Catégories
Solidarité et entraide

Mises à jour sur la faim à Madagascar | Le projet Borgen

Mises à jour sur la faim à Madagascar
Madagascar est une île au large de la côte est de l'Afrique, située sur l'océan Indien. C'est le deuxième plus grand pays insulaire au monde. Aujourd'hui, cette nation insulaire est confrontée à une crise alimentaire majeure et se classe 64e sur 79 dans le Global Hunger Index 2012. En 2015, environ 28% de la population de l’île, soit près de 4 millions de citoyens, souffraient de la faim. Voici quelques mises à jour sur la faim à Madagascar.

La racine du problème

Un facteur important dans les taux de famine à Madagascar est son climat. L'île est sujette à des sécheresses périodiques, des cyclones et des précipitations imprévisibles. De 1980 à 2010, le pays a connu 35 cyclones et cinq longues périodes de sécheresse. De plus, il a connu cinq grands tremblements de terre et six épidémies au cours de la même période. Ce type d’environnement fait qu’il est très difficile pour les agriculteurs de produire régulièrement des cultures adéquates pour les habitants du pays. En raison de l'insuffisance alimentaire, 47% des citoyens souffrent de malnutrition – l'un des taux les plus élevés au monde.

Mises à jour récentes sur les taux de faim à Madagascar

Les taux de faim au cours des trois dernières années n'ont pas diminué. À l'inverse, les pourcentages continuent d'augmenter. En 2017, les taux de famine à Madagascar ont augmenté de 1,4% à 44,4% par rapport à 2016. En 2018, deux cyclones destructeurs ont provoqué des inondations autour des zones côtières de Madagascar. Cela a touché environ 200 000 citoyens et déplacé 70 000 personnes. Au cours de la même année, des précipitations imprévisibles ont fait chuter la production alimentaire pour environ 80% des citoyens. Heureusement, en 2019, les prix du bétail ont commencé à baisser en raison de la plus grande disponibilité de nourriture. De même, le prix du riz a légèrement baissé depuis 2018, ce qui suggère de modestes améliorations de l'approvisionnement alimentaire du pays.

Solutions d'organisations internationales

Alors que le gouvernement a eu du mal à contrôler les taux de famine à Madagascar, d’autres organisations sont intervenues pour aider le pays dans sa crise alimentaire. Ces organisations fournissent les ressources nécessaires aux habitants de l'île et représentent des mises à jour positives sur la faim à Madagascar.

L'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), une organisation sanctionnée par l'ONU, fournit un soutien agro-pastoral aux familles rurales de l'ouest de Madagascar. L’objectif est d’accroître la productivité des systèmes agricoles et d’améliorer les revenus des agriculteurs. La FAO collecte et analyse également des données sur la sécurité alimentaire et les conditions agro-météorologiques pour aider les agriculteurs à se préparer à d'éventuelles catastrophes naturelles. Il est important de noter que ces catastrophes incluraient des crises liées au climat. En outre, la FAO soutient les efforts du gouvernement pour intégrer des programmes de sensibilisation à la nutrition dans les systèmes éducatifs.

À titre de solution temporaire, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a payé des camions pour acheminer des ressources, telles que de l’eau potable, aux villages sujets à l’eau potable contaminée. L'UNICEF effectue également des contrôles de santé de routine pour les enfants. En 2015, l'organisation a commencé à signaler des pourcentages élevés d'enfants souffrant de malnutrition.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a également proposé une solution à court terme pour faire face à la crise de la faim à Madagascar. En 2016, dans les zones touchées par la famine, le PAM a donné 20 dollars par mois aux familles pour acheter les ressources qu'elles pouvaient trouver. En outre, il a distribué des suppléments nutritionnels aux enfants.

Perspectives finales

Dans l'ensemble, les statistiques de famine à Madagascar ne semblent pas baisser. Cela est principalement dû à la situation géographique du pays. L’île est plus sujette aux catastrophes naturelles et le gouvernement n’a pas de solution à long terme qui puisse certainement réduire les taux de famine actuellement élevés dans le pays. Pourtant, avec le soutien continu des organisations internationales, il pourrait y avoir une lumière vive au bout du tunnel pour Madagascar.

Megan Ha
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *