10 applications qui aident les soins de santé dans les pays en développement

Applications qui aident les soins de santé dans les pays en développement

Il peut parfois être difficile pour les habitants des pays en développement d'accéder aux soins de santé, en particulier ceux qui vivent dans la pauvreté. Afin de résoudre ce problème, les applications de soins de santé sont utilisées pour fournir un meilleur accès. Voici 10 applications d'aide à la santé qui ont un impact sur l'accès dans les pays en développement.

  1. Peek a pour objectif d'aider les personnes souffrant de troubles de la vue et de cécité, un problème exacerbé dans les pays en développement par le manque de ressources. Peek peut identifier les personnes ayant des problèmes de vision. L'application travaille ensuite avec les prestataires de soins de santé pour identifier un moyen économiquement viable de fournir le traitement dont ils ont besoin, avant d'allouer les ressources appropriées. Actuellement, Peek est utilisé par le Centre international pour la santé oculaire de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, qui mène une enquête auprès de la population sur la cécité et les déficiences visuelles au Cambodge.
  2. SASAdoctor vise à rendre les consultations de santé plus accessibles au Kenya. Dans le pays, seuls 12% des personnes sont assurées. Environ 8 millions de personnes dépendent du Fonds national d'assurance-hospitalisation, laissant 35 millions de Kenyans non assurés. Disponible à tous les Kenyans disposant d'un smartphone ou d'une tablette Android (65% des Kenyans en ont un), SASAdoctor diminue le coût d'une consultation en personne pour les non assurés et la rend gratuite pour ceux qui ont une assurance. Les patients auront leurs antécédents médicaux, la liste des médicaments et d’autres notes médicales de ce type dans leur «dossier» sur l’application, de sorte que quiconque les consultera par téléphone aura les informations dont il a besoin pour créer un avis médical éclairé. SASAdoctor peut réduire le coût des visites non assurées avec un médecin à Kes 495 (l'équivalent de 4,66 $) pour 80% des Kenyans qui devraient avoir des smartphones dans les prochaines années.
  3. iWander permet aux gens de suivre les patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Doté d'une technologie de suivi qui peut être discrètement portée par le patient, il offre à quiconque utilise l'application plusieurs options sur la façon de gérer les situations impliquant le patient. Les solutions peuvent aller d'une session d'appel de groupe à un appel médical d'urgence ou à la convocation d'un soignant. iWander donne aux familles plus de contrôle sur les soins d'un être cher, ce qui peut avoir un impact positif dans les pays où les soins de santé peuvent être moins accessibles. Aux États-Unis, le coût moyen des soins pour une personne seule est de 174 000 dollars par an. Environ 7 personnes atteintes de démence sur 10 restent à la maison pour recevoir des soins, où 75% des coûts incombent à la famille. En aidant les familles à être proactives au lieu de réagir aux crises, iWander peut aider à réduire ces coûts, en particulier dans les pays les plus pauvres, où de nombreuses familles ont du mal à faire face aux coûts élevés des soins à domicile.
  4. Kenek O2 permet à l'utilisateur de surveiller son oxygène et sa fréquence cardiaque pendant son sommeil. Kenek O2, conçu pour l'iPhone, nécessite également un oxymètre de pouls qui se connecte au téléphone et récupère les données à stocker dans l'application. Ensemble, le coût de ces deux articles est d'environ 100 $, par rapport au prix d'un oxymètre d'hôpital ordinaire et d'autres produits similaires, qui pourraient facilement coûter plus de 500 $. Ayant effectivement été utilisé en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique, Kenek O2 travaille actuellement sur le développement d'un dispositif COVID-19 spécial pour surveiller les premiers signes d'hypoxie ou la carence en oxygène atteignant les tissus.
  5. First Derm est une application qui nécessite un appareil connecté à un smartphone, appelé dermatoscope. Cela permet de prendre des photos détaillées des affections cutanées et des lésions pour mieux permettre des téléconsultations à distance. Dans les endroits où les médecins sont peu nombreux et où les transports en commun sont moins fiables, cela peut faciliter grandement l'obtention d'un deuxième avis médical. Jusqu'à présent, First Derm a aidé dans plus de 15 000 cas en Suède, au Chili, en Chine, en Australie et au Ghana, allant de 3 jours à 98 ans. Parmi ces cas, 70% pourraient être traités sans médecin, le plus souvent par des traitements en vente libre disponibles dans les pharmacies locales.
  6. Ada prend en compte les symptômes saisis par l'utilisateur et fournit des mesures appropriées à prendre en conséquence, comme un assistant de santé personnel. Il vise à aider ceux qui n’ont pas les moyens de demander une consultation en personne immédiatement. L'application a été publiée en plusieurs langues, ce qui la rend plus accessible. Actuellement, 10 millions de personnes dans le monde utilisent Ada pour l'évaluation des symptômes.
  7. Babylon est destiné à atténuer l'obstacle d'aller voir un médecin en personne en permettant aux utilisateurs de saisir des symptômes ou de résoudre des problèmes de santé courants via une téléconsultation avec un médecin. Babylon se spécialise dans la médecine non urgente, permettant aux patients de ne pas se rendre chez le médecin entièrement si leur état le permet. Ceci est bénéfique dans les endroits où les médecins sont rares ou où le patient n'a pas les moyens financiers ou un moyen de transport pour se rendre à l'hôpital. Babylon s'adresse aux utilisateurs aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, au Rwanda et dans plusieurs pays d'Asie-Pacifique et du Moyen-Orient. L'application vise à s'étendre à plus de pays dans les années à venir.
  8. MobiSante, grâce à son appareil à ultrasons, permet une polyvalence en imagerie diagnostique en apportant l'échographie au patient. Cela permet une imagerie diagnostique de qualité en dehors des limites d'un hôpital ou d'une clinique. En conséquence, il fournit un traitement plus holistique et mieux informé là où les gens peuvent en avoir le plus besoin, mais ont déjà eu du mal à accéder à un centre de santé doté de la technologie nécessaire. Si le fait d’avoir un ordinateur à la maison avec un bureau est beaucoup moins courant dans les pays en développement, la dépendance croissante du monde à l’internet fait passer le statut de la technologie Internet d’un luxe à une nécessité fondamentale. Cela signifie que les technologies telles que les smartphones deviennent en quelque sorte une nécessité dans les pays pauvres, ce qui rend une application comme MobiSante efficace pour utiliser les smartphones pour rendre l'imagerie diagnostique plus accessible.
  9. Go.Data est un outil publié par l'OMS. Il est spécifiquement destiné à la collecte de données lors des urgences sanitaires mondiales. Lors de l'épidémie d'Ebola en Afrique, Go.Data a été félicité pour la localisation des points de contact. L'application a également suivi les tendances d'infection et a aidé à organiser le suivi post-contact.
  10. Mobile Midwife est une application de cartographie numérique qui stocke des informations dans un cloud afin que les travailleurs de la santé aient accès à toutes les informations pertinentes sur les patients. Cela fonctionne même en cas de panne de courant ou d'accouchement à domicile où la connexion Internet peut être moins fiable. Cette application peut aider dans les régions où la mortalité maternelle et infantile est plus élevée, garantissant que les prestataires de soins de santé peuvent accéder efficacement aux informations des patients pour assurer les meilleurs soins. Cela peut également réduire le temps supplémentaire nécessaire pour trouver des documents qui pourraient autrement rendre les procédures plus dangereuses pour la mère et l'enfant.

Associer l'accessibilité des soins de santé aux applications pour smartphone n'est pas une solution parfaite, car elle comporte ses propres problèmes d'accessibilité. Cependant, ces applications d'aide à la santé peuvent aider les personnes sans assurance ou qui sont physiquement incapables de consulter un médecin à accéder à des consultations médicales. En conséquence, plus de personnes ont accès aux soins de santé, ce qui permet à une population en meilleure santé (et plus soucieuse de sa santé).

– Catherine Lin
Photo: Flickr

*

★★★★★