Catégories
Solidarité et entraide

Traite des êtres humains au Venezuela | Le projet Borgen

Traite des êtres humains au Venezuela
Alors que les troubles politiques, économiques et sociaux se poursuivent au Venezuela, il est plus urgent que jamais de sensibiliser et de réagir à la traite des êtres humains. La traite des êtres humains est un crime qui exploite quelqu'un à des fins de travail, d'esclavage, de servitude ou de sexe. Certaines des causes de la traite des êtres humains (pauvreté incessante, taux de chômage élevés, violence, troubles civils et manque de taux d'humanité) poussent 6,5 millions de Vénézuéliens à fuir leur pays. Environ 94% des Vénézuéliens vivent dans la pauvreté, avec une augmentation estimée de 300% de la traite des êtres humains entre 2014 et 2016. L'ancien président vénézuélien, Maduro, a donné la priorité au maintien du pouvoir et a mené des tentatives d'éradication de la traite, y compris un manque d'enquêtes, de poursuites et de poursuites. condamnations. En réponse à la crise humanitaire vénézuélienne, des organisations comme l'UNICEF, le FNUAP, le HCR et l'OMI contribuent activement à répondre aux besoins des citoyens, des réfugiés et des migrants et à prévenir la traite des êtres humains au Venezuela.

Incohérences dans la criminalisation de la traite des êtres humains

De 2013 à 2019, l'administration Maduro était chargée de gérer l'adversité économique, l'augmentation des taux de criminalité et l'immense migration dans le but d'éviter la traite des êtres humains au Venezuela. L'administration Maduro a utilisé les Misiones (programmes gouvernementaux d'aide sociale) comme moyen de dissuasion contre la pauvreté et la traite des êtres humains au Venezuela. Misiones a profité à certaines communautés en répondant aux besoins de base et à l'éducation, mais est devenue inefficace en 2014 en raison de son agenda politique changeant, de l'instabilité administrative et d'un financement insuffisant.

Le Venezuela a établi la traite des êtres humains comme un crime, mais il n'a toujours pas de loi ni de politique anti-traite. L'administration Maduro a démontré son intention de lutter contre le développement de la traite des êtres humains. Cependant, la loi vénézuélienne en 2019 n'a criminalisé que certaines formes de traite avec des sanctions insuffisantes, la prévention, le signalement et la protection des groupes vulnérables. L'industrie de la traite des êtres humains s'infiltre généralement entre les pays en développement, ce qui fait de l'augmentation rapide la seule donnée quantifiable. Malgré la difficulté à obtenir des preuves, l'éradication de la traite des êtres humains réussit le mieux grâce à des méthodes de prévention, à la punition de l'auteur et à une protection adéquate de la victime.

UNICEF et UNFPA

Les femmes et les enfants vénézuéliens sont particulièrement vulnérables au risque d'être victimes de la traite lorsqu'ils émigrent vers les pays voisins d'Amérique du Sud. L'urgence ressentie par les migrants vénézuéliens à renvoyer de l'argent à leurs familles augmente le risque pour les gangs criminels et les groupes de guérilla de forcer les enfants à la mendicité et les femmes à l'exploitation sexuelle et par le travail.

Le 28 mai 2019, l'UNICEF et l'UNFPA ont signé un accord renforçant la réponse humanitaire à près d'un million d'enfants, de femmes enceintes et de mères. Cet effort conjoint fournit de l'eau potable, des services de santé sexuelle et reproductive, une aide à l'accouchement de haute qualité, des ressources éducatives et des informations pour accroître la sécurité des personnes touchées par la violence sexiste.

UNHCR

Avec une augmentation de 8 000% du nombre de Vénézuéliens souhaitant obtenir le statut de réfugié au cours des six dernières années, des centaines de milliers de personnes prévalent sans accès aux produits de première nécessité. Sans l'autorisation de rester dans les pays voisins, les Vénézuéliens qui arrivent sont très vulnérables au trafic et ont désespérément besoin de documentation, d'un abri, de nourriture et de soins médicaux.

En décembre 2018, le HCR a collaboré avec l'OIM et les pays hôtes pour lancer le Plan de réponse régional pour les réfugiés et les migrants, qui donne la priorité aux besoins de 2,2 millions de migrants vénézuéliens et améliore l'assistance globale. Le HCR a renforcé la protection le long des frontières dangereuses, fourni des ressources de base pour les secours et fait en sorte que les réfugiés et les migrants reçoivent des informations adéquates sur les opportunités avantageuses.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM)

Le million d'enfants vénézuéliens travaillant dans le secteur du travail informel et environ 200 000 enfants en servitude devraient augmenter en raison de la traite des êtres humains au Venezuela. Le gouvernement vénézuélien a soutenu des programmes visant à améliorer les conditions des enfants qui travaillent et à aider les victimes de la traite des êtres humains. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a imposé une campagne traduite par «Your Life Challenges» avec le soutien fiscal des États-Unis. Cette campagne vise à protéger les enfants, les femmes et les hommes vénézuéliens des trafiquants pendant leur transit. «Your Life Changes» est une chanson qui transmet des implications de mise en garde pour les voyageurs vulnérables à la traite des êtres humains. La campagne comprend des manifestations en direct et la diffusion de matériel informatif pour sensibiliser le public au travail forcé et à la traite des êtres humains au Venezuela.

L'Institut colombien de protection de la famille (ICBF)

La Colombie accueille actuellement 1,8 million de migrants vénézuéliens, faisant de l'Institut colombien de protection de la famille (ICBF) un développement crucial dans la prévention et le soutien aux jeunes victimes de la traite des êtres humains. De mars à juin 2018, l'ICBF a déterminé qu'il y avait 350 victimes vénézuéliennes du travail des enfants en Colombie. L'ICBF fournit des soins, des programmes, une assistance, des abris et des évaluations aux enfants vénézuéliens victimes de la traite. L'Institut se concentre sur la prévention de la traite des êtres humains par sa formation pédagogique et ses stratégies de sensibilisation accrues.

Une réponse continue

Les réponses des conventions internationales, des politiques gouvernementales et des agences d'aide aux Vénézuéliens ont sans aucun doute protégé nombre d'entre eux de leur dangereuse réalité. Cependant, le Venezuela est resté un pays de niveau 3 car le gouvernement ne fait pas assez pour éradiquer la traite des êtres humains. Les incohérences dans la criminalisation vénézuélienne de la traite et les lois anti-pistage ont compromis le bien-être et la vie de beaucoup trop de gens. La crise vénézuélienne a privé les citoyens de leurs droits humanitaires, appelant à des efforts collectifs continus pour aider ceux qui en ont besoin.

– Violet Chazkel
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *