Catégories
Solidarité et entraide

Réponse au COVID-19 dans les pays en développement sur les services de santé essentiels

Réponse au COVID-19 dans les pays en développement La riposte au COVID-19 dans les pays en développement est devenue le principal objectif des agents de santé du monde en développement. Le volume de patients atteints de COVID-19 exerce une pression sur les hôpitaux et les systèmes de santé du monde entier. Cette tendance est particulièrement notable dans les pays en développement qui disposent déjà de ressources sanitaires, de fournitures médicales et de personnel médical limités

D'autres grands centres de santé mondiaux tels que les autres maladies infectieuses, les maladies diarrhéiques, le choléra, le virus Ebola et bien d'autres ne reçoivent pas le même niveau d'attention. Les services de santé de base tels que les soins maternels, la planification familiale et les programmes de vaccination sont touchés. Les agents de santé sont réaffectés aux patients COVID-19 et les ressources sont redistribuées pour donner la priorité à la pandémie. Bien que des leçons puissent être tirées des crises sanitaires précédentes telles que l'épidémie d'Ebola de 2014 en Afrique de l'Ouest, le COVID-19 s'est répandu à l'échelle mondiale et aura un impact important sur les services de santé essentiels.

Programmes d'immunisation

Selon GAVI, l'Alliance du Vaccin, des pénuries de vaccins dues à la fermeture des frontières et au nombre limité de voyages aériens ont été signalées dans au moins 21 pays à revenu faible ou intermédiaire. De plus, 14 campagnes de vaccination soutenues par GAVI ont été retardées. Ces programmes auraient vacciné 13,5 millions de personnes contre des maladies telles que la polio, la rougeole, le choléra, le VPH, la fièvre jaune et la méningite. GAVI s'attend à ce que ces chiffres augmentent à mesure que davantage de programmes sont retardés. Les programmes de vaccination de proximité, où les agents de santé se rendent dans diverses communautés avec des vaccins, et les programmes de vaccination systématique sont également affectés négativement. Les verrouillages et les efforts de distanciation, ainsi que les directives d'hygiène, contribuent aux retards du programme. GAVI prévoit de soutenir de grands programmes de vaccination dès que les mesures de sécurité contre le COVID-19 ne seront plus en place afin de remédier à ces disparités.

Solutions PATH

PATH propose trois étapes pour assurer la continuité des services de santé essentiels pendant la pandémie. La première action consiste à nommer un «coordonnateur des services de santé essentiels» par groupe de travail COVID-19. Ce coordinateur s'assurera que les directives de distanciation COVID-19 n'empêchent pas les individus d'accéder aux services de base. Ils identifieraient également toute interruption des services de santé à partir des données de gestion de la santé et collaboreraient avec les directeurs et les groupes sociaux pour agir en fonction des préoccupations de la communauté. Deuxièmement, PATH propose que les mises à jour publiques du COVID-19 incluent des informations sur les services de santé essentiels. Ceci est crucial pour que les gens sachent quels services sont disponibles et ne cessent de demander une aide médicale pour des problèmes non liés au COVID-19. Enfin, les agences internationales telles que l'OMS, l'UNICEF et les CDC africains devraient fournir aux pays en développement des stratégies pour les questions les plus urgentes telles que la protection des agents de santé, comment fournir des soins médicaux aux plus vulnérables de la population et comment maintenir les services de santé de base pendant la pandémie.

Directives de l'OMS pour le maintien des services de santé essentiels

L'Organisation mondiale de la santé a décrit des moyens importants de maintenir les services de santé essentiels pendant le COVID-19 dans les pays en développement. Ces lignes directrices comprennent l'accès aux soins de santé d'urgence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, l'élimination des obstacles financiers qui limitent l'accès aux patients, l'identification des services essentiels et ceux qui peuvent être retardés et l'utilisation de la télémédecine et des méthodes numériques de prestation de soins de santé. En outre, l'OMS souligne l'importance d'identifier les individus les plus vulnérables dans la société, tels que les groupes marginalisés, et de s'assurer que ces individus ont accès aux soins de santé. L'OMS a également décrit plusieurs catégories de santé essentielles à traiter spécifiquement pendant la pandémie de COVID-19. Il s'agit notamment de l'éthique, du financement de la santé, de la santé mentale, des maladies non transmissibles, de la nutrition et de la sécurité alimentaire, des personnes âgées, de la tuberculose et de la santé et des droits sexuels et reproductifs. La réponse au COVID-19 dans les pays en développement doit garantir la continuité des services de santé essentiels.

-Maia Cullen
Photo: CHEMIN

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *