Catégories
Solidarité et entraide

Poursuite de la tendance contre la mortalité infantile en Côte d'Ivoire |

Mortalité infantile en Côte d'Ivoire
Lorsqu'on examine l'ensemble de l'Afrique, la mortalité infantile est un sujet de grave préoccupation. Le pays d’Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire, est actuellement en difficulté par rapport aux autres pays de la même catégorie. La Banque mondiale y a enregistré un taux de mortalité infantile de 59,40 pour 1000 naissances vivantes en 2018. Ces décès sont dus à plusieurs causes, le principal problème étant le manque de soins infantiles disponibles dans le pays. Cependant, ces dernières années, ces chiffres se sont considérablement améliorés; le taux de mortalité infantile en Côte d’Ivoire représente près de la moitié des 100,7 décès enregistrés pour 1 000 naissances vivantes en 1998, selon la même source.

L'ampleur du problème

Malgré la baisse du taux de mortalité, des problèmes fondamentaux persistent. Un rapport du Healthy Newborn Network (HNN) utilisant des sources compilées par l’OMS et le MCEE a déterminé que des professionnels qualifiés n’assistaient qu'à 74% des naissances vivantes du pays. De plus, environ 12% des enfants sont prématurés (c'est-à-dire avant 37 semaines de grossesse). Ces problèmes sont à la base des taux de mortalité actuels du pays, qui restent élevés.

Le progrès

Pourtant, au fil des ans, divers facteurs ont contribué à la baisse spectaculaire de la mortalité infantile en Côte d’Ivoire. L'un des plus importants de ces facteurs est l'augmentation des possibilités de formation pour les professionnels de la santé dans le pays. La Côte d’Ivoire a un programme strict pour toutes les aspirantes sages-femmes. Un rapport complet des Nations Unies a noté que le programme normalisé du pays exige l'obtention du diplôme 12e année et un supplément trois ans d’études, ainsi que d’autres expériences professionnelles pour obtenir leur diplôme.

Un regard sur les chiffres

La nécessité accentue l'importance de ces programmes car les événements liés à la conception et les complications de la prématurité représentent 58% des décès infantiles. Il s'agit notamment d'un manque d'attention professionnelle ou de soins post-partum, qui sont tous deux très importants pour la grande proportion de bébés nés prématurément. Le rapport de HNN souligne également d'autres problèmes à l'origine de la mortalité infantile, notant que le tétanos ou la septicémie causent 21% de décès supplémentaires. Une similitude notable entre ces deux problèmes est que de nombreux exemples d'entre eux sont évitables. Par exemple, les problèmes de tétanos découlent généralement d'un manque de soins en matière d'assainissement et de la section du cordon ombilical – ce qu'une pratique plus professionnelle et formée dans diverses régions du pays permettrait d'éviter.

Les naissances urbaines et rurales posent un problème

Cependant, les améliorations de la Côte d’Ivoire ne sont pas réparties uniformément dans tout le pays. Selon les statistiques de l'ONU mentionnées précédemment, alors que plus de 82% des naissances en milieu urbain avaient une accoucheuse qualifiée, moins de 50% des naissances dans les zones rurales avaient les mêmes professionnels disponibles. Ce problème s'étend encore plus si l'on considère que les projections pour 2020 estimaient que les zones rurales représenteraient près de deux fois plus de grossesses que les environnements urbains. Alors que le rapport a recensé plus de 6 000 médecins et sages-femmes formés exerçant dans le pays, peu de ces professionnels exercent dans les zones rurales, où les communautés manquent de ressources pour assurer un accouchement sans risque à leurs populations.

Améliorations nécessaires pour une croissance démographique durable

Bien que le pays ait certainement amélioré les conditions d'accouchement ces dernières années, la lutte contre l'augmentation du taux de mortalité infantile doit persister. Avec des sources comme la World Population Review prévoyant que la population du pays doublera d’ici 2050, l’amélioration progressive des soins aux nourrissons est essentielle pour que la Côte d’Ivoire poursuive sa tendance positive contre une mortalité infantile élevée.

Joe Clark
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *