Catégories
Solidarité et entraide

Lutter contre la pauvreté avec des feuilletons

Lutter contre la pauvreté avec des feuilletonsDans le monde, on estime qu’au moins 150 millions de personnes, soit 2% de la population mondiale, sont sans abri, tandis que 1,6 milliard de personnes supplémentaires, soit plus de 20% de la population mondiale, n’ont pas de logement convenable. Cependant, à la fin de 2018, 51,2% des personnes dans le monde et 45% dans les pays en développement utilisaient Internet. Près de 60% des ménages avaient accès à Internet chez eux en 2018, contre moins de 20% en 2005, et l'accès haut débit continue de croître avec un taux de pénétration de 69,3 pour 100 participants. Un rapport de l'Union internationale des télécommunications a révélé que près de 80% des ménages possédaient une télévision à la fin de 2012. Ce pourcentage est de 69% dans les pays en développement, alors que «pratiquement tous» les ménages du monde développé ont une télévision. Plus des deux tiers des ménages équipés de téléviseurs ont pris des signaux numériques en Afrique subsaharienne en 2016, et les estimations indiquent que la pénétration de la télévision atteindra 99% dans 35 pays prévus d'ici 2021. Surtout dans les zones pauvres, Internet et la télévision, et plus particulièrement les feuilletons disponibles auprès de nombreux prestataires différents, aident les gens à se tenir au courant des événements actuels et des opportunités d'emploi, à apprendre plus efficacement et, de manière assez surprenante, à échapper à la pauvreté.

Les feuilletons aident les femmes turques pauvres

Dans une étude menée par Ozgun, Yurdakul et Atik, les chercheurs ont découvert que les feuilletons avaient une incidence sur la perception de soi et le progrès social des jeunes femmes qui vivaient dans des quartiers pauvres d’Izmir, en Turquie. L'étude a révélé qu'en raison de leur revenu local, les femmes dans l'ensemble considéraient ces feuilletons comme des outils de collecte d'informations sans le fardeau émotionnel des nouvelles plus lourdes. L'étude suggère que les feuilletons deviennent leur principal lien avec le monde extérieur, les exposant à la culture de consommation et au marketing qui sont des compétences utiles à acquérir lors de l'entrée sur le marché du travail.

Plus profondément, ces femmes ont souvent pu se connecter à un niveau cathartique avec les personnages de ces feuilletons qui ont enduré les mêmes luttes économiques mais ont pu échapper à la pauvreté. Certaines femmes ont noté que les feuilletons leur rappelaient leur passé difficile, ce qui les a incitées à «revoir et évaluer» leurs conditions de vie actuelles et à faire face aux problèmes quotidiens. Les émissions ont également révélé aux femmes ce qui leur manquait dans la vie, que ce soit un travail ou un pouvoir, et les ont exposées à une «autre vie» aisée, ce qui a conduit certaines à se sentir insatisfaites de leur condition et à essayer finalement de trouver des solutions. échapper à lui.

Cependant, l'étude révèle également que si les feuilletons donnent du pouvoir à certaines femmes, ils peuvent aussi aggraver encore plus la pauvreté, car certaines femmes essaient d'imiter le style de vie somptueux de certains personnages sans les moyens financiers pour le faire. Ainsi, les auteurs suggèrent qu'il pourrait être plus efficace pour les réseaux de télévision de présenter une programmation publique culturellement accessible avec un contenu narratif plus informatif et rempli de conseils pour mieux réduire la pauvreté.

Combattre la pauvreté grâce à l '«éducation ludique»

Semblable aux suggestions d'Ozgun et al., Bilal Zia et Gunhild Berg ont expérimenté le «ludo-divertissement», ou le divertissement à caractère éducatif, en collaborant avec la société de production de «Scandal!», Un feuilleton sud-africain populaire, pour incorporer messages d'éducation financière tout au long de l'intrigue. Étant donné que la prise de décisions financières peut être difficile pour les populations pauvres qui manquent d'éducation financière, «Scandale!» espérait développer de meilleures habitudes chez les téléspectateurs grâce à une sous-intrigue sur la dette et le jeu.

Zia et Berg ont mené une étude dans laquelle un groupe de personnes regarderait ce feuilleton tandis qu'un groupe témoin regardait une autre émission, et les chercheurs ont découvert que les téléspectateurs de «Scandal!» ont montré des améliorations significatives dans leurs connaissances et comportements financiers. Les téléspectateurs de "Scandal!" ont commencé à emprunter moins aux autres et à réduire les dépenses inutiles comme les jeux de hasard. Les téléspectateurs se seraient connectés au personnage principal de l'émission et auraient finalement pris des décisions de vie plus économiques qui pourraient à l'avenir les aider à échapper à la pauvreté.

Combattre le VIH avec des opéras de savon

En plus d'améliorer la littératie financière, les feuilletons peuvent également améliorer la santé et la sensibilisation médicale des populations pauvres. Une étude réalisée au Nigéria a révélé que les personnes qui regardaient le feuilleton «MTV Shuga» étaient deux fois plus susceptibles de subir un test de dépistage du VIH et étaient globalement plus informées sur la transmission du VIH. L'émission, qui a été diffusée dans plus de 70 pays, se concentre sur une femme appauvrie et son amant séropositif alors qu'elle navigue dans la réalité complexe du rôle du VIH dans la vie quotidienne.

L'émission, qui a été soutenue par des organisations comme l'UNICEF et la Fondation Bill & Melinda Gates, sensibilise aux dangers des comportements sexuels à risque, en particulier dans des régions comme l'Afrique subsaharienne, qui compte environ 1,5 million de nouveaux cas de VIH / sida chaque année. En plus du dépistage du VIH, «MTV Shuga» a également contribué à une réduction des infections à chlamydia de 58% et à une réduction du nombre de partenaires sexuels concomitants de 14%. L'étude révèle que le divertissement éducatif comme «MTV Shuga» est plus influent et plus rentable que les campagnes éducatives plus traditionnelles, qui permettent aux gens de se divertir et d'être informés.

Réduire les taux de fertilité grâce aux feuilletons

Une étude réalisée en 2012 par La Ferrara, Chong et Duryea a exploré les impacts des telenovelas, ou feuilletons brésiliens, sur les taux de fertilité au Brésil. Après un an que le signal pour Rede Globo, le principal producteur de telenovela au Brésil, est devenu disponible dans les municipalités à travers le pays, les chercheurs ont constaté que les taux de fécondité ont fortement diminué. Cet effet était le plus marqué chez les femmes de faible milieu socio-économique, dont beaucoup n’ont pas reçu une formation appropriée en matière de sexualité sans risque et d’accouchement.

La recherche a révélé que parmi les telenovelas étudiées, 62,2% des principaux protagonistes féminins n'avaient pas d'enfants, tandis que 19,8% n'avaient qu'un seul enfant. Les données révèlent que les telenovelas ont contribué à la baisse du nombre de naissances vivantes, en particulier chez les femmes de 30 à 34 ans, qui est passé d'environ 4,4 à environ 3,2. L'étude a conclu que ces feuilletons aidaient les mères à prendre des décisions plus éclairées concernant l'élevage d'une famille, ce qui pourrait les amener à chercher un emploi futur ou à économiser des ressources financières pour l'éducation des enfants.

– Noah Sheidlower
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *