Catégories
Solidarité et entraide

Lutter contre la faim cachée à Singapour

La faim à Singapour
Avec l'une des plus fortes concentrations de millionnaires au monde et la réputation d'être un «paradis alimentaire», il est difficile d'imaginer que la sécurité alimentaire soit un problème à Singapour. Cependant, la faim persiste malgré la réputation de Singapour en tant que nation aisée et en sécurité alimentaire. Cette faim cachée à Singapour est le résultat de l'insécurité alimentaire et a provoqué la malnutrition dans tout le pays.

La faim cachée à Singapour

Singapour est classée comme la nation la plus en sécurité alimentaire au monde, mais de nombreux Singapouriens peinent encore à accéder à une alimentation suffisante et nutritive. Cette «faim cachée», ou le taux élevé de malnutrition, a créé un problème important pour la nation. Selon l'ONU, environ 4,1% des Singapouriens ont connu une insécurité alimentaire modérée à sévère entre 2016 et 2018. La sécurité alimentaire, c'est plus que d'avoir accès à la quantité de nourriture nécessaire pour survivre; c’est d’avoir une alimentation adéquate sur le plan nutritionnel, vitale pour la croissance et le développement d’une personne.

Une grande partie de la population singapourienne connaît l’insécurité alimentaire de première main. Des chercheurs du Lien Centre for Social Innovation ont rapporté que seulement 2,5% des répondants au sondage de quatre quartiers à faible revenu n'avaient pas d'insécurité alimentaire, tandis que 80% des répondants connaissaient une insécurité alimentaire légère à modérée. Les chercheurs ont découvert qu'au cours des 12 derniers mois, un ménage à faible revenu sur cinq à Singapour a dû passer une journée entière sans manger ou ne pouvait pas manger lorsqu'il avait faim en raison d'un manque de ressources.

Cependant, l'insécurité alimentaire ne se limite pas aux ménages à faible revenu. En fait, environ 27% des participants à l'étude avaient un revenu mensuel moyen de 2 000 $ et plus. Cela suggère que les contraintes financières ne sont pas la seule cause de l'insécurité alimentaire à Singapour.

L'insécurité alimentaire mène à la malnutrition

Cette faim généralisée à Singapour entraîne un taux élevé de malnutrition, en particulier chez les enfants et les personnes âgées. ONE (SINGAPOUR) a indiqué qu'un Singapourien sur 10 n'a pas suffisamment accès aux produits essentiels, notamment des aliments sains et nutritifs. Cela rend l'accès à une alimentation saine une réalité inaccessible pour beaucoup.

La malnutrition due à une alimentation malsaine ou insuffisante crée encore plus de problèmes de santé pour les populations à risque. Le site Web de ONE (SINGAPOUR) signale que plus de 23 000 enfants à Singapour souffrent de malnutrition en raison de l'insécurité alimentaire. C'est un chiffre stupéfiant pour un pays aussi riche. Environ un Singapourien âgé sur trois risque de souffrir de malnutrition. En 2015, environ la moitié de la population âgée admise dans les hôpitaux «mangeait mal», ce qui les rend plus vulnérables aux complications médicales et autres effets indésirables.

Systèmes de soutien alimentaire: manque de coordination

Malgré l'abondance et la diversité des groupes d'assistance alimentaire à Singapour, y compris les organisations à but non lucratif, les organisations caritatives, les soupes populaires, les prestataires de services de popote roulante et les groupes de bénévoles informels, de nombreuses personnes en situation d'insécurité alimentaire restent affamées. Selon le Lien Centre for Social Innovation, plus de la moitié des participants à l'enquête qui ont connu une grave insécurité alimentaire ont reçu peu ou pas de soutien du tout.

Malgré les systèmes de soutien en place (environ 125 en 2018), les résultats de ce rapport suggèrent qu'ils pourraient être inefficaces pour lutter contre la faim cachée de Singapour. Certains attribuent l'inefficacité au manque de coordination entre les systèmes. Bon nombre de ces groupes de soutien alimentaire fonctionnaient de manière indépendante et il n'y avait pas de réseau d'échange d'informations en place. Cela a souvent créé plus de problèmes: duplication de l'aide, gaspillage alimentaire et, dans certains cas, peu ou pas d'aide. Afin de mieux coordonner les efforts, une communication plus étroite entre les différentes organisations d'aide alimentaire est nécessaire.

Trouver un terrain d'entente

En 2018, des agents du ministère du Développement social et familial ont commencé à engager de manière informelle plusieurs organisations d'aide alimentaire. Cela a jeté les bases d'un groupe de travail multi-agences en 2019 qui rassemble les organisations et agences de soutien alimentaire. Le but de ce groupe de travail est de fournir une plateforme de collaboration pour mettre fin à l'insécurité alimentaire et au gaspillage alimentaire à Singapour.

Bien que le groupe de travail en soit encore à ses balbutiements, il a progressé dans la coordination des efforts entre les groupes. Les parties prenantes ont travaillé ensemble pour lutter contre le gaspillage alimentaire en compilant une liste de sources qui sont disposées à apporter des aliments indésirables. De plus, ils travaillent à cartographier les groupes alimentaires et leurs besoins afin d'éliminer les doubles emplois et les problèmes d'approvisionnement. Ces efforts rendent les programmes d’assistance alimentaire de Singapour plus efficients et efficaces.

Beaucoup de mains secourables consacrées à la lutte contre la faim cachée à Singapour. Cependant, le manque de coordination entre ces groupes bien intentionnés conduit parfois à des décalages entre les prestataires et les bénéficiaires. En reconnaissant la «faim cachée» à Singapour et en coordonnant les efforts gouvernementaux, la nation et ses organisations caritatives pourraient être en mesure de lutter plus efficacement contre l'insécurité alimentaire dans la nation.

Minh-Ha La
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *