Catégories
Solidarité et entraide

Programme national d'hygiène du Kenya | Le projet Borgen

programme national d'hygiène
Le programme national d’hygiène du Kenya (également connu sous le nom de Kazi Mtaani) vise à aider les centaines de milliers de Kenyans qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie du COVID-19. Mis en œuvre en avril 2020, le programme vise à soutenir les personnes et les ménages qui ont du mal à trouver du travail en raison des restrictions et d'autres problèmes créés par la pandémie.

Impact du COVID-19 au Kenya

Le Kenya a une population de 51,39 millions d'habitants et une population urbaine en croissance rapide, qui augmente d'environ 4,3% chaque année. Alors que le Kenya s'urbanise à un rythme rapide, les logements formels dans les zones urbaines du pays ont du mal à répondre à une forte demande. Environ 60% des ménages urbains au Kenya vivent dans un «bidonville», car le logement informel reste la seule option pour la plupart des gens.

Le COVID-19 a durement frappé ces ménages pauvres au Kenya, faisant perdre leur emploi à plus de 300 000 Kenyans. À Kibera, un comté de Nairobi et l'un des plus grands bidonvilles d'Afrique, une enquête a révélé que 90% des résidents à faible revenu ont déclaré avoir perdu leur revenu familial à cause du COVID-19.

Qu'est-ce que le programme national d'hygiène?

Le Programme national d’hygiène est un projet de travaux publics élargi qui a émergé en réponse à la population croissante de chômeurs au Kenya. L’objectif du programme est d’employer des jeunes des établissements informels dont l’ancien emploi a été perturbé par la pandémie. Le programme vise également à se concentrer sur des projets qui créent des communautés plus propres et plus sûres pendant la pandémie.

Les gens doivent répondre à quelques exigences pour être acceptés dans ce programme. Une condition est que les individus doivent être âgés de plus de 18 ans et de moins de 35 ans car le public cible du programme est la jeunesse kenyane. Cependant, il existe une certaine marge de manœuvre dans les communautés que les restrictions du COVID-19 frappent le plus durement et où les jeunes sont moins disposés à travailler. Outre l'âge, les autres exigences incluent la possession d'une carte d'identité valide, l'enregistrement auprès de Mpesa – un service de transfert d'argent mobile – et un numéro de téléphone vérifiable.

La phase I

La première phase du programme national d'hygiène a servi de pilote, s'étalant d'avril 2020 à juin 2020 et employant plus de 26 000 personnes. Les huit comtés les plus touchés par les restrictions ont été les premiers à mettre en œuvre le programme. Ces comtés comprennent Nairobi, Mombasa, Kiambu, Nakuru, Kisumu, Kilifi, Kwale et Mandera. Dans ces régions, de nombreuses personnes ont perdu leur salaire journalier et les entreprises ont souffert parce que les gens n'avaient plus les moyens d'acheter des marchandises.

Dans ces huit comtés, le programme visait 29 colonies. Le programme payait aux travailleurs environ 1,03 $ par jour et ils travaillaient 22 jours par mois. Au cours de la phase I, les employés ont effectué des tâches telles que le nettoyage des rues, le dégagement des chemins d'accès, la fumigation, la désinfection, la collecte des ordures, le défrichage des buissons et le nettoyage du drainage.

Phase II

La deuxième phase du programme national d'hygiène a débuté en juillet 2020 et durera six mois et demi. Le programme a recruté 270 000 travailleurs et cible 1 200 établissements informels. Au lieu d’employer des travailleurs 22 jours par mois comme dans la première phase, la période de rotation de 11 jours du programme fournira du travail à autant de ménages que possible. Chaque travailleur a un salaire journalier de 0,78 $ et les superviseurs ont un salaire journalier de 0,87 $.

Au cours de la phase II, les travailleurs effectueront des tâches telles que la modernisation des installations sanitaires publiques, la création ou le pavage de passerelles, la construction de jardins et de parcs communautaires et la réparation de bâtiments publics tels que des bureaux et des écoles maternelles.

Alors que le programme national d'hygiène se poursuit, il espère couvrir les 47 comtés du Kenya à travers les phases ultérieures du programme. Le programme permettra aux Kenyans d'échapper au chômage tout en améliorant leurs communautés, offrant ainsi un refuge contre les effets destructeurs du COVID-19.

Sophie Dan
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *