Catégories
Solidarité et entraide

Mettre fin à la tuberculose maintenant: importance au Kosovo

Mettre fin à la tuberculose maintenant
Le Kosovo est un pays du sud-est de l’Europe qui a déclaré son indépendance de la Serbie en février 2008. C’est la plus jeune nation d’Europe, mais aussi l’une des plus petites et des plus pauvres. Le Kosovo se classe au 137e rang mondial pour le PIB par habitant et le budget global du pays est légèrement supérieur à 2 milliards de dollars. Bien que la tuberculose (TB) soit une infection aéroportée totalement évitable, traitable et curable, le virus continue de se propager dans les pays en développement – y compris le Kosovo – tuant plus de personnes par an que toute autre maladie infectieuse. La loi End Tuberculosis Now vise à lutter contre cette pandémie silencieuse en recentrant les efforts américains vers une prévention et un traitement efficaces de la tuberculose au Kosovo et dans d'autres pays en développement. Ni la Chambre ni le Sénat n'ont procédé à un vote sur la loi End Tuberculosis Now depuis son introduction en août 2019. Le Kosovo démontre l'importance de cette loi et pourquoi le Congrès doit s'y attaquer.

Taux de tuberculose au Kosovo

Parmi ses voisins du sud-est de l'Europe, le Kosovo a l'un des taux d'infection TB les plus élevés, derrière seulement la Moldavie et la Roumanie. De 1999 à 2006, le nombre total de cas de tuberculose au Kosovo était en baisse. Ces progrès ont depuis cessé, les taux d’infection ayant plafonné au même rythme qu’en 2006. Un budget limité a gravement entravé les efforts du Kosovo pour combattre et éradiquer la tuberculose.

L’insuffisance du système de santé du Kosovo est l’une des raisons de la propagation de la tuberculose dans le pays. La majorité des habitants du Kosovo sont insatisfaits de leur service de santé. En outre, la plus haute autorité sanitaire du pays n’est pas responsable de la recherche des contacts, des tests, du traitement ou de toute autre méthode que les gens utilisent pour lutter contre la tuberculose. Au lieu de cela, les organisations non gouvernementales ont reçu cette responsabilité, ce qui a entraîné un manque de planification centrale. La loi End Tuberculosis Now recentrerait les efforts de l'USAID sur la prévention et le traitement de la tuberculose dans les pays en développement comme le Kosovo, fournissant un exemple unifié de la manière d'arrêter correctement la propagation et de soutenir financièrement les personnes touchées.

Kosovo et COVID-19

Pour certaines des mêmes raisons qu'il lutte contre la tuberculose, le Kosovo lutte également pour arrêter la propagation du COVID-19. Par rapport à ses voisins, la riposte du pays à la pandémie est insuffisante. Le Kosovo est beaucoup plus petit que l'Albanie, le Monténégro et la Grèce, mais compte beaucoup plus de cas et de décès de COVID-19 que ces pays.

La pandémie du COVID-19 a encore mis en évidence les faiblesses susmentionnées du système de santé du Kosovo. Par exemple, les installations médicales temporaires construites pour augmenter la capacité hospitalière du pays n'ont pas été correctement installées pour empêcher la transmission du COVID-19 entre les agents de santé et les patients infectés.

Peu importe la valeur des efforts déployés par le Kosovo pour lutter contre le COVID-19, le pays est finalement limité par son budget annuel de 2 milliards de dollars. Il en va de même pour leur lutte contre la tuberculose. Le Kosovo n'a tout simplement pas la capitale pour tester, traiter et prévenir correctement la propagation du COVID-19 et de la tuberculose. La loi «End Tuberculosis Now Act» donnera aux pays en développement comme le Kosovo une meilleure chance de vaincre la tuberculose tout en leur apprenant comment lutter contre des pandémies similaires.

Mettre la lutte contre la tuberculose en suspens

Alors que la pandémie COVID-19 occupe le devant de la scène, la lutte contre la tuberculose a été suspendue dans le monde entier. Malgré cela, la tuberculose a continué sa propagation. Environ 80% des programmes mondiaux de lutte contre la maladie ont connu des perturbations dans leurs chaînes d'approvisionnement depuis le début de la pandémie COVID-19.

Les fabricants de tests TB se sont tournés vers le développement de tests COVID-19, réduisant ainsi la disponibilité globale des tests TB. Cela signifie des baisses massives dans le diagnostic de la tuberculose. En un an, une personne infectée peut transmettre le virus à 15 personnes, ce qui rend le processus de diagnostic extrêmement important. À mesure que les capacités de test diminuent, la tuberculose continuera de se propager sans relâche dans les pays en développement. Le Kosovo avait déjà du mal à contenir la tuberculose avant la pandémie de COVID-19, mais cela pourrait maintenant s'aggraver. La loi End Tuberculosis Now est un élément essentiel de l'augmentation des capacités de dépistage au Kosovo pour lutter contre la propagation de la tuberculose.

Plus important que jamais

La tuberculose est une maladie évitable et traitable, mais elle continue de tuer plus de personnes dans le monde que toute autre maladie infectieuse. La loi End Tuberculosis Now augmenterait les investissements dans les mesures de prévention et de traitement de la tuberculose tout en sauvant d'innombrables vies dans des pays en développement comme le Kosovo.

En outre, le projet de loi garantirait que les nations et les organisations non gouvernementales recevant une aide de l'USAID respecteraient leurs engagements d'éradiquer la tuberculose. Ce recentrage de l’aide fournirait à l’Organisation mondiale de la santé et au Partenariat Halte à la tuberculose davantage de ressources pour remplir leurs missions.

Avancer

La lutte continue du Kosovo contre la tuberculose démontre l’importance de la loi «End Tuberculosis Now Act». Le projet de loi, présenté en août 2019, sauverait des vies dans les pays en développement et aiderait à lutter contre une maladie totalement évitable et traitable. Le Congrès doit adopter ce projet de loi pour améliorer la qualité de vie des pauvres du monde et aider à éradiquer la tuberculose dans les pays en développement.

Marcus Lawniczak
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *