Catégories
Solidarité et entraide

Lutte contre le retard de croissance chez l'enfant au Bangladesh

Retard de croissance infantile au Bangladesh
Le retard de croissance est une altération du développement des enfants généralement due à la malnutrition. La République populaire du Bangladesh en Asie du Sud-Est a enregistré l’un des taux de retard de croissance les plus élevés chez les enfants de moins de 5 ans. Il mesurait 45% des enfants de moins de 5 ans en 2000. Une économie nationale en croissance a réduit le nombre de retard de croissance chez les enfants au Bangladesh à 36%. Cependant, cela reste élevé étant donné qu’une mauvaise alimentation au cours des premières années de la vie d’un enfant peut contribuer à des dommages irréversibles à la santé, à la croissance et au développement.

Avec l’aide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Comité exécutif du Conseil national de la nutrition du gouvernement bangladais a présenté un deuxième plan d’action national pour la nutrition visant à améliorer la subsistance dans tout le pays. Il s'agit du premier programme de nutrition financé de ce type au Bangladesh. La nutrition est un domaine qui doit être abordé dans le pays. En conséquence, des organisations à but non lucratif telles que l'UNICEF, CARE et la Banque mondiale ont travaillé en coopération avec le programme de nutrition du gouvernement. Ils ont développé un impact collectif pour lutter contre le retard de croissance infantile au Bangladesh.

CARE Impact Collectif

L'organisation à but non lucratif CARE développe la réponse aux catastrophes, l'alimentation et la nutrition, la santé et l'éducation pour les personnes pauvres du monde entier. L’approche de l’organisation consiste à établir des liens avec des partenaires. Ensemble, ils exécutent les programmes de CARE et soutiennent les promotions à l’échelle nationale. Au Bangladesh, CARE a développé le programme Nutrition au Centre. Il fait suite au deuxième plan d'action national pour la nutrition. Selon une enquête CARE, le programme a contribué à réduire le retard de croissance chez les enfants de moins de 2 ans de 47% à 33%.

UNICEF

En outre, l'UNICEF est une organisation à but non lucratif qui soutient les enfants dans le monde par le biais de partenariats. L’organisation travaille en coopération avec le deuxième plan d’action national pour la nutrition du gouvernement bangladais pour avoir un impact collectif dans la lutte contre le retard de croissance chez les enfants au Bangladesh. L'UNICEF a développé des programmes fondés sur la recherche qui réduisent le retard de croissance au cours des 1 000 premiers jours de vie. Cela comprend des conseils sur la nutrition adéquate des femmes enceintes afin de réduire le poids insuffisant des bébés et d'améliorer l'alimentation des enfants. Cela met en évidence la diversité des aliments, améliore l'utilisation des vitamines et traite les infections et la malnutrition aiguë sévère (MAS).

La Banque mondiale

En outre, la Banque mondiale est une organisation à but non lucratif qui investit des connaissances et de l'argent dans les pays en développement. L’organisation considère l’investissement dans la nutrition du Bangladesh comme un investissement dans le futur potentiel socioéconomique des enfants. Parmi les enfants de moins de 5 ans, environ 5,5 millions souffrent d'un retard de croissance, et sur ce nombre, les enfants les plus pauvres supportent un fardeau disproportionné de retard de croissance. Le plan de la Banque mondiale comprend un soutien à la nutrition infantile ainsi qu’un transfert conditionnel en espèces pour 600 000 familles.

Le Bangladesh a fait des progrès considérables mais continue de lutter contre la nutrition infantile. Les enfants nés avec un retard de croissance connaîtront potentiellement un développement ultérieur de la puberté et des troubles cognitifs. Cela peut conduire à de mauvaises performances scolaires et plus tard au travail. Les femmes rabougries finissent souvent par avoir des enfants rabougris, poursuivant le cycle. Par conséquent, les programmes qui investissent dans une bonne nutrition sont vitaux. Le programme de nutrition du gouvernement bangladais vise à réduire le retard de croissance de l’enfance de 25% d’ici 2025. Avec l’impact collectif de la lutte contre le retard de croissance de l’enfance par des organisations à but non lucratif comme CARE, l’UNICEF et la Banque mondiale, cet objectif peut devenir réalité.

Joseph Maria
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *