10 faits sur la qualité de l’eau au Bangladesh

Qualité de l'eau au BangladeshLe Bangladesh, pays d’Asie du Sud bordé par l’Inde, est l’un des pays les plus pauvres et les plus densément peuplés du monde. Le Bangladesh compte actuellement 161 millions d’habitants dans une zone légèrement plus petite que l’État américain de l’Iowa. L’économie du Bangladesh repose fortement sur l’agriculture puisque 63,2 % de la population du pays travaille dans l’industrie et l’agriculture. Même avec un taux de chômage inférieur à 4%, le taux de pauvreté est de 21,8%. La densité de la population, la petite superficie, la dépendance à l’agriculture et le taux de pauvreté créent cumulativement un besoin crucial d’eau potable. Les organisations humanitaires visent à améliorer la qualité de l’eau au Bangladesh.

10 faits sur la qualité de l’eau au Bangladesh

  1. La qualité de l’eau au Bangladesh est un combat de longue haleine. Depuis l’indépendance du pays en 1971, les agences d’aide internationales ont aidé le Bangladesh à faire face à sa crise de l’eau. À l’époque, un quart de million d’enfants bangladais mouraient chaque année des eaux de surface contaminées par des bactéries. Les bactéries et les agents pathogènes, tels que E. coli, le choléra et la typhoïde, causaient de graves problèmes de santé aux enfants et aux adultes.
  2. Le Bangladesh dépend des eaux souterraines. En raison des eaux de surface contaminées dans la région, 90 % de la population dépend des eaux souterraines. L’eau souterraine est l’eau qui se trouve sous la surface de la terre entre les espaces interstitiels du sol et les fractures des formations rocheuses. Cette source d’eau est accessible par des puits tubulaires dans la région.
  3. L’UNICEF et la Banque mondiale ont tenté d’améliorer l’accès à l’eau au Bangladesh. Pour lutter contre la mauvaise qualité de l’eau potable de surface et fournir plus d’eau pour l’agriculture, ces organisations ont financé l’installation d’environ quatre millions de puits tubulaires entre 1960 et 1970. Les puits tubulaires ont créé un accès aux eaux souterraines dans tout le pays. Malheureusement, cela a conduit à un empoisonnement de masse dû à des eaux souterraines contaminées.
  4. Le plus grand empoisonnement de masse de l’histoire s’est produit au Bangladesh. Dans les années 1990, de l’arsenic a été détecté dans l’eau de puits. Les puits creusés dans les années 1960 et 1970 n’ont pas été testés pour les impuretés métalliques, affectant environ 30 à 35 millions de personnes au Bangladesh. Les affections dues à l’exposition à l’arsenic comprennent les maladies gastro-intestinales, les malformations physiques, le cancer, les lésions du système nerveux et circulatoire et la mort. Environ 1,12 million des quatre millions de puits du Bangladesh sont encore contaminés par l’arsenic.
  5. La mauvaise qualité de l’eau a un impact significatif sur la santé publique. L’empoisonnement à l’arsenic est désormais la cause de la mort d’une personne sur cinq au Bangladesh. On estime que 75 millions de personnes ont été exposées à des eaux chargées d’arsenic. L’empoisonnement peut causer jusqu’à 270 000 futurs décès liés au cancer. E. coli est également toujours présent dans 80 % des robinets d’eau courante privés et 41 % de toutes les sources d’eau améliorées. La maladie due à la mauvaise qualité de l’eau est un problème majeur et 60% des citoyens bangladais n’ont pas accès aux services de santé modernes.
  6. La mauvaise qualité de l’eau a un impact sur l’agriculture. Le Bangladesh dépend fortement de l’agriculture avec 70 % de ses terres consacrées à la culture du riz, du jute, du blé, du thé, des légumineuses, des graines oléagineuses, des légumes et des fruits. Les puits tubulaires contaminés fournissent la majorité de l’eau utilisée pour l’irrigation. En conséquence, des niveaux élevés d’arsenic sont absorbés par de nombreuses plantes cultivées, en particulier le riz et les légumes-racines. Cela peut être mortel pour ceux qui consomment le produit.
  7. Les puits contaminés sont toujours utilisés. Après le test des puits tubulaires en 1997, le gouvernement a peint les puits contaminés en rouge et les puits sûrs en vert pour réduire l’exposition. Cependant, les autorités ont utilisé de mauvais kits de test pour examiner les puits, ce qui a conduit à des puits mal marqués. Malheureusement, de nombreux puits marqués en vert contiennent de l’eau contaminée que le public utilise encore. De plus, les puits marqués en rouge n’ont jamais été correctement fermés et peuvent encore être utilisés aujourd’hui.
  8. La pauvreté joue un rôle dans l’accès à l’eau potable. Les riches et les pauvres du Bangladesh luttent énormément contre la mauvaise qualité de l’eau. Cependant, la population vivant en dessous du seuil de pauvreté lutte trois fois plus contre les maladies et les maladies liées à l’eau. Environ deux millions de personnes pauvres n’ont toujours pas accès à des sources d’eau améliorées. Le Bangladesh est également l’un des pays les plus pauvres au monde, avec un revenu par habitant d’environ 370 $. Cela affecte grandement la capacité du gouvernement à lutter contre la crise de l’eau.
  9. La mauvaise qualité de l’eau limite le potentiel du pays. L’économie, la santé publique et l’éducation reposent toutes sur l’accès à une eau propre et utilisable. La mauvaise qualité de l’eau a entraîné un retard de croissance chez plus d’un tiers des enfants bangladais. Ces impacts sur le développement limitent l’éducation et entraînent une augmentation de la pauvreté. Le taux de mortalité de ceux qui ont été en contact avec des sources d’eau contaminées continuera de dévaster l’économie. Au cours des 20 prochaines années, cela pourrait entraîner une perte d’environ 12,5 milliards de dollars pour l’économie du Bangladesh.
  10. La qualité de l’eau au Bangladesh peut s’améliorer. Il existe de nombreuses façons de lutter contre la crise de l’eau au Bangladesh. La création de mécanismes pour améliorer la capture des eaux de pluie fournirait une source d’eau utilisable de meilleure qualité. En plus du captage des eaux de pluie, des méthodes de purification de l’eau et la construction d’une usine de traitement des eaux permettraient d’éliminer les contaminants des eaux de surface et souterraines. Des projets financés par des groupes comme Charity : Water, Lifewater et WaterAid s’efforcent d’améliorer l’assainissement et la qualité de l’eau au Bangladesh.

Le chemin à parcourir

Le Bangladesh a montré des améliorations constantes et importantes dans de nombreux domaines. L’espérance de vie a considérablement augmenté au cours des dernières années et atteint aujourd’hui 72 ans en moyenne. Le revenu par habitant du Bangladesh a également augmenté et croît plus rapidement que celui du Pakistan. En outre, le Bangladesh affiche une tendance à la hausse du PIB par habitant avec une augmentation de 6% par an. Cependant, la qualité de l’eau pose toujours un problème critique au Bangladesh. Grâce à l’engagement du gouvernement et des organisations humanitaires à résoudre la crise de l’eau, le Bangladesh continuera de croître et de prospérer.

Kate A. Trott
Photo : UNICEF

*

★★★★★