Catégories
Solidarité et entraide

Poursuivre une éducation malgré toutes les chances – de la nourriture pour ceux qui ont faim

«Un enfant, un enseignant, un livre, un stylo peut changer le monde.» —Malala Yousafzai, militante de l'éducation

Comme chaque nouveau jour de 2020 apporte plus d'anxiété et de stress face à l'état actuel des événements mondiaux et locaux, il est important de célébrer les bonnes nouvelles et les histoires de succès – beaucoup d'entre elles sont en préparation depuis longtemps.

L'un d'eux est la récente remise des diplômes de Malala Yousafzai. La jeune lauréate du prix Nobel de la paix et militante de l'éducation a récemment partagé son diplôme de l'Université d'Oxford sur les réseaux sociaux. Le monde a célébré avec elle. Cette victoire survient huit ans après que les talibans pakistanais ont tiré sur Malala dans un bus alors qu'elle se battait pour son droit – et celui de toutes les filles – d'aller à l'école.

Les jeunes femmes comme Malala sont une inspiration incroyable pour les autres alors qu'elles se battent pour un monde plus équitable. Mais toutes les luttes et victoires des femmes ne font pas la une des médias, bien que leurs combats soient tout aussi dignes.

Des femmes comme Abang Omat au Soudan du Sud.

Un début tardif dans son éducation

Abang a grandi dans une communauté pauvre qui n’avait pas d’école. Heureusement, avant de devenir adolescente, Food for the Hungry (FH) a commencé à marcher aux côtés de la communauté et a aidé à construire sa première école.

Abang avait 11 ans lorsqu'elle a commencé ses études. Elle a fidèlement suivi les cours jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte à 17 ans.

Pendant sa grossesse, la vie d'Abang est devenue très difficile. Ses parents n'étaient pas disposés à la soutenir. Elle dépendait de la gentillesse de ses voisins et des organisations de secours travaillant dans sa communauté. Elle a nourri elle-même et son bébé grandissant avec le peu de produits récoltés dans la ferme de sa famille.

Après qu'Abang ait eu son bébé, elle aspirait toujours à recevoir une éducation. Elle savait que c'était la seule façon de garantir un avenir meilleur à son enfant. Heureusement, des amis comme vous ont équipé FH pour mettre en œuvre un projet de transfert d'argent pour aider les personnes les plus vulnérables de la communauté d'Abang.

Heureusement, elle faisait partie de ceux qui recevaient de l'aide.

Faire un retour

Après avoir reçu son premier transfert en espèces, Abang a finalement ressenti une lueur d'espoir pour son éducation. Des transferts en espèces supplémentaires ont aidé Abang à se remettre sur pied et l'ont motivée à retourner à l'école.

L'aide financière a aidé Abang à acheter des fournitures scolaires, mais aussi des choses dont elle avait besoin pour survivre, comme des articles d'hygiène et des kits de produits féminins, du lait et de la nourriture pour son enfant.

Même à 19 ans et loin derrière la plupart des étudiants de son âge, Abang est déterminée à obtenir son diplôme. Elle espère terminer ses études primaires en 2021.

Malheureusement, Abang a récemment dû de nouveau aller à l'école. Sauf que cette fois, l'école a fermé ses portes en raison de la pandémie de COVID-19 potentiellement mortelle. À la suite de la fermeture, elle devra très probablement répéter les mêmes cours l'année prochaine. Mais contre toute attente, Abang reste plein d'espoir.

«Je ne suis pas certaine de la date de réouverture des écoles, mais je prie toujours Dieu pour que le coronavirus disparaisse et que nous (puissions) retourner à l'école», a-t-elle déclaré.

Espoir pour l'avenir

Pendant cette période, elle est reconnaissante de la formation sur l'hygiène et la sécurité COVID-19 qu'elle et d'autres membres de sa communauté ont reçue. On lui a appris l'importance de l'éloignement social et de se laver les mains fréquemment. Elle est immédiatement rentrée chez elle pour enseigner aux membres de sa famille ces leçons vitales.

Enfant, lavage, mains

Bien qu'Abang soit au milieu d'un obstacle imprévisible à sa formation continue, elle est très reconnaissante de retourner à l'école.

Elle sait qu’elle n’aurait pas pu le faire sans le soutien de sa famille et de ses enseignants, et l’aide financière qu’elle a reçue de FH dans le cadre du projet de transfert de fonds.

«L'éducation est la seule porte d'entrée pour mener une vie prospère», a-t-elle déclaré.

Le rêve d'Abang est de reprendre ses études après la réouverture de l'école et de devenir un jour infirmière, afin qu'elle puisse sauver la vie d'autres femmes de sa communauté.

Découvrez comment vous pouvez aider plus de jeunes femmes comme Abang à réaliser leur rêve – et leur droit à – une éducation qui change leur vie.

Jeune femme adulte en chemise jaune et jupe multicolore contre le mur blanc

Rencontrez Abang

Vous pourriez également être intéressé par:

L'histoire de Sintayehu: de l'orphelin vulnérable à l'entrepreneur prospère

L'histoire de Widchy: Poursuivre la poésie du slam en Haïti

L'histoire de Bruz: le changement de départ des cochons d'Inde


*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *