10 faits sur l'assainissement au Liban

10 faits sur l'assainissement au Liban
Le Liban est un pays du Moyen-Orient situé en Asie occidentale. Bordé par la Syrie et Israël, le Liban compte environ 6,8 millions d'habitants. Au cours des 40 dernières années, le Liban a été confronté à une guerre civile, aux retombées de la guerre civile syrienne, à des années de troubles politiques et à un écart de leadership de deux ans et demi en 2014. Les problèmes d'assainissement au Liban sont une tâche que le gouvernement a pas encore résolu en raison de l'agitation politique et gouvernementale et de la pandémie de COVID-19. En conséquence, des groupes d'aide étrangère interviennent pour assurer la sécurité du peuple libanais. Voici 10 faits sur l'assainissement au Liban.

10 faits sur l'assainissement au Liban

  1. Le Liban fait face à une crise des ordures. En 2015, Naameh, une grande décharge libanaise, a fermé ses portes en raison de conditions insalubres et de problèmes de capacité. Les autorités gouvernementales ont eu du mal à trouver un plan d'urgence à temps, conduisant à ce que Human Rights Watch appelle une «crise sanitaire nationale». Les ordures s'entassent dans les rues et sur les berges de sa capitale, Beyrouth. La combustion des déchets est une méthode utilisée par Beyrouth et le mont Liban depuis la fermeture de Naameh, mais elle constitue une menace pour le peuple libanais. Selon Human Rights Watch, depuis la fermeture, les médecins près de Beyrouth ont constaté une augmentation des maladies respiratoires. De plus, les experts ont établi un lien entre l'inhalation de fumée des déchets brûlants et les maladies cardiaques, le cancer et les affections cutanées. Lors de l'épidémie de COVID-19, cette crise s'est aggravée. Les organisations non gouvernementales doivent prendre les déchets médicaux du Liban parce que le pays ne peut pas les éliminer correctement.
  2. La qualité de l'eau s'est détériorée, en partie à cause de la crise des ordures. L’USAID a écrit que le déversement de déchets dans les rivières, combiné à l’urbanisation et à l’absence de système de gestion des déchets, a entraîné une détérioration de la qualité de l’eau au Liban. Les maladies d'origine hydrique, telles que la dysenterie, l'hépatite A, la leishmaniose et la typhoïde, sont les principales maladies qui affectent les enfants.
  3. Le débordement de la crise syrienne au Liban a eu des effets néfastes sur l’eau du pays. La guerre a entraîné un afflux de plus de 1,5 million de réfugiés au Liban. Par conséquent, cela a considérablement accru le stress hydrique du pays. L'accès à un réseau public d'eau en tant que source d'eau potable est passé de 57% à 35% entre 2004 et 2009. Actuellement, l'UNICEF travaille avec le gouvernement libanais pour améliorer l'accès à l'eau potable et aux services de traitement des déchets.
  4. L'accès à l'eau potable coûte cher. Près d'un Libanais sur trois achète son eau potable à une autre source en raison des problèmes d'approvisionnement en eau officiel. Ces sources ont souvent un coût. De plus, une famille moyenne de Beyrouth peut dépenser jusqu'à 15% de son revenu mensuel uniquement en eau.
  5. L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est coordonnée avec les autorités libanaises pour améliorer les conditions sanitaires et l'accès à l'eau potable. Les efforts du HCR en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) visent à aider les réfugiés et les communautés libanaises à répondre à leurs besoins de base et à renforcer les infrastructures. Ses interventions ont aidé à l'assainissement au Liban. En fait, il a amélioré les conditions sanitaires de 108 000 personnes et l'accès à l'eau potable pour 27 000 personnes d'ici la fin de 2016. En juin 2017, il avait amélioré les conditions sanitaires de 110 700 réfugiés et installé plus de 147 km de canalisations dans neuf systèmes d'approvisionnement en eau. .
  6. La qualité de l'air au Liban n'est pas sûre. Des données récentes indiquent que la concentration moyenne annuelle de PM 2,5 au Liban est trois fois supérieure à la quantité maximale recommandée. Les industries du tourisme et du ciment, la transformation des aliments, les produits minéraux et chimiques, le raffinage du pétrole et les émissions des véhicules contribuent tous à la mauvaise qualité de l'air au Liban. L'exposition à court terme à la pollution de l'air peut entraîner des symptômes tels que des démangeaisons de la gorge, du nez, des yeux et des douleurs thoraciques, un essoufflement, une respiration sifflante, des nausées et des infections des voies respiratoires supérieures. De plus, les effets à long terme incluent le cancer du poumon et les maladies cardiovasculaires. À l'échelle mondiale, on peut attribuer 5 millions de décès chaque année à la pollution atmosphérique. Environ 93% de la population de Beruit est exposée à des niveaux élevés de pollution atmosphérique. En 2019, le Liban est toujours à la recherche de solutions pour cela.
  7. L'UNICEF a aidé plus de 134 000 réfugiés à s'informer sur la santé et l'assainissement. Environ 18% des réfugiés syriens au Liban vivent dans des tentes ou des abris de fortune. De plus, 73% des réfugiés louent des logements en mauvais état, dépourvus de cuisine, de toilettes et d'eau courante. Le manque de ces ressources – en particulier pour ceux qui vivent dans des campements de fortune – est un risque sanitaire. L'UNICEF a contacté plus de 134 000 réfugiés vivant dans des établissements informels (EI) pour communiquer des «messages de promotion de la santé publique sur mesure» sur des sujets liés à l'assainissement, notamment l'eau potable, l'hygiène, les déchets solides et les maladies transmissibles.
  8. Le Rotary International s'est efforcé d'améliorer l'hygiène dans les écoles libanaises. En 2019, le Rotary a écrit qu'il avait installé un projet de filtration de l'eau pour fournir de l'eau potable à plus de 1000 écoles. Une deuxième et une troisième phase viseront à faire avancer les conversations sur l'hygiène entre les enseignants et les élèves et à installer des systèmes d'égouts et des sièges de toilettes appropriés dans les écoles. Il prévoit de poursuivre ses travaux en mettant en place une filtration de l'eau dans les prisons.
  9. Il y a eu une légère augmentation des maladies d'origine alimentaire et hydrique. Le programme de surveillance épidémiologique du Ministère de la santé publique a enregistré des niveaux croissants de maladies hydriques et d'origine alimentaire. Le nombre de cas est passé de 1 072 en 2005 à 2 053 en 2018. Cela est probablement dû au fait que des personnes mangent des aliments qui ont été en contact avec de l'eau contaminée. Alors que le Rotary a travaillé à l'amélioration des conditions de l'eau dans les écoles et les prisons, les défenseurs tentent toujours de sensibiliser aux problèmes de pollution au Liban.
  10. L’aide étrangère contribue énormément à l’assainissement du Liban et à l’accès aux problèmes d’eau. En 2019, 98% des personnes avaient accès à des services d'assainissement gérés en toute sécurité. Pendant ce temps, environ 93% de la population avait accès à des services d'eau potable gérés en toute sécurité. Plus de 570 000 personnes ont eu accès à une eau potable améliorée grâce à l'aide du gouvernement américain. Le Lebanon Water Project, un programme de cinq ans avec l'USAID, a financé 65 millions de dollars pour tenter de créer des sources d'eau plus propres, plus durables et plus fiables au Liban. Le projet soutient le Noth Lebanon Water Establishment avec des travaux d'infrastructures hydrauliques et encourage l'utilisation de l'irrigation au goutte à goutte, qui économise l'eau.

Alors que le Liban a toujours une crise des ordures sur les mains, ce que la pandémie a rendu plus difficile, des organisations comme l'USAID, l'OMS, l'UNICEF et le HCR ont contribué à améliorer l'assainissement au Liban en dehors de cette crise. En conséquence, plus de personnes ont accès à de l'eau potable.

Sophie Grieser
Photo: Flickr

*

★★★★★