Catégories
Solidarité et entraide

Violence contre les femmes en Afrique

Traite des êtres humains et violence à l'égard des femmes en Afrique
Les femmes africaines ont connu des inégalités dans de nombreux aspects de la vie à travers l'histoire. Aujourd'hui, certains des plus grands risques auxquels les femmes africaines sont confrontées sont la traite des êtres humains et la violence sexiste. Ces risques sont répandus dans les régions sous-développées où les femmes sont plus susceptibles d'avoir moins accès à l'éducation et aux opportunités d'emploi formelles. Selon un article publié en 2005 dans African Renewal de l’ONU, la majorité des pauvres en Afrique sont des femmes. Ainsi, la violence contre les femmes et l'esclavage moderne sont aujourd'hui deux conséquences majeures de la pauvreté en Afrique.

Quelques faits sur la traite des êtres humains en Afrique

Le plus grand groupe de victimes de la traite des êtres humains dans le monde est âgé de 9 à 17 ans. La plupart des femmes victimes de la traite appartiennent à la tranche d’âge des 18 à 20 ans. Selon l'African Sisters Education Collaborative, 9,24 millions de personnes en Afrique sont actuellement victimes de l'esclavage moderne. C’est 23% de la population mondiale d’esclaves modernes. En outre, plus de la moitié de toutes les victimes de la traite des êtres humains en Afrique ont moins de 18 ans. La majorité des victimes africaines de la traite sont des femmes. De plus, l'exploitation sexuelle représente plus de la moitié de toute l'exploitation de la traite des êtres humains en Afrique. L'exploitation des victimes dure souvent moins d'un an. Cependant, certaines victimes ont déclaré avoir été exploitées pendant jusqu'à 16 ans.

Histoire de la violence contre les femmes en Afrique

La mutilation génitale féminine ou l'excision (MGF / E) est une pratique traditionnelle qui s'est produite dans au moins 28 cultures africaines à travers l'histoire. En outre, plus de 120 millions de femmes et de filles sont victimes de mutilations génitales à travers le monde. Malgré la violation des lois internationales relatives aux droits humains, les MGF / E ne sont souvent pas signalées dans les pays africains. Cela est dû à sa prédominance et à son importance dans les traditions culturelles. Selon l'article Translational Andrology and Urology, un praticien non médical pratique souvent la MGF / E. Le but de cette pratique est d'accomplir des rites religieux ou culturels et parfois pour des bénéfices économiques.

La violence domestique est un autre problème alarmant qui prévaut dans toute l'Afrique. Un tiers de toutes les femmes africaines ont été victimes de violences domestiques physiques ou sexuelles. De plus, toutes les huit heures, un partenaire domestique tue une femme en Afrique du Sud. Environ 51% des femmes africaines sont battues par leur mari. Cela se produit lorsque les femmes sortent sans autorisation, négligent les enfants, se disputent, refusent d'avoir des relations sexuelles ou brûlent la nourriture.

Les droits des femmes modernes en Afrique

De nombreux pays africains accordent des droits égaux aux femmes dans leurs constitutions actuelles, comme l'Ouganda, l'Afrique du Sud et le Kenya. L'Union africaine (UA) reconnaît le «rôle essentiel des femmes dans la promotion du développement inclusif» à l'article 3 du Protocole portant amendement de l'Acte constitutif de l'UA. En outre, le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique jette les bases que les gouvernements africains doivent suivre pour promettre l’égalité des droits à leurs citoyennes. Le document protège également les femmes contre la violence sexiste et donne aux femmes les moyens de réaliser leur potentiel au sein de la société.

Les femmes ont reçu le droit de vote dans de nombreux pays africains tout au long du XXe siècle. Depuis lors, de nombreux gouvernements africains ont augmenté le nombre de femmes qu'ils autorisent à occuper des postes de direction et des postes gouvernementaux. Certains pays africains, comme l’Ouganda, exigent par la loi qu’un certain nombre de postes gouvernementaux et de rôles de direction d’organisations soient spécifiquement attribués aux femmes. Cela ressemble à la Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi des États-Unis. Des pays comme le Rwanda criminalisent la violence contre les femmes dans les lois sur la violence domestique. Cependant, il y a peu de circonstances dans l'application et la mise en œuvre de ces politiques en raison des traditions culturelles. De plus, l'institution du village ou de la famille est officieusement supérieure aux forces de l'ordre.

Progrès vers l'autonomisation des femmes en Afrique

L'Organisation des Nations Unies a adopté la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) en 1979. Depuis lors, la CEDEF s'est employée à encourager les pays africains à «s'engager à prendre une série de mesures pour mettre fin à la discrimination à l'égard des femmes en tous. formes." Quatre-vingt-dix-neuf pays à travers le monde ont ratifié la CEDEF depuis 1980.

L'élimination du risque et de l'existence de la traite des êtres humains est également un élément majeur de l'autonomisation des femmes et de la protection des femmes en Afrique. Éduquer les femmes, leur montrer leur potentiel pour des perspectives d'emploi formelles et les mettre en garde contre les signes de participation à la traite des êtres humains peut empêcher la traite des êtres humains.

Le Centre Devatop pour le développement de l’Afrique est un groupe de défense mondial de premier plan qui se concentre sur les efforts de lutte contre la traite des êtres humains au Nigéria, l’un des plus grands centres de traite des êtres humains en Afrique. Le directeur exécutif de Devatop, Joseph Osuigwe, a déclaré au Borgen Project dans une interview qu'il avait créé le Centre en 2014 après avoir entendu des histoires de survivants de la traite des êtres humains. Depuis lors, le Centre a mis en œuvre plusieurs programmes de formation pour sensibiliser à la traite des êtres humains au Nigéria et assurer la protection des victimes. «En 9 mois, les défenseurs formés (de l'Académie pour la prévention de la traite des êtres humains et autres questions connexes) ont sensibilisé 6000 personnes dans plus de 30 communautés», a déclaré Osuigwe. «Ils ont signalé trois cas de traite des êtres humains, dont une des victimes a été sauvée.»

Que reste-t-il à faire pour les femmes en Afrique?

Peu de pays d'Afrique subsaharienne ont réussi à résoudre les problèmes de violence sexiste. Par conséquent, combler le fossé entre la politique et la pratique à travers l'Afrique contribuera à mettre fin à la traite des êtres humains et à la violence contre les femmes.

Les dirigeants gouvernementaux, les organisations à but non lucratif, les alliés internationaux et les citoyens devront s'unir pour protéger et autonomiser toutes les femmes africaines.

Myranda Campanella
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *