvé plus de 200 enfants et traduit plus de 30 trafiquants sexuels en justice pour leurs crimes. En plus de sensibiliser, Project Karma utilise également des plates-formes numériques pour alerter les autorités des réseaux pédophiles et publier des photos de fugitifs dans toute la région.

L’Australie s’est attaquée aux cas où ses citoyens abusaient sexuellement d’enfants en Asie du Sud-Est en interdisant les voyages aux pédophiles condamnés. Cela s’applique à 20 000 Australiens condamnés dans leur pays ou à l’étranger. Pour ceux qui ont abusé sexuellement d’enfants à l’étranger, le pays applique certaines des peines les plus sévères au monde, avec des peines allant jusqu’à 25 ans de prison.

Conclusion

Grâce à des groupes de travail coordonnés d’ONG dans tout le pays, la question du trafic sexuel d’enfants en Indonésie est un problème de société plus largement connu. Grâce au travail continu de ces organisations, le gouvernement et les forces de police indonésiens sont soumis à une pression accrue pour appliquer les lois protégeant les enfants. Des liens importants ont été établis entre les ONG et les forces de l’ordre qui seront cruciaux pour mettre fin au trafic sexuel d’enfants en Indonésie.

– Matthew Brown
Photo: Flickr

*

★★★★★