Catégories
Solidarité et entraide

Protéger les familles dans la pauvreté pendant la crise des coronavirus

Nous avons tous du mal à comprendre la crise qui se déroule. Ce que nous savons, c'est que les familles en situation de pauvreté ressentiront plus fortement les effets économiques.

Nous ne devons pas oublier que les enfants qui supporteront le poids de leurs parents se retrouveront sans travail, ou dont le monde a été bouleversé en ne se levant pas chaque jour pour l'école ou la crèche.

Le gouvernement a pris d'énormes mesures pour aider les entreprises et les travailleurs à rester à flot, alors que nous naviguons tous au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Il est extrêmement bienvenu que les employeurs soient aidés à garder leur personnel pendant cette période difficile et à payer leur salaire. Ce n'est pas seulement bon pour les affaires, mais ce sera une bouée de sauvetage pour de nombreuses familles soucieuses de l'avenir.

Mais malgré ces mesures positives de la part du gouvernement, de nombreuses familles vont passer à travers les lacunes de ce soutien. Cela signifie que plus d’enfants ne se sentiront pas en sécurité en sachant que leur famille sera en mesure d’acheter suffisamment de nourriture pour les faire passer la semaine ou que leur maman pourra garder son emploi. Cela signifie que davantage d'enfants manqueront les occasions d'apprendre.

C’est pourquoi Save the Children demande un forfait de sauvetage familial. Il s'agit d'un ensemble de mesures pratiques basées sur nos expériences de travail avec les familles à travers le pays pour aider à donner aux familles la stabilité dont elles ont besoin pendant cette crise. Nous appelons le gouvernement à:

  • Supprimez l'attente de 5 semaines pour le paiement pour ceux qui bénéficient du crédit universel, en rendant les avances non remboursables pour ceux qui doivent le demander.

Les avances sont un soutien essentiel pour les personnes qui attendent de recevoir leur premier paiement de crédit universel. Mais le système de prêt actuel peut signifier que les familles ont du mal à rembourser pendant des mois. En cette période extrêmement difficile, où nous prévoyons une augmentation du nombre de nouvelles demandes de crédit universel, les avances devraient être accordées aux personnes comme non remboursables, ou les remboursements devraient être retardés d'au moins six mois.

  • Instaurer un congé fiscal du conseil pendant 3 mois pour aider à reporter les dépenses inutiles.

À l'instar du congé hypothécaire et du soutien aux locataires, un congé fiscal municipal – en supprimant la pression d'un projet de loi important – pourrait vraiment aider les familles en difficulté.

  • Augmenter les taux de l'indemnité légale de maladie et étendre l'admissibilité à tous les employés.

C'est quelque chose que des organisations comme Mind and Scope réclament depuis longtemps, et une augmentation est indispensable pour que les familles aient suffisamment de quoi vivre alors que beaucoup ne sont pas en mesure de travailler.

  • Soutenir l’apprentissage précoce des enfants défavorisés pendant cette période sans précédent.

Les écoles et les crèches étant fermées pour la période prévisible, nous devons tous réfléchir à la manière dont nous aidons les enfants vivant dans la pauvreté dans leur apprentissage précoce. Alors que de nombreux parents feront tout pour soutenir leurs enfants à la maison, nous devons nous assurer que ceux qui n'ont pas accès à du matériel d'apprentissage en ligne ou à l'environnement physique pour soutenir l'apprentissage ne manquent pas davantage.

Même avant le coronavirus, trop d'enfants vivaient dans la pauvreté au Royaume-Uni. Malheureusement, pendant la crise dans laquelle nous nous trouvons actuellement, nous verrons probablement davantage d’enfants et de familles pris dans la pauvreté. Les premières années des enfants sont vitales: vivre la pauvreté à un jeune âge peut avoir un impact à vie, avec des conséquences à long terme sur l’apprentissage et le développement de l’enfant. Nous ne pouvons laisser cette crise laisser les enfants se débattre: nous devons tous faire notre part pour soutenir ces familles aux revenus les plus faibles.

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *