Catégories
Solidarité et entraide

Pneumonie infantile | Le projet Borgen

Pneumonie infantile
L'une des maladies les plus courantes dans le monde, la pneumonie peut être un tueur silencieux lorsqu'elle infecte les enfants de moins de 5 ans. Dans les pays en développement, les taux de cas de pneumonie infantile et de décès sont encore élevés malgré la diminution d'autres maladies infantiles. Cependant, en raison de nouveaux programmes de recherche et de sensibilisation destinés à aider les pays en développement, ces chiffres pourraient bientôt baisser.

10 faits sur la pneumonie infantile

  1. Diverses sources provoquent la maladie. Contrairement à de nombreuses autres maladies qui proviennent d'une seule source, la pneumonie est le nom de la réponse aiguë des poumons à un pathogène en suspension dans l'air. Alors que la pneumonie peut se développer à partir de bactéries, de virus ou de champignons, la cause la plus fréquente chez les enfants est la bactérie S. pneumoniae. Les bactéries vivent généralement dans les poumons sans nuire au corps, mais le corps développe une pneumonie pour tuer les bactéries lorsqu'elles commencent à se propager.
  2. La pneumonie infantile infecte principalement les enfants de moins de 5 ans. Alors que les personnes de tous âges peuvent développer une pneumonie, les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement sensibles à l'infection. Étant donné que leur système immunitaire n'est pas complètement développé, leur corps est plus susceptible de déclencher une réponse à la présence d'un agent étranger dans le système respiratoire, conduisant à une pneumonie. Ces taux d’infection n’augmentent que dans les pays en développement, où les enfants sont plus susceptibles de naître soit mal nourris, soit atteints d’une maladie acquise in utero telle que le VIH.
  3. La pneumonie est l'une des principales causes de décès chez les enfants. Bien que la pneumonie soit souvent facile à traiter et à guérir dans les pays développés, elle peut être mortelle dans les pays en développement. Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), la pneumonie infantile tue plus de 800 000 enfants chaque année, contre 437 000 de diarrhée et 272 000 de paludisme. Ces décès concernent généralement des enfants souffrant de malnutrition ou souffrant d'autres affections telles que le VIH qui affaiblissent le système immunitaire.
  4. L'Asie du Sud a la plus grande incidence de pneumonie infantile. Sur 100 000 enfants d'Asie du Sud, environ 25 000 développeront une pneumonie chaque année. Cependant, la majorité de ces cas – environ 36% – surviennent en Inde. Des études portant sur les causes potentielles de l'augmentation du nombre de cas ont révélé que la surpopulation des logements avec une ventilation inadéquate permettait à la maladie de se propager parmi les familles. Sans circulation d'air efficace, les enfants de ces ménages continuent de respirer de l'air potentiellement infecté, augmentant ainsi leurs chances de développer une pneumonie.
  5. La pollution atmosphérique augmente les taux de pneumonie. Bien qu'un enfant ait besoin d'être exposé à la cause biologique de la pneumonie pour développer la maladie, certains facteurs environnementaux peuvent augmenter la probabilité d'infection. En Inde, un pays dont la qualité de l'air est l'une des pires au monde, les particules de fumée et d'autres formes de pollution dans l'air affaiblissent les poumons lorsqu'ils sont inhalés, ce qui augmente le risque pour un jeune enfant de développer une pneumonie. Ces conditions de pollution de l'air extérieur sont à l'origine d'environ 17,5% de tous les décès par pneumonie dans les pays en développement.
  6. La maladie est traitable. Avec des antibiotiques ou des antifongiques (selon la cause), les enfants atteints de pneumonie peuvent se remettre de la maladie. Cependant, ce traitement dépend des ressources disponibles dans le pays où vit l'enfant. Dans les pays en développement comme le Nigéria – le pays africain où les taux de pneumonie chez les enfants sont les plus élevés – seulement un enfant sur trois présentant des symptômes de pneumonie peut recevoir un traitement en raison du manque de médicaments disponibles et d'autres ressources médicales.
  7. Certains produisent des vaccins. Bien que les vaccins ne puissent pas traiter la pneumonie virale, ils restent un atout important pour la prévenir. Cependant, la plupart des vaccins produits ne sont disponibles que dans les pays développés où les médecins les recommandent pour les enfants de moins de 5 ans. Dans les pays en développement, près de 10 millions d'enfants ne sont pas vaccinés. Par l’intermédiaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de nombreux pays ont reçu des vaccins, bien qu’il y ait eu de grandes variations entre les régions du monde. Alors que la Région de l'Asie du Sud-Est de l'OMS a une couverture de 89%, sa région du Pacifique occidental n'en a que 24%.
  8. Moins de progrès ont été enregistrés concernant la pneumonie infantile. Alors que la recherche sur la pneumonie dans son ensemble a augmenté au cours de la dernière décennie, il y a eu beaucoup moins de progrès sur la pneumonie infantile par rapport à d'autres maladies infantiles. Depuis 2000, les décès de moins de 5 ans dus à la pneumonie ont diminué de 54%, tandis que les décès dus à la diarrhée ont diminué de 64% et représentent actuellement la moitié du nombre de décès par pneumonie infantile.
  9. Les grandes organisations aident. Parmi d'autres grandes organisations internationales, la Fondation Gates a déployé des efforts pour réduire les taux de pneumonie infantile dans les pays en développement. L'une de ses principales méthodes est la distribution continue de vaccins aux enfants et aux familles en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, en particulier en Inde et au Nigéria. Jusqu'à présent, l'organisation a envoyé des vaccins dans plus de 37 pays de ces régions du monde, ralentissant les taux de transmission et d'infection dans ces régions.
  10. Les tarifs continueront de baisser à l'avenir. Bien que le nombre de cas de pneumonie infantile n'ait pas diminué chaque année autant que les autres maladies, des progrès à long terme sont toujours en cours. Si le niveau actuel de progrès vers l'éradication de la maladie se poursuit, l'UNICEF prévoit que cela sauvera 5,9 millions d'enfants. Dans le même temps, si les ressources destinées à l'effort augmentent, ce nombre passera à près de 10 millions.

L'UNICEF et l'OMS ne s'attendent pas à atteindre leur objectif d'éradiquer la pneumonie infantile avant 2030. Cependant, les progrès qu'eux-mêmes et de nombreux autres entreprennent actuellement font une différence. Bientôt, la pneumonie deviendra une maladie éteinte dans le monde en développement, de sorte qu'elle ne nuira jamais à un autre enfant.

Sarah Licht
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *