Catégories
Solidarité et entraide

Mises à jour sur l'ODD 16 au Burkina Faso

ODD 16 au Burkina Faso
Après un régime semi-autoritaire de 27 ans et la fin du régime Compaoré par une insurrection populaire, le peuple burkinabé a eu la chance d'ouvrir la porte à une transition politique et à la création d'une démocratie compétitive. En conséquence, le Burkina Faso a tenu des élections pacifiques en novembre 2015. Depuis lors, le nouveau gouvernement et les communautés locales travaillent à relever les défis d'un développement plus inclusif, d'une justice transitionnelle et d'un nouveau modèle de gouvernance de la sécurité. Voici quelques mises à jour sur l'ODD 16 au Burkina Faso.

Les objectifs de développement durable (ODD)

Au cours de la même année, tous les États membres de l’ONU ont adopté les 17 objectifs de développement durable (ODD), qui sont apparus comme un appel urgent à tous les pays pour qu’ils parviennent à la paix et à la prospérité pour l’humanité et la planète. Les ODD abordent des questions aussi diverses et pertinentes pour le monde d’aujourd’hui que de mettre fin à la faim, d’éliminer la pauvreté et de parvenir à l’égalité des sexes. Malgré cela, les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les antécesseurs des ODD, ont démontré que pour réaliser des progrès dans les domaines de la pauvreté et du développement, il fallait se concentrer davantage sur ses causes profondes. Désormais, la violence, l'insécurité et les conflits jouent un rôle clé dans la limitation du développement.

L'ODD 16: «Paix, justice et institutions fortes» vise à promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, à assurer l'accès à la justice pour tous et à construire des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux. À bien des égards, l'ODD 16 est l'un des objectifs les plus ambitieux, car il est confronté à de nombreux défis pour sa mise en œuvre, en particulier dans les pays aux institutions faibles et aux conflits armés.

Le Burkina Faso et les ODD

Étant donné que les deux événements, à la fois la démocratisation du Burkina Faso et la création des objectifs de développement durable, se sont déroulés presque en même temps, le pays a rapidement décidé d'inscrire les ODD dans son agenda politique. Premièrement, le pays a mis en œuvre un plan national quinquennal de développement économique et social (PNDES) conforme à près de 90% des ODD. De plus, de nombreuses réformes sont en cours pour promouvoir les droits de l'homme, améliorer l'efficacité du système judiciaire et d'autres institutions publiques, lutter contre la corruption et garantir l'inclusion juridique, le tout pour atteindre l'ODD 16 au Burkina Faso.

Droits humains

En 2016, le Burkina Faso a créé la Commission nationale des droits de l’homme, comme l’a recommandé le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (UNOHCHR) et conformément aux Principes de Paris. Les membres de cette commission sont administratifs et financièrement indépendants par la loi.

Plus tard, dans l'Examen périodique universel de 2018, qui impliquait la participation du gouvernement aux côtés de la société civile, des partenaires de développement et des entités des Nations Unies (telles que le PNUD, l'UNICEF et l'UNOHCHR), la communauté internationale a salué les efforts du pays pour améliorer les politiques, droits économiques, civiques et culturels. Après l'adoption de ce rapport, le Conseil des droits de l'homme a formulé 184 recommandations que le Ministère de la justice et des droits de l'homme du Burkina Faso a rapidement mis en œuvre.

La même année, le parlement du pays a aboli la peine de mort et renforcé la protection des victimes et des témoins par la loi.

Enfin, la liberté de la presse et la pluralité des médias ont joué un rôle crucial dans la responsabilisation des dirigeants du pays. Le pays se classe 38e dans l'Indice de la liberté de la presse 2020 avec une valeur de 24,53 et, bien qu'il soit inférieur à l'année précédente, il est toujours considéré comme une tendance positive pour atteindre cet indicateur de l'ODD 16 au Burkina Faso.

Justice et inclusion juridique

Les efforts de plaidoyer d’une organisation de la société civile dirigée par des femmes, l’Association des femmes juristes, ont abouti à une loi garantissant l’accès des populations vulnérables à la justice. La création d'un fonds d'aide juridique pour soutenir les femmes ayant besoin d'une assistance judiciaire et couvrir leurs frais de justice a rapidement suivi l'adoption de cette loi. Ainsi, entre 2016 et 2018, le fonds a aidé près de 600 personnes.

En outre, de grands progrès ont été accomplis dans la modernisation de l'enregistrement des faits d'état civil, assurant principalement l'enregistrement des enfants de moins de 5 ans, des populations déplacées, des migrants et des réfugiés. Cela a empêché le classement de nombreuses personnes à risque comme apatrides. Plus tard en 2018, le Burkina Faso a ratifié la Convention sur la réduction des cas d'apatridie et adopté un plan d'action national contre l'apatridie, dans lequel le gouvernement a collaboré avec des institutions religieuses et l'ONU pour organiser des auditions dans plusieurs régions et attribuer la citoyenneté à environ 40000 personnes.

Participation civique

Le gouvernement du Burkina Faso a créé des plates-formes pour l'engagement des citoyens à travers des dialogues annuels bilatéraux avec la société civile pour discuter ouvertement de nombreuses questions politiques. Certaines plateformes citoyennes telles que Dialogue Citoyen et Presimetre encouragent la responsabilité du gouvernement et l’intérêt des civils pour les affaires publiques. Depuis son lancement, de nombreux dirigeants politiques ont fait des apparitions sur des plateformes médiatiques pour répondre à des questions civiles et de nombreuses enquêtes ont eu lieu.

L'avenir est prometteur

Dans l'ensemble, il y a eu des améliorations significatives pour le développement durable au Burkina Faso. Plus précisément, le pays a un score de retombées (qui résulte des actions des pays pour atteindre les ODD sous quatre dimensions: environnement, économie et finance, société et sécurité) de 99,3 sur 100, démontrant qu'il y a un Burkina Faso nombre d'actions positives pour atteindre les objectifs de développement durable.

Malheureusement, les récentes menaces à la sécurité affectent négativement la transition politique et le développement du pays, comme le terrorisme et la criminalité organisée. Malgré cela, le nouveau contexte d'insécurité a soulevé la refonte des mesures de sécurité à deux niveaux: d'abord, au niveau central de l'État, et deuxièmement, au niveau local de l'État avec des initiatives de sécurité non étatiques (LSI). Ces nouveaux défis ont mis en évidence l'importance de la cohésion sociale et de la promotion de sociétés pacifiques pour atteindre l'ODD 16 au Burkina Faso.

Enfin, les développements sur l'ODD 16 au Burkina Faso montrent comment les nouvelles démocraties peuvent résoudre leurs problèmes structurels et sociaux en de courtes périodes lorsque les acteurs impliqués sont disposés à le faire. Aujourd’hui, ces efforts, combinés à l’assistance internationale, sont impératifs pour soutenir le développement durable du pays et empêcher que ces acquis ne disparaissent en raison de nouvelles menaces.

– Hélène Souki
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *