Catégories
Solidarité et entraide

Repenser le commerce alimentaire international

commerce alimentaire internationalLa malnutrition, l'état de surconsommation ou de sous-consommation de nutriments, sévit dans tous les pays du monde. Chaque jour, une personne sur neuf dans le monde souffre de la faim, tandis qu'une personne sur trois est en surpoids. Qu'est-ce qui cause ce problème? La croissance du commerce international des denrées alimentaires a attisé les flammes d'une crise de malnutrition qui affecte déjà de manière disproportionnée les pays pauvres. Néanmoins, les gouvernements et les grandes entreprises du commerce international des denrées alimentaires peuvent prendre des mesures simples pour transformer les marchés et réduire la malnutrition partout dans le monde. Voici trois façons dont repenser le commerce international des denrées alimentaires peut aider les régions pauvres à lutter contre la malnutrition.

Repenser les politiques de tarification

C’est une simple économie que lorsque les produits baissent de prix, ils deviennent plus largement achetés et distribués dans le monde entier. Malheureusement, bon nombre des aliments les moins chers dans le commerce international des produits alimentaires entrent dans la catégorie des «ultra-transformés». La consommation de ces aliments pauvres en nutriments augmente en raison de leur faible prix. En octobre 2019, le prix du sucre était d'environ 0,13 dollar la livre et sa consommation devait augmenter de 1,4%. Comparativement, la viande a connu une baisse de 1% de sa production de 2018 à 2019 lorsque ses prix ont augmenté modérément.

Avec une richesse nationale réduite, les pays pauvres doivent souvent recourir à l'achat de ces produits moins chers et malsains. Poussée par la baisse des prix du sucre, la consommation de sucre devrait augmenter en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Les pays moins riches continueront donc d'acheter des aliments «ultra-transformés» liés aux maladies cardiaques et au diabète. Ce faisant, ils fourniront à leurs citoyens des aliments potentiellement nocifs qui ne feront qu'aggraver la crise de malnutrition.

Repenser les politiques commerciales peut résoudre ce problème de prix déséquilibrés. De nombreux aliments transformés à base de sucres ou d'huiles grasses ont des normes de sécurité internationales faibles, ce qui leur permet d'être vendus sur les marchés à bas prix, tandis que les fruits et légumes plus sains ont des normes de sécurité internationales élevées, ce qui fait augmenter leurs prix. Cela rend les aliments plus sains moins abordables pour les régions pauvres.

En appliquant des normes de sécurité élevées aux aliments à base de sucre et d'huile, le commerce international des produits alimentaires pourrait égaliser les prix des produits sains et malsains. Des aliments sains seraient alors plus accessibles aux communautés malnutries et contribueraient à réduire les effets de la malnutrition. De plus, chaque pays peut revoir sa politique commerciale nationale pour subventionner la production d'aliments plus sains comme les fruits et légumes afin de les rendre plus abordables pour les pays pauvres.

Repenser les orientations du marché

D'ici 2022, le marché mondial de la restauration rapide devrait croître de 188,4 milliards de dollars. De 2018 à 2019, le commerce international des oléagineux a atteint un niveau record, et les experts s'attendent également à ce que le marché international des produits sucriers se développe jusqu'en 2020. Comparativement, le marché international des produits plus sains comme les céréales secondaires pourrait bientôt subir une «forte baisse anticipée »de la consommation et de la production.

Le commerce alimentaire international est donc orienté vers la distribution d'aliments dans le monde entier qui contribuent à la croissance des maladies liées à l'obésité et à la malnutrition. Étant donné que le commerce international des denrées alimentaires continue de donner la priorité aux marchés des «aliments ultra-transformés», il devient encore plus probable que les individus pauvres devront acheter et consommer ces aliments. À son tour, cela conduira les régions pauvres à consommer des quantités accrues d'aliments raffinés liés aux maladies chroniques tout en consommant moins d'aliments naturels contenant des nutriments essentiels.

Une telle orientation vers le marché risque de priver davantage les individus déjà affamés des quelques nutriments qui restent dans leur alimentation, aggravant ainsi la crise mondiale de la malnutrition. Dans ce cas, les gouvernements et les principaux producteurs alimentaires peuvent aider à réduire la malnutrition dans les pays pauvres en réorientant les marchés alimentaires internationaux vers la production et la consommation de produits plus sains comme les fruits, les céréales, les légumes et la viande. Ces groupes alimentaires ne représentent actuellement que 11% de la production alimentaire mondiale.

En remaniant ce qui est vendu dans le cadre du commerce alimentaire international et en mettant l'accent sur la commercialisation d'aliments plus sains, les gouvernements peuvent travailler ensemble pour fournir des aliments nutritifs à chaque pays. Ces aliments contribueraient à éliminer les cas de malnutrition débilitante, et non à y contribuer.

Repenser l'investissement dans le système alimentaire

Selon l'OMS, 42 millions d'enfants de moins de cinq ans dans le monde sont en surpoids ou obèses, tandis que 50 millions d'enfants sont trop maigres pour leur taille. Ces deux conditions sont associées à des risques sanitaires massifs ainsi qu'à des risques massifs pour la santé des économies mondiales. D'ici 2030, le coût économique du diabète, une maladie liée à l'obésité et aux aliments hautement transformés, pourrait atteindre 2,5 milliards de dollars par an.

Grâce au microfinancement et aux «investissements multisectoriels dans la nutrition», les gouvernements et les entreprises internationales de commerce alimentaire peuvent accorder un pouvoir d'achat accru aux communautés présentant des niveaux de malnutrition particulièrement élevés. Ce type d'investissement pourrait fournir aux communautés pauvres des denrées alimentaires ou des subventions directes en espèces qui pourraient les aider à réduire la malnutrition et à stimuler la croissance économique. Le financement intérieur a le potentiel de relancer les économies des régions pauvres, ce qui leur donne la possibilité d'acheter des aliments sains essentiels pour réduire les taux de malnutrition.

De nombreux systèmes alimentaires actuels ne disposent d'aucun investissement extérieur. Pour cette raison, les pays du monde entier auraient besoin de 9 milliards de dollars par an au cours des cinq prochaines années pour atteindre leurs objectifs nutritionnels. En repensant les investissements dans les marchés et systèmes alimentaires internationaux, la communauté mondiale peut se rassembler pour stimuler les économies des pays pauvres. Cela leur donnerait un moyen digne d'accéder aux marchés, d'acheter des aliments sains et de réduire la malnutrition dans les communautés qui en ont le plus besoin.

Dans l'ensemble, bien que les mécanismes actuels du commerce international des denrées alimentaires favorisent la malnutrition, les pays peuvent facilement les reconcevoir de manière à contribuer activement à réduire la malnutrition dans le monde. En repensant les politiques commerciales, les orientations du marché et les investissements communautaires, les gouvernements et les grandes entreprises du commerce international des denrées alimentaires peuvent commencer à lutter contre la malnutrition et aider à fournir aux personnes pauvres des aliments sains essentiels à la santé et au bonheur à vie.

– Nolan McMahon
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *