Catégories
Solidarité et entraide

Une mise à jour COVID-19 des trois régions de Compassion

Une fille tient un masque devant son visage.

Alors que les cas de COVID-19 ralentissent dans certains pays, ils s'intensifient dans d'autres et ont un impact profond sur les communautés où travaille Compassion. Aujourd'hui, nous allons entendre directement chacun des trois vice-présidents régionaux de Compassion, pour savoir comment la pandémie COVID-19 affecte le ministère de Compassion dans le monde.

Vous ne voudrez pas manquer d'entendre directement ces dirigeants, qui servent en première ligne.

Compassion Amérique latine et Caraïbes: Edouard Lassegue

Edouard Lesege et Jimmy Mellado discutent avec trois jeunes filles du projet. Ils sont tous habillés de leurs plus beaux vêtements.

Edouard Lassegue, vice-président régional de Compassion pour l'Amérique latine et les Caraïbes, en Haïti, avec le président de Compassion, Jimmy Mellado

Bonjour, Famille Compassion. Je suis très heureux de partager avec vous une mise à jour sur notre ministère en Amérique latine et dans les Caraïbes. Mais avant de faire cela, je veux mettre les choses en contexte afin que vous puissiez mieux comprendre la façon dont nous abordons notre programme cette saison.

Nous sommes au milieu d'une pandémie et nous sommes en mode de réponse aux catastrophes. Mais nous nous rappelons que Compassion n'est pas une organisation de secours ou de catastrophe. Nous reconnaissons que nos partenaires ont besoin de notre soutien en cas de catastrophe, et nous sommes prêts à jouer un mode de secours pendant une telle période. Mais nous le faisons pour les préparer et les stabiliser pour un développement à long terme. Nous voyons cette fois comme un moyen de supprimer les obstacles, de les remettre sur le chemin du développement.

C'est comme si vous avez une jambe cassée, nous voulons nous assurer que la jambe est stabilisée et placée dans un plâtre afin de bien guérir. Mais notre objectif n'est pas seulement de fournir un traitement et une thérapie afin de marcher à nouveau; nous voulons vous revoir sur les pistes de course et atteindre tous les objectifs que vous vous étiez fixés avant de vous blesser.

Dans ce contexte, je voudrais prendre quelques instants pour partager avec vous l'impact de COVID-19 dans nos pays d'Amérique latine et des Caraïbes et comment nous réagissons. Les cas confirmés ont augmenté dans notre région et, selon l'Organisation mondiale de la santé, l'Amérique latine est le nouvel épicentre de cette pandémie mondiale, dépassant l'Europe et les États-Unis dans le nombre quotidien de cas de COVID-19 signalés.

Aider les familles touchées par COVID-19

Les familles pauvres n'ont pas de filet de sécurité en temps de crise. Aidez à fournir de la nourriture, des soins médicaux et du soutien pendant cette pandémie.

Le Brésil compte plus de 929 000 cas confirmés à l'échelle nationale, l'un des plus élevés au monde. D'autres pays comme le Mexique et le Pérou peinent à contenir les flambées majeures. L'Équateur connaît le plus de décès par habitant dans la région. Cependant, heureusement, le nombre de cas quotidiens semble se stabiliser en Équateur.

Une grande partie de notre population était déjà à un désastre de retomber dans l'extrême pauvreté. Ce défi a donc été particulièrement décourageant, car nous voyons les gains économiques des dernières décennies dans de nombreux pays potentiellement emportés par cette pandémie. Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies prévient qu'au moins 14 millions de personnes pourraient souffrir de la faim en Amérique latine, l'épidémie continuant d'augmenter alors que l'emploi et l'économie déclinent.

Mais regardons notre réponse à cette pandémie dans nos pays. Nous fournissons de la nourriture, des kits d'hygiène et de l'eau potable à ceux qui en ont le plus besoin. Nous donnons des paniers de nourriture et offrons un soutien financier aux pasteurs d'église qui ont du mal à joindre les deux bouts en ce moment. Nous fournissons des soins médicaux aux bénéficiaires et à leurs familles qui n'en ont pas les moyens.

Nous utilisons des technologies telles que Zoom, Whatsapp et Facebook Live pour offrir des programmes et envoyer du contenu de programme et garantir que les bénéficiaires reçoivent un soutien émotionnel et spirituel continu. Certains pays comme El Salvador ont en fait cartographié le pourcentage de parents et de jeunes qui ont accès au courrier électronique et à Whatsapp, afin qu'ils puissent leur fournir le contenu des cours de manière plus efficace par voie électronique.

Nous travaillons également en partenariat avec des organisations comme Biblica et The Movement With Children and Youth en Amérique latine pour développer des ressources pour équiper les églises, les enfants et les familles et les aider à naviguer dans la crise COVID-19.

Enfin, je voudrais vous demander de prier pour l'Amérique latine et les Caraïbes.

  • Priez pour les chefs d'église et pour les représentants du gouvernement afin qu'ils prennent de sages décisions.
  • Priez pour les familles qui ont perdu des êtres chers ou qui luttent actuellement contre ce virus.
  • Priez pour des percées dans la créativité pour la prestation de programmes dans nos pays.
  • Priez pour des percées pour des opportunités de développement alors que nous équipons l'église pour cette saison et pour l'avenir.

Au milieu de cette période d’enfermement, les paroles de Jésus dans Jean 14: 3 me viennent à l’esprit:

"Et si je vais vous préparer une place, je reviendrai et vous emmènerai avec moi afin que vous soyez aussi là où je suis."

Je suis époustouflé par la pensée que Dieu m'aime tellement qu'il veut être avec moi, il veut que je sois où il est pour l'éternité. Quelle pensée puissante et réconfortante. Nous ne sommes pas seuls, même au milieu de cet enfermement.

Compassion Africa: Palamanga Ouali

Directeur national du Burkina Faso Ouali Palamanga. Il est à genoux, entouré d'enfants. Ils sont devant un bâtiment marron.

Palamanga Ouali, vice-président régional de Compassion Africa avec des enfants au Burkina Faso

Bonjour et bonjour, famille Compassion. Aujourd'hui, je partagerai ce qui s'est passé dans la région de l'Afrique pendant la pandémie de COVID-19. L'Organisation mondiale de la santé estime qu'il y a eu plus de 118 000 cas positifs sur le continent africain depuis février. Certains de nos pays, comme le Burkina Faso et le Rwanda, affichent une baisse régulière du nombre de cas. Cela signifie que certains de nos bureaux nationaux commencent à pouvoir s'ouvrir et à accueillir plus de personnel dans les bâtiments. Nous louons Dieu pour cela. Mais nous continuerons également à être prudents et à faire de la sécurité de nos employés une priorité absolue.

Nous sommes également très reconnaissants d'avoir un nombre relativement faible d'enfants, de membres de la famille et de partenaires de l'église qui ont contracté ce virus.

Quels sont donc les défis auxquels Compassion Africa est confrontée pendant cette pandémie?

Premièrement, il y a la question de la sécurité alimentaire. De nombreuses personnes vivant dans la pauvreté ont déjà eu des problèmes quotidiens de manque de nourriture facilement disponible. Cette année en Afrique de l'Est, les criquets et les inondations ont déjà affaibli l'agriculture. La pandémie et les fermetures ont aggravé ces problèmes.

De plus, les prix des denrées alimentaires augmentent très haut et les pénuries ont augmenté. Les blocages et les distanciations sociales ont soudainement mis des milliers de personnes au chômage. L'ONU prévient que la moitié de tous les emplois africains pourraient être perdus à cause de COVID-19. Beaucoup de gens n'ont pas d'épargne pour les aider à traverser une pandémie. Ils dépendent de leur revenu quotidien pour acheter leur nourriture quotidienne.

En conséquence, les familles sont confrontées à la terrible décision de faire face à la famine ou de risquer une infection en allant travailler. Les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement vulnérables à la faim et à la malnutrition, ainsi que les femmes enceintes et les mères allaitantes.

En réponse, nos bureaux nationaux ont travaillé avec les partenaires de l'église de première ligne pour distribuer des colis de nourriture et de nutrition aux enfants, aux mères et aux familles que nous servons. Nous utilisons également des transferts en espèces pour aider plus directement les familles. Cela a été très utile dans les endroits où la distribution de nourriture en public a été restreinte ou interdite.

Plusieurs de nos bureaux nationaux profitent de cette occasion pour s'associer à des gouvernements nationaux afin de sensibiliser au virus et de s'entraider pour atteindre des objectifs mutuels, comme lutter contre la faim pendant la crise.

Un deuxième problème que nous constatons est qu'il est très difficile pour de nombreuses personnes de suivre les recommandations en matière de santé et d'assainissement pour empêcher la propagation du virus. Plus d'un tiers des Africains n'ont pas accès à l'eau potable. Ceux qui ont accès à de l'eau potable doivent souvent quitter leur domicile pour l'obtenir. C'est pourquoi la distance sociale est très difficile, voire parfois impossible, pour les personnes qui doivent quitter leur domicile tous les jours pour obtenir de l'eau, de la nourriture et des fournitures de base.

En outre, nous sommes également confrontés à un problème de diffusion de mauvaises informations sur les réseaux sociaux. Nous voyons des guérisons fausses ou non certifiées et des efforts de prévention dangereux qui font que des personnes désespérées se blessent involontairement. Une fois de plus, nos partenaires d'église de première ligne relèvent ce défi en visitant les enfants et leurs familles. Ils fournissent non seulement des fournitures pour le lavage des mains et la désinfection, mais ils partagent également de bonnes informations scientifiques sur la façon dont le virus se propage et sur ce qu'il faut faire pour rester en bonne santé et éviter d'être infecté.

Au cours d'une crise comme celle-ci, il existe un danger pour les personnes souffrant de graves problèmes de santé, comme le paludisme et la malnutrition, d'oublier ou de perdre l'accès à leurs médicaments. Notre personnel du bureau national travaille avec les églises et les systèmes de santé pour s'assurer que les enfants et leurs familles reçoivent toujours leurs médicaments et leurs traitements.

Comme toujours, nous veillons à ce que chaque enfant soit connu, aimé et protégé, en particulier pendant une pandémie mondiale, où il peut être facilement oublié ou ignoré.

Maintenant, je voudrais partager quelques façons dont vous pouvez prier pour la région Afrique pendant cette période:

  • Merci de prier pour que notre personnel trouve sa force et se repose dans le Seigneur.
  • Priez pour l'Église d'Afrique, qu'ils continueront à se lever pour être les mains et les pieds du Christ pendant ce temps.
  • Priez pour les pasteurs et le personnel des églises qui souffrent financièrement parce que leurs congrégations n'ont pas pu se rencontrer et faire des offrandes financières.
  • Et bien sûr, priez pour les enfants et les familles d'Afrique. Priez que Dieu les protège de ce virus, mais aussi de l'impact à long terme de cette pandémie.

Certains experts estiment que ce n'est que le début de la crise pour l'Afrique. Nous prévoyons que les conséquences économiques dureront longtemps. Il a le potentiel de plonger des milliers voire des millions de personnes dans la pauvreté. Mais nous savons que Dieu est avec nous.

Un verset qui a été pour moi un encouragement que je voudrais partager avec vous se trouve dans Ésaïe 41: 1,

«Car je suis le Seigneur qui saisit ta main droite. N'ai pas peur; Je t'aiderai."

Compassion Asia: Silas Balraj

Silas Balraj, vice-président régional de la région Asie, visite le terrain en Indonésie.

Silas Balraj, vice-président régional de la région Asie, en Indonésie

Salutations, Famille de compassion. C'est une joie de partager avec vous ce que le Seigneur fait dans la région de l'Asie pendant cette pandémie. Comme vous pouvez l'imaginer, toute la région de l'Asie a été gravement touchée par COVID-19. Mais s'il est vrai que le bâtiment physique de l'église ou le rassemblement a été fermé ou empêché, l'église est toujours en vie. L'Église est vivante en nous, et en particulier l'Église est vivante et active dans nos partenaires d'église de première ligne. Chacune d'elles travaille sans relâche et continue d'être engagée dans le développement holistique de l'enfant, en offrant des soins à nos bénéficiaires, nos jeunes et nos mères.

Dans nos pays de programme, la Thaïlande et le Sri Lanka, des mesures concrètes ont été prises pour lutter contre la croissance de ce virus. Nos églises partenaires en Thaïlande et au Sri Lanka ont répondu aux nombreux besoins de nos bénéficiaires grâce à des rations sèches, des kits d'hygiène, des services de santé, ainsi que la fourniture de médicaments si nécessaire. Aujourd'hui, la Thaïlande et le Sri Lanka voient une réduction des cas. Et nous louons le Seigneur pour le travail acharné de notre personnel et de nos partenaires qui ont contribué à ce résultat.

En revanche, les autres pays où Compassion travaille en Asie, au Bangladesh, en Indonésie et aux Philippines, connaissent une forte augmentation des cas de COVID-19.

Cette augmentation a un impact direct sur le système de santé et l'économie de ces pays. Malheureusement, la plupart des personnes touchées sont celles qui sont vulnérables, là où vivent nos bénéficiaires. Les partenaires de l'église locale font un travail extrêmement passionné de s'occuper activement de ces communautés vulnérables et en particulier de nos bénéficiaires 24 heures sur 24. Des vivres et des kits d'hygiène sont régulièrement livrés.

En raison de la fermeture, et combinée aux mauvaises conditions de vie de nos bénéficiaires, dans de nombreux cas, nous avons constaté que des problèmes de protection des enfants émergeaient. Il émerge de manière très sombre et douloureuse. Mais par la grâce de Dieu, l'église locale a devancé ce problème. Ils veillent à ce que chacun de nos bénéficiaires soit connu, aimé et protégé, même en ces temps difficiles.

Au cours de cette pandémie, nos bureaux nationaux trouvent de nouvelles façons de communiquer avec les partenaires et ils ont trouvé des façons novatrices d'utiliser le pouvoir de la technologie pour rester en contact avec nos bénéficiaires. C'est une telle joie d'entendre ces histoires et de voir comment Dieu est à l'œuvre même en ces temps difficiles.

Bien que nous ayons beaucoup de raisons d'être reconnaissants, nous sommes confrontés à des problèmes complexes dans certains de nos pays de terrain. Par exemple, au Bangladesh le 20 mai, au milieu d'un impact croissant du COVID-19, un typhon a frappé, impactant 23 centres de développement de l'enfant et détruisant tout pour 572 bénéficiaires. Nos partenaires sont entrés dans cette situation très précaire de prise en charge de nos bénéficiaires qui ont été impactés à cause de COVID-19, et maintenant à cause du typhon.

Le pays des Philippines a connu un autre typhon en mai, impactant l'île de Mindanao. Et louez Dieu pour l'église locale qui s'est élevée ensemble et a prodigué des soins, même dans cette situation difficile. Oui, c'est tellement vrai que Dieu est à l'œuvre. Et en ces temps difficiles, l'Église est vivante grâce à Jésus.

Un grand merci à tous nos bureaux nationaux, aux équipes, ainsi qu'à nos partenaires d'église, qui sont la vraie lumière de Jésus en ces temps sombres. Nous les remercions pour leur engagement et leur cœur à prendre soin de ces vies précieuses.

Pour terminer, je voudrais vous inviter à prier.

  • Priez que Dieu nous donne force, sagesse et endurance pour nos partenaires d'église.
  • Priez pour le repos et la résilience de notre personnel.
  • Priez pour que le Seigneur ouvre de nouvelles façons créatives de prendre soin, de servir et de soutenir nos partenaires dans le nouvel état normal.
  • Priez que le Seigneur bénisse le témoignage de son peuple alors qu'ils vivent l'Évangile en ces temps difficiles.

En plus de ces points de prière, j'ai une demande de prière spéciale pour vous. Prieriez-vous spécifiquement pour la nation indienne? La compassion a eu le privilège de servir dans ce pays pendant 48 ans. Au moment où je vous parle, COVID-19 a un impact profond sur l'Inde. Aujourd'hui, l'Inde se classe au quatrième rang des cas les plus élevés au monde, et des rapports nous indiquent que des millions de personnes, ainsi que des enfants, des communautés et des familles sont retournées dans l'extrême pauvreté.

Prieriez-vous que Dieu ait pitié de cette nation? Que Dieu renforcera les mains de nos anciens partenaires de l'église alors qu'ils se soucient de ce qu'ils ont et qu'ils offrent ces soins d'une manière qui honore Dieu?

Merci, nos supporters. Merci pour l'opportunité qui nous est donnée, merci aussi pour vos prières. Oui, ce sont des moments difficiles, mais nous avons tant de raisons d'être reconnaissants, car nous ne sommes pas seuls dans ce voyage. Louez le Seigneur car celui qui nous appelle est fidèle. Il nous verra jusqu'au bout. Que le Seigneur vous bénisse et que le Seigneur vous garde.

Merci de votre partenariat avec les églises du monde entier pour être les mains et les pieds du Christ pendant cette pandémie!

Donnez aujourd'hui! ›


*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *