Catégories
Solidarité et entraide

Solutions nutritionnelles au retard de croissance chez les enfants

Retard de croissance chez les enfants
En 2019, 149 millions d'enfants de moins de 5 ans dans le monde ont connu un retard de croissance. Les enfants touchés par le retard de croissance sont 33% moins susceptibles d'échapper à la pauvreté générationnelle à l'âge adulte. Par continent, 36% des enfants africains de moins de 5 ans souffrent de malnutrition. Environ 40 à 45% de «tous les décès d'enfants évitables» sont dus à la dénutrition. En 2012, cela signifie que plus de 6 millions d'enfants sont morts de troubles de croissance retardés.

Retard de croissance chez les enfants

La malnutrition au tout début de la vie d’un enfant entraîne un retard de croissance. Le retard de croissance est en corrélation avec une croissance physique et un développement cognitif altérés, un système immunitaire affaibli, des taux de mortalité plus élevés et une mauvaise santé générale. Le retard de croissance est une maladie chronique qui apparaît au cours des deux premières années de la vie d’un enfant.

Les enfants qui souffrent de retard de croissance sont plus susceptibles d'être fatigués et moins curieux, ce qui diminue naturellement leur développement psychosocial. De plus, ils ont tendance à faire face à des défis disciplinaires et possèdent une fonction motrice et des compétences sociales moins développées. Ces défis perpétuent le cycle de la pauvreté, car le retard de croissance chez les enfants entraîne des taux d'abandon plus élevés et une réduction de la capacité de gain de 22% de la population active.

Alors que les effets d'un retard de croissance sont en grande partie irréversibles, la réduction de la malnutrition réduira le sous-développement et d'autres maladies qui découlent de la malnutrition. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en place des plans pour réduire la prévalence de cette maladie de 40% d'ici 2025.

Explication physiologique

La malnutrition entraîne une diminution de la fonction cognitive et de l'adversité psychosociale chez les enfants en altérant la fonction neurologique. Ceci, à son tour, conduit à une réduction des revenus à l'âge adulte. Les dendrites sont des neurones qui communiquent avec les cellules nerveuses et transmettent des signaux au cerveau. La malnutrition chez les jeunes enfants diminue la densité des dendrites dans le cerveau et donc réduit le nombre de neurones. Ce processus affecte négativement le développement critique du cerveau tel que la formation de la mémoire, les compétences locomotrices et d'autres fonctions neurologiques, qui sont essentielles au développement sain du cerveau.

Liens avec la croissance du PIB

Selon le Panel mondial sur l'agriculture et les systèmes alimentaires pour la nutrition, la malnutrition draine l'économie mondiale d'environ 3,5 billions de dollars par an à cause de la perte de productivité. Les individus souffrent souvent d'un manque de développement cérébral au cours des premières années de leur vie en raison de la sous-alimentation. Ils souffrent par la suite de capacités de production réduites dans leurs moyens d'existence. Le Panel mondial rapporte qu'une perte annuelle de PIB de 3% à 16% résulte de la malnutrition. En termes simples, des enfants mieux nourris deviennent des adultes plus productifs.

Changements de politique et solutions

Comme pour de nombreux problèmes de santé publique dans le monde, les investissements dans l'aide étrangère peuvent être un point de départ essentiel pour réduire la malnutrition et le retard de croissance chez les enfants des régions pauvres. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) estime que si les États-Unis investissaient 1,2 milliard de dollars par an dans la lutte mondiale contre la malnutrition, la diminution des décès et l'augmentation des «revenus futurs» (revenus du PIB et avantages économiques relatifs) seraient génèrent 15,3 milliards de dollars par an aux États-Unis. Ce calcul représente une analyse avantages-coûts de treize à une.

Une approche éthique

Bien plus qu'une incitation économique, il existe un impératif moral pour améliorer la nutrition à l'échelle mondiale. L'élimination de la malnutrition améliorerait la santé globale des populations. Les communautés pauvres qui n'ont pas un accès constant à des aliments nutritifs et à des soins de santé ressentiraient particulièrement cet effet.

La recherche montre que, bien que l'état cognitif altéré ne soit pas nécessairement permanent et puisse s'améliorer progressivement, il subsiste généralement un «dysfonctionnement cognitif» général chez les enfants souffrant d'un retard de croissance par rapport aux enfants en bonne santé. Les recommandations de la FAO portent sur les compléments alimentaires, l’enrichissement des aliments (ajout de nutriments aux aliments pour augmenter la teneur en nutriments) et la biofortification (pratiques agricoles qui intègrent la recombinaison de l’ADN pour augmenter le contenu nutritionnel des cultures primaires).

Parallèlement aux solutions diététiques de la FAO, l'OMS a élaboré une politique visant à réduire le retard de croissance chez les enfants d'ici 2025. Ses politiques incluent la collaboration entre des organisations telles que Scaling Up Nutrition (SUN), qui œuvre pour réduire la malnutrition mondiale et les troubles de santé qui accompagnent les enfants malnutris. . SUN aide les pays à élaborer et à mettre en œuvre des politiques gouvernementales pour améliorer la nutrition pendant la période critique précédant le deuxième anniversaire d’un enfant. Grâce à des efforts d'action collective, SUN, l'OMS, des entités gouvernementales, l'ONU et des parties prenantes individuelles unissent leurs forces pour éliminer la malnutrition.

Jour de Nye
Photo: Wikimedia Commons

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *