Catégories
Solidarité et entraide

Top 5 des choses à savoir sur la santé mentale des enfants au Yémen

Santé mentale infantile au YémenLe Yémen traverse actuellement l'une des plus grandes crises humanitaires de l'histoire. La guerre, la pauvreté et la maladie sévissent dans tout le pays. Environ 1,8 million d'enfants souffrent de malnutrition aiguë au Yémen, dont 400 000 sont des cas potentiellement mortels. Le peuple yéménite est quotidiennement exposé au stress et à la violence sous la forme de frappes aériennes menées par les Saoudiens, de camps de détention houthis, d'aéroports fermés, de pauvreté, de famine et de choléra. Cela peut avoir un impact sur la santé mentale des enfants au Yémen.

5 choses à savoir sur la santé mentale des enfants au Yémen

  1. Manque de soins de santé mentale – Il y a un manque criant de prestataires de soins de santé mentale au Yémen. Les services de santé mentale ne sont disponibles que dans 21% des établissements de santé du Yémen. En février 2019, il y avait environ 0,17 psychologues pour 100000 Yéménites. Save the Children a signalé que seuls deux pédopsychiatres sont disponibles pour l'ensemble du Yémen et qu'une seule infirmière en santé mentale est disponible pour 300 000 personnes.
  2. Sécurité et santé mentale des enfants – Une enquête récente de Save the Children montre que 52% des enfants au Yémen ne se sentent jamais en sécurité lorsqu'ils sont loin de leurs parents. L'enquête a également montré que 56% des enfants ne se sentent jamais en sécurité lorsqu'ils marchent seuls et 36% des enfants n'ont jamais l'impression de pouvoir parler à quelqu'un de leur communauté s'ils sont tristes ou bouleversés. En outre, environ 38% des soignants signalent une augmentation récente des cauchemars des enfants.
  3. Malnutrition et développement du cerveau – La moitié des enfants yéménites de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique. Cela a un impact négatif direct sur le développement du cerveau et aura un impact sur des générations de Yéménites. Le retard du développement cérébral et la négligence de la santé mentale des enfants au Yémen, selon la Columbia Law School, «affecteront les structures familiales, la cohésion sociale, la santé physique et émotionnelle, les résultats scolaires et réduiront la capacité à trouver des solutions pacifiques aux conflits».
  4. Depuis décembre 2017, la violence du conflit yéménite a mutilé ou tué 2047 enfants. Des enfants partout au Yémen pleurent chaque jour leur famille et leurs amis tués par des frappes aériennes. Vivre dans ces situations violentes et stressantes aura non seulement des effets à long terme sur la santé mentale, mais aussi sur la santé physique. Des niveaux élevés de stress prolongé peuvent augmenter le cholestérol sanguin, la glycémie et la tension artérielle. Par conséquent, les enfants qui grandissent dans cet environnement sont plus vulnérables aux maladies chroniques comme les maladies cardiaques plus tard dans la vie.
  5. Les gens font quelque chose à ce sujet. L’objectif du Centre d’études stratégiques de Sana’a est de favoriser le changement par la diffusion des connaissances, en se concentrant spécifiquement sur le Yémen et la région environnante. Le Sana’a Center s'est associé à la Columbia Law School Human Rights Clinic pour attirer l'attention sur la crise de la santé mentale au Yémen lors de la convention des Nations Unies de 2018 à Genève. Les deux organisations ont fait pression pour une réponse internationale et ont également présenté un plan proposé pour le gouvernement yéménite. Le plan appelait le gouvernement à créer une politique nationale de santé mentale, à garantir une allocation budgétaire pour les services de santé mentale, à rouvrir l’aéroport de Sana’a et à payer les salaires des secteurs de la santé publique. Malheureusement, la crise au Yémen a entraîné la suspension de tout effort du gouvernement pour mettre en œuvre des politiques nationales de santé mentale et aucun changement n'a encore été apporté.

La première étape vers un avenir meilleur au Yémen consiste à comprendre les problèmes auxquels le peuple yéménite est confronté quotidiennement. La santé mentale des enfants au Yémen est facile à ignorer, mais les enfants d’aujourd’hui sont les négociateurs de la paix de demain. Ce sont les médecins, les infirmières, les enseignants et les politiciens de demain. Plus tôt le gouvernement pourra entreprendre des efforts pour créer une politique nationale de santé mentale, plus tôt la communauté pourra se réunir pour assurer une vie plus saine et plus heureuse aux enfants du Yémen.

-Caroline Warrick-Schkolnik
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *