Catégories
Solidarité et entraide

Pauvreté des personnes âgées en Nouvelle-Zélande

Pauvreté des personnes âgées en Nouvelle-Zélande
Comme beaucoup d'autres pays du monde développé, la Nouvelle-Zélande a une population vieillissante. Selon les projections, d'ici 2036, un Néo-Zélandais sur 4,5 aura 65 ans et plus. Bien que la pandémie du COVID-19 ait présenté un ensemble unique de défis pour les personnes âgées de Nouvelle-Zélande, il existe des programmes en place pour soutenir cette population croissante et réduire la pauvreté des personnes âgées en Nouvelle-Zélande.

L’Objectif de développement durable (ODD) 1 de l’ONU appelle à mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes. Un aspect important de la réalisation de cet objectif est de s'attaquer au problème spécifique de la pauvreté des personnes âgées. Le risque de sombrer dans la pauvreté augmente avec l'âge en raison d'une diminution de la capacité de travail, du manque d'économies et du besoin de soins de longue durée, entre autres facteurs. Les pensions de sécurité sociale publique et la disponibilité de soins de santé abordables sont des solutions institutionnelles efficaces pour lutter contre la pauvreté des personnes âgées.

Pauvreté des personnes âgées en Nouvelle-Zélande et COVID-19

En 2020, la Nouvelle-Zélande est devenue l'envie du monde entier pour sa réponse rapide et efficace à la pandémie COVID-19. N'enregistrant que 25 décès, la vie quotidienne en Nouvelle-Zélande est essentiellement revenue à la normale. Cependant, la population âgée du pays a le plus souffert pendant la pandémie. Beaucoup parmi cette population sont décédés et sont devenus gravement malades en plus grand nombre que les autres groupes d'âge. Les Néo-Zélandais âgés de 60 ans et plus représentent 15,9% de tous les cas de COVID-19 enregistrés dans le pays et 23 de tous les décès de COVID-19. Un grand nombre de ces décès sont survenus dans des établissements de soins résidentiels dépourvus d'EPI, de tests et de formation appropriés.

En mai 2020, le ministère néo-zélandais de la Santé a introduit un questionnaire détaillé que les professionnels cliniques doivent remplir au nom des nouveaux résidents et résidents revenant de la communauté et des hôpitaux pour évaluer quand ils devraient recevoir un test COVID-19. Le ministère de la Santé s'attend à ce que cette nouvelle mesure visant à empêcher la propagation du COVID-19 dans les établissements de soins résidentiels rassure les prestataires de soins, les résidents et leurs familles sur la sécurité de ces établissements.

Pauvreté des personnes âgées dans les communautés maories

La pauvreté des personnes âgées en Nouvelle-Zélande est répandue dans les communautés maories. Selon l'expert de l'ONU sur les personnes âgées Rosa Kornfeld-Matte, les Maoris âgés vivant à la fois dans les zones urbaines et rurales sont «extrêmement vulnérables et désavantagés». La journaliste Jenny Ling écrit sur les «sans-abri cachés» de la région de l'Extrême-Nord de la Nouvelle-Zélande. Ici, de nombreux Maoris âgés vivent dans des conditions comparables à celles du monde en développement. Les maisons sont tapissées de carton et bordées de panneaux de tôle ondulée, et sont souvent sans électricité ni eau courante.

L'infirmière et femme d'affaires locale Rhonda Zielinski dirige un programme qui fournit des chalets à ces personnes qui paient ce qu'elles peuvent chaque semaine, ce qui leur donne une chance de devenir propriétaires. Au moment où Ling a publié son rapport, plus d'une douzaine de personnes ont reçu leur propre cabine et plus de 100 personnes étaient sur la liste d'attente.

La loi sur les pensions de vieillesse

Il existe plusieurs programmes nationaux en place pour lutter contre la pauvreté des personnes âgées en Nouvelle-Zélande. En 1898, il a conduit le monde à défendre les droits des personnes âgées en étant le premier pays au monde à créer un système de retraite financé par les impôts financés par la loi sur les pensions de vieillesse. Le premier ministre de l'époque, Richard Seddon, et son gouvernement libéral ont abordé cette question en partant du principe qu'un pays a la responsabilité de pourvoir aux personnes âgées qui ne peuvent subvenir à leurs besoins. Les personnes âgées de 65 ans et plus qui ont vécu en Nouvelle-Zélande pendant au moins 10 ans depuis l'âge de 20 ans ont droit à une pension de vieillesse, bien que les paiements mensuels puissent varier en fonction de facteurs tels que l'état de la relation et la situation de vie.

KiwiSaver

En 2007, le gouvernement néo-zélandais a lancé un autre programme appelé KiwiSaver, craignant que les Néo-Zélandais n'épargnent suffisamment d'argent pour la retraite grâce à des arrangements privés. KiwiSaver est un programme volontaire et subventionné par le gouvernement qui permet à la fois au membre de KiwiSaver et à son employeur d'y contribuer. Contrairement aux pensions de vieillesse, lorsque les membres de KiwiSaver retirent leurs fonds à 65 ans, ils reçoivent une somme forfaitaire et non des paiements mensuels. KiwiSaver a eu un impact positif sur l’économie de la Nouvelle-Zélande dans son ensemble, 60% de ses fonds étant investis dans le pays et augmentant ainsi les exportations, l’emploi et le PIB.

La stratégie de la vie meilleure plus tard

Reconnaissant l’évolution démographique du pays et les défis auxquels sont confrontées nombre de ses personnes âgées, le Ministre néo-zélandais des personnes âgées, l’hon. Tracey Martin a lancé la stratégie Better Later Life Strategy en 2019. Les principes de valorisation des personnes à mesure qu'elles vieillissent, de protection des personnes et d'adoption de la diversité guident cette stratégie. Il met également l’accent sur l’importance de la responsabilité collective et d’une approche du vieillissement centrée sur le whānau (mot maori pour désigner la famille élargie).

Les efforts locaux tels que celui que Zielinski a créé dans l'Extrême-Nord, ainsi que le programme de pension de longue date, KiwiSaver, et la stratégie Better Late Life, sont tous des pas dans la bonne direction pour prévenir la pauvreté des personnes âgées en Nouvelle-Zélande. Ils devraient veiller à ce que tous les Néo-Zélandais, Maoris et non Maoris, puissent vieillir dans la dignité.

– Sydney Thiroux
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *